Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

La recherche médicale

Jacques Dufresne

Quelques pionniers de la recherche médicale au Canada.

Fort d'une expérience en bactériologie acquise en France et aux États-Unis, le docteur Armand Frappier fondait en 1938 l'Institut de microbiologie de Montréal, qui était appelé à devenir un centre important de recherche en microbiologie et de production de vaccins. Cet institut fut connu par la suite sous le nom d'Institut Armand Frappier.
Tous ces grands fondateurs, tous ces pionniers de la recherche médicale sont des humanistes. Dans une interview accordée au magazine l'Actualité médicale en janvier 1988, le docteur Paul David tenait ces propos que ne renierait pas Hippocrate:

«Il importe d'enseigner non seulement la science médicale mais aussi l'humanisme qui repose sur la psychologie, la sociologie, l'éthique, la morale, l'exemple. Il faut enseigner aux jeunes la beauté et les richesses de l'humanisme. La médecine doit demeurer une occasion de découvrir et de participer aux mystères de l'être humain.
Je suis toujours étonné qu'il n'y ait pas davantage de médecins romanciers. Car un patient, c'est un chapitre de roman. Il nous fait découvrir la vie d'une façon extraordinaire. Je comprends mal la prétention de la médecine, car tout est nuance. La médecine est l'art de la nuance. Malheureusement, la science s'est posée comme un absolu. Et je n'aime pas les absolus.»

À lire également du même auteur

La responsabilité des intellectuels
Cette article écrit en 2015, suite aux attentats terroristes à Paris contre le magazin

Le poème de la limite
La limite est un contour libérateur et non un obstacle contraignant. Texte de la confé

Discrimination
Entre une société pourrie et une société aseptisée où est le juste milieu ?

Liberté d'expression
C'est toujours une illusion de croire que la liberté d'expression n'est plus mena

Gustave Thibon : notre regard qui manque à la lumière, une synthèse pour un temps sans illusions
Cet article a d'abord paru dans Gustave Thibon, Dossier H, L'Âge d'Homme, Lausanne