• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Vouet Simon

    Peintre français. Fils d'un peintre parisien, il acquiert une célébrité précoce lorsqu'il est chargé d'accompagner l'ambassadeur de France à Constantinople où il peint, de mémoire, un portrait du Grand Turc. À son retour, il s'arrête à Venise où il s'éprend de l'oeuvre de Véronèse et des chaudes tonalités de l'art vénitien, puis gagne Rome où il occupe le premier rang parmi les artistes français. Il acquiert l'estime des grands patrons romains, les cardinaux del Pozzo et Barberini, le poète Marino. Sous Urbain VIII, il reçoit une commande de tableau et peint la fresque derrière la célèbre Pièta de Michel-Ange.

    En 1627, l'ambassadeur, M. de Béthune le convie à revenir à Paris où l'attend la place de premier peintre du roi. Il dirige alors le plus fréquenté des ateliers parisiens. Submergé de commandes, il en vient à développer selon Roger de Piles, un style vigoureux, mais expéditif, fait «de grandes ombres et par des teintes peu recherchées, [..], en quoi il réussit d'autant plus qu'il avait une grande légèreté de pinceau». Il s'affaire à la réalisation de retables monumentaux pour les églises de Saint-Merri, de Saint-Eustache, Saint-Nicholas-des-Champs. On fait appel à ses talents de décorateur pour improviser de vastes décors dans les palais royaux et les somptueuses demeures que l'on fait construire dans un Paris en pleine effervescence. Félibien rappelle que bientôt il n'est «guère d'église, de palais et de maisons considérables à Paris qui ne soient ornés de ses ouvrages».

    Les critiques l'ont tantôt assimilé aux caravagistes, tantôt au mouvement baroque. Sa renommée sera éclipsée rapidement par celle des futurs grands noms de la peinture française qui étudient dans son atelier: Le Brun, Mignard, Le Sueur.

    Oeuvres

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.