• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Sénégal

    Description

    «Le Sénégal est peut-être le pays d’Afrique le plus connu, tant par les personnalités qui ont marqué son histoire que par son rôle dans la communauté internationale. Continental, situé aux abords de l’océan Atlantique, le Sénégal (196 722 km2) se compose de trois parties distinctes: une zone sahélienne au nord assez aride, une zone tropicale au sud plutôt fertile, et la région de Dakar, autrefois capitale de l’A-OF, aujourd’hui capitale du pays mais aussi l’une des capitales culturelles de l’Afrique subsaharienne, siège de plusieurs organisations internationales. Elle a attiré, sous le président L. S. Senghor, de nombreuses manifestations. Son successeur, Abdou Diouf, a poursuivi dans cette voie en accueillant le IIIe Sommet de la Francophonie en 1989. Cinq grands fleuves sillonnent les terres du Sénégal, dont le plus imposant est le fleuve Sénégal (1700 km).

    L’économie repose sur l’agriculture (arachides, mil, manioc, riz), l’élevage et la pêche. Les sécheresses à répétition et la hausse des prix des produits pétroliers ont fortement nui à l’économie du pays. Il est à noter que la construction du barrage anti-sel sur le fleuve Sénégal permet de produire plus de 80 000 tonnes de canne à sucre et favorise grandement la culture du riz.»

    Michel Tétu et Anne-Marie Busque, «L’Afrique occidentale», L’Année francophone internationale (L'Action nationale, mai 2000).

    Histoire

    Histoire
    «Au XVe siècle, les Portugais sont les premiers Européens à atteindre le Sénégal, bientôt suivis par les Britanniques puis par les Hollandais. Au XVIIe siècle, les Français s’installent le long des côtes et fondent la ville de Saint-Louis. Ils avancent ensuite vers le sud jusqu’à l’île de Gorée qu’ils arrachent aux Hollandais en 1677. Au cours du siècle suivant, la rivalité entre les Britanniques, les Français et les Hollandais se fait fortement sentir, mais le traité de Paris (30 mai 1814) donne le Sénégal à la France. C’est le commencement de l’ère coloniale. En 1854, Louis Faidherde devient gouverneur du Sénégal. Désireux d’étendre la domination française à l’ensemble du territoire et au-delà, il fonde Dakar en 1857 et organise la colonie du Sénégal dont il fait la base de la conquête de l’Afrique occidentale. L’avancée des Français rencontre de fortes résistances armées, résistance qui se fonde sur l’islam, alors en plein renouveau.»
    Voir la suite sur le site de l'Action nationale, Michel Tétu et Anne-Marie Busque, «L’Afrique occidentale», op. cit.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.