• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Sainte-Anne-de-Beaupré

    Essentiel

    La basilique Sainte-Anne-de-Beaupré est une église catholique située à Sainte-Anne-de-Beaupré, dans la province du Québec, au Canada. Lieu de pèlerinage, le principal rassemblement survient le 26 juillet, lors de la fête de sainte Anne, patronne civile et ecclésiastique du Québec, et point culminant de la neuvaine. Cette basilique a été désignée en tant que l'un des cinq sanctuaires nationaux du Canada par la Conférence des évêques catholiques du Canada.

    La construction de l'actuelle basilique débute dès 1923 sous l'impulsion initiale de l'architecte Maxime Roisin de Paris qui propose, dans la tradition Beaux-Arts, un monument de style néo-roman avec des proportions gothiques. Dans son travail, il sera assisté par l'architecte Louis-Napoléon Audet, de Sherbrooke, qui surveillera la construction et adaptera les plans au contexte nord-américain. Le gros œuvre sera terminé en 1962 par l'achèvement des flèches surmontant les beffrois tandis que la basilique sera officiellement consacrée en 1976 par le cardinal Maurice Roy. L'édifice demeure toutefois inachevé, comme en témoignent les nombreuses niches vides et corniches non sculptées

    Histoire

    Histoire

    Bonne Sainte Anne, sauvez votre musée

     Par Michel Lessard, historien, 13 février 2017

    Les journaux nous apprenaient la semaine dernière, la fermeture du Musée de Sainte-Anne-de-Beaupré.  C’est mon ancêtre Étienne de Lessart (1623-1703) débarqué à Québec en 1645 qui avait donné les terres pour la construction de la première église de Sainte-Anne en 1658 au début du pays français.  Dès son arrivée dans la cité de Champlain, Étienne s’était fait construire une barque à voile d’une trentaine de pieds, chambre à l’avant et à l’arrière, et faisait du cabotage sur le Saint-Laurent de Trois-Rivières à   Chicoutimi. Le premier du métier! Il avait obtenu un immense lopin de terre sur la Côte de Beaupré, y avait érigé une bonne maison, cultivait la terre pour récolter du blé, de l’orge, des pois, des choux et faisait du troc de victuailles en échange de peaux de fourrures qu’il exportait en France. Pour un marin fermier, il était normal que la paroisse et l’église soient consacrées à Sainte-Anne protectrice séculaire des gens en mer et des voyageurs sur l’onde océanique.  Très rapidement la maison d’Étienne accueillera des pèlerins épargnés d’un naufrage en leur offrant le gite et le repas pour satisfaire leurs vœux. Étienne mort à 80 ans aura dix enfants et fut seigneur de l’île-aux-Coudres et de Lanoraie. 

    Dans le dernier quart du 19e siècle, la reconstruction d’un nouveau temple inauguré en 1878, devient rapidement une basilique mineure et s’organise physiquement en véritable sanctuaire dans la plus pure tradition millénaire gréco-latine, comme à Delphes par exemple. Le Saint des Saints rempli d’ex-voto de miraculés dès l’entrée dans la nef abrite la statue radiée d’or de la thaumaturge installée sur une colonne triomphale près du chœur. On la regarde avec crainte et déférence. Puis le site sacré accessible par chemin de fer et par navire  à vapeur, exploite  tous les caractères du sanctuaire classique, fontaine d’eau miraculeuse, chemin de croix rédempteur  dans la montagne, scala sancta (escalier saint) qu’on monte à genoux en priant, le fabuleux cyclorama de Jérusalem, une grande résidente pour les religieuses et les Rédemptoristes maîtres de l’entreprise,  un  lieu d’accueil des infirmes et des malades, tables à pique-nique, réfectoires, hôtels, restaurants, boutiques à souvenirs, tout cela dans des parfums d’encens et dans un univers de cantiques et de psaumes d’allégresse portés par les grandes orgues. J’ai connu tout cela dans mon enfance, chaque été, en juillet, il y a 70 ans, j’ai acheté des médailles et une neige de la statue de la Bonne Sainte-Anne. Mes parents étaient abonnés aux Annales. Des millions de fidèles ont vécu et vivent encore ces atmosphères. On aimait surtout les pique -niques!

    Le musée demeure un magnifique édifice de style international, une des constructions les mieux réussies du sanctuaire, bien harmonisée à la majestueuse basilique tout près. Tous devraient visiter ce site et son temple.  Les collections de trésors patrimoniaux du musée sont uniques, plusieurs remontant à l’époque du Régime français. Et ces espaces peuvent accueillir des expositions temporaires sur l’histoire de la Nouvelle-France et sur la culture religieuse de notre pays à l’ère du rationalisme scientifique et de la société laïque. Cette institution devrait être reprise par une corporation à buts non lucratif, financée par les deniers de l’état fédéral et l’état du Québec, non pas pour son rapport à la religion, mais parce qu’elle s’inscrit vigoureusement dans l’élan du patrimoine national explicatif de notre passé et de notre identité. Le Musée de Sainte-Anne devrait être une antenne professionnelle du Musée de la civilisation, dynamisé depuis quelques années par des bénévoles et ouvert gratuitement au public. Sommes-nous si pauvres culturellement et économiquement, qu’on ne peut plus conserver l’essentiel aux portes du Cap-Tourmente, du Mont-Sainte-Anne et de Charlevoix.

     

     

     

    Date de création : 2017-02-15 | Date de modification : 2017-02-16

    2%
    Dons reçus (2018-2019):609$
    Objectif (2018-2019): 20 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.