Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Articles


Bonheurs d'occasion

Renée Larochelle
Parce qu’elles permettent de consommer autrement, les ventes de garage sont dans l’air du temps.

L'homme démocratique

Platon
La distinction entre les désirs superflus et les désirs nécessaires, distinction qui s'est avérée si commode pour définir la société de consommation, remonte à Platon. C'est à propos de l'homme démocratique qu'il a fait cette distinction.

Le magasinage global

Jacques Dufresne
À l'ère de L'experience economy, on n'achète pas tel produit ou tel service, on achète une expérience globale qui incite à acheter n'importe quoi y compris un produit ou un service déterminés.

Séductions et impuissances du matérialisme

Pierre-Jean Dessertine
Où il est question de métaphysique. Puisque notre monde est désormais massivement matérialiste et que le matérialisme est une prise de position métaphysique. Que faut-il penser de ce matérialisme contemporain ? Est-il vraiment soutenable ?

Les besoins artificiels

Paul Valéry
Trente ans avant les essais de Vance Packard sur la persuasion clandestine ou de Marcuse sur la société de consommation, Paul Valéry explique la génèse des besoins artificiels, tout en évoquant les assauts, dangereux à ses yeux, dont la sensib

L'humain à flux tendu

Pierre-Jean Dessertine
L'abord temporel n'apporterait-il pas la meilleure compréhension du mal-être de l'homme contemporain ?

Liberté sur l'argent

Claude Gagnon
Compte rendu du numéro 239 de la revue Liberté (octobre 1998)

Le travail contre l'œuvre

Pierre-Jean Dessertine
Les révolutions américaine et française ne sont que les manifestations les plus aigües d’une révolution culturelle fondamentale qui se réalise dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : l'ordre naturel n'est plus le domaine intouchable de ma

Du grand silence de l’économie bavarde

Pierre-Jean Dessertine
En ce qui concerne nos biens, il y a leur valeur d'échange par laquelle ils sont marchandises, il y a leur valeur d'usage par laquelle ils nous sont utiles, mais il y a aussi leur valeur humaine, la plus précieuse, parce qu'ils sont notre œuvre, m

L'humain à flux tendu

Pierre-Jean Dessertine
L'abord temporel n'apporterait-il pas la meilleure compréhension du mal-être de l'homme contemporain ?