• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Québec - région

    Description

    Berceau de la francophonie en Amérique du Nord, la région de Québec s’étend sur la rive septentrionale du Saint-Laurent bordée, au nord, par la région du Saguenay – Lac-Saint-Jean et, au sud, par la Mauricie et comprend l’île d’Orléans. Elles comptent deux sites classés par l’UNESCO: l’arrondissement historique de la ville de Québec, seule ville fortifiée en Amérique du Nord, appartient au patrimoine mondial et la région de Charlevoix fut déclarée réserve de la biosphère.

    La région de Québec occupe une place particulière dans la constitution du mythe québécois. Que ce soit par la série télévisée Le temps d’une paix se déroulant dans le Charlevoix de l’entre-deux-guerres, le film Les Plouffe, de Gilles Carles, relatant la vie d’une famille vivant à Québec dans les années 1940, le livre Menaud, maître draveur de Félix-Antoine Savard racontant la révolte d'un Charlevoisien contre le vol de la forêt par les Américains ou encore les chansons de Félix Leclerc chantant l’île d’Orléans et ses «quarante-deux miles de choses tranquilles», la région est profondément ancrée dans l’imaginaire des Québécois.

    Les premiers Européens
    C’est Jacques Cartier et ses hommes qui sont les premiers Européens à s’installer à proximité d’un village iroquoien appelé Stadaconé. Les deux tentatives d’établir des colons sur ce site menées par Cartier en 1535 et 1543 se soldent par des échecs. Les hivers rigoureux et le scorbut éprouvent particulièrement la petite communauté qui ne compte guère plus de quelques hommes.

    C’est au tour de Samuel de Champlain en 1608 de s’installer à Kebec, mot algonquien signifiant «là où le fleuve rétrécit». L’emplacement de Québec est effectivement un lieu idéal pour surveiller et défendre l’entrée du fleuve. Du haut du Cap Diamant, à plus de 100 mètres au-dessus du fleuve, on distingue facilement la rive opposée qui ne se trouve qu’à un kilomètre de distance. Champlain construit une Abitation et Québec devient rapidement le principal poste de traite pour la fourrure, mais le hameau ne compte toujours que 72 habitants en 1628.

    Au début des années 1630, on concède les premières seigneuries aux alentours de Québec. En 1634, la seigneurie de Beauport est créée et s’étendra, en 1653, entre les rivières Beauport et Montmorency. La seigneurie de Beaupré qui s’étend, elle, vers le Nord, à partir de la rivière Montmorency jusqu'à Baie-Saint-Paul et la seigneurie de l’île d’Orléans, située légèrement au nord de Québec, face à la Côte-de-Beaupré, sont par la suite créées. L’établissement de colons ne se fait toutefois que très lentement. En 1648, deux ou trois familles s’installent sur l’île d’Orléans qui n’en comptera guère plus d’une quinzaine en 1656. En 1663, la ville de Québec compte 550 habitants.

    Capitale de la Nouvelle-France
    La ville de Québec devient officiellement, en 1663, la capitale de la Nouvelle-France, territoire que le roi Louis XIV décide de prendre en main en l’ajoutant au domaine royal. Québec devient le centre décisionnel et administratif du territoire qui s’étend, au début du XVIIIe siècle, du Nord québécois au Golfe du Mexique.

    Voyager dans un aussi grand territoire n’est pas chose facile. En 1737, on termine le Chemin du Roy qui relie Québec à Montréal en longeant la rive nord du fleuve. Avant cette date, on ne pouvait voyager qu’à travers bois ou en bateau sur le fleuve.

    Le vaste territoire de la Nouvelle-France, riche en fourrure, est également convoité par les Anglais. En 1759, une imposante armada attaque Québec. Les troupes du général britannique Wolfe affrontent celles du général français Montcalm sur les plaines d’Abraham. Les Anglais remportent la victoire et en quelques jours Québec capitule. L’année suivante, c’est au tour de Montréal de connaître le même sort et, en 1763, la Proclamation royale officialise la main mise anglaise sur la quasi-totalité du territoire occupé jadis par la Nouvelle-France.

    Les années d'expansion
    À partir du début du XIXe siècle, le commerce du bois gagne en importance. À Québec, Port-Neuf et à l’île d’Orléans, la construction navale bat également son plein. Québec est à cette époque un des plus grands ports en Amérique du Nord. Pour assurer sa défense, on construit sur le Cap Diamant une imposante citadelle dont la construction, débuté en 1820, prendra près de 30 ans avant d’être complétée. Québec devient la «Gibraltar d’Amérique».

    Avec l’arrivée massive d’immigrants, surtout des Anglo-Saxons et des Irlandais, la population augmente rapidement. En 1861, la ville de Québec compte près de 60 000 habitants. À la fin du XIXe siècle, on colonise également l’arrière-pays de la région de Charlevoix dont le peuplement s’était jusqu’alors limité aux abords du Saint-Laurent.

    Une région en transformation
    La deuxième moitié du XIXe siècle est plus difficile pour la région de Québec. L'important ralentissement du commerce du bois, les fermetures de chantiers maritimes, le développement du réseau ferroviaire qui s’étend maintenant jusqu’à La Malbaie et l’aménagement du chenal du lac Saint-Pierre qui permet aux bateaux à fort tonnage d’atteindre Montréal entraînent le déclin du port de Québec et rendent la situation économique difficile dans la région. Québec perd son rôle de centre de la finance au profit de Montréal. Plusieurs décident de quitter Québec et ses environs pour s’établir ailleurs.

    En 1917, on termine la construction du pont de Québec, le plus long pont cantilever au monde, qui relie les rives nord et sud du fleuve. En construction depuis le début du siècle, le pont s’est écroulé deux fois pendant les travaux entraînant dans la mort près de 90 travailleurs. En 1934, c’est au tour de l’île d’Orléans d’être relié à la rive nord par un pont suspendu.

    Toujours le centre de l’administration publique de la province, la région bénéficie également de l’essor manufacturier du début du siècle. Le tourisme, depuis longtemps présent, joue également un rôle de plus en plus important. En 1893, on construit l’imposant hôtel du Château Frontenac et un premier carnaval d’hiver voit le jour un an plus tard. En 1899, on construit à Pointe-au-Pic, près de La Malbaie, un autre somptueux hôtel, le Manoir Richelieu. Ce dernier sera incendié en 1928, mais reconstruit en 1929. L’île d’Orléans devient, elle, une station balnéaire très populaire dans les années 1950. En 1954, le Carnaval de Québec, interrompu pendant la crise économique de 1929 et la guerre, est remis sur pied et se déroule, depuis, à chaque mois de février. Pendant l’été, sous des températures plus clémentes, le Festival d’été de Québec, créé en 1967, et les Fêtes de la Nouvelle-France, présentées depuis le milieu des années 1990, animent la région. Depuis une trentaine d’années, la région de Baie-Saint-Paul accueille de son côté un symposium international d’art contemporain au mois d’août.

    Aujourd'hui
    La région de Québec, aussi appelée «région de la capitale nationale», compte aujourd’hui 660 000 habitants qui occupent surtout la partie sud de ce territoire de plus de 19 000 km2. Déclarée «meilleure ville au Canada pour élever des enfants» en 2001 par la revue Today’s Parent, la ville de Québec compte, à elle seule, un peu plus de 500 000 habitants. La région est la plus scolarisée au Québec après Montréal. Bien qu’elle occupe encore une part importante du marché de l’emploi, l’administration publique (11%) est maintenant devancée par la santé (13%) et le commerce (15%). Le tourisme joue également un rôle essentiel dans l’ensemble de la région attirant de nombreux visiteurs internationaux et créant, directement ou indirectement, un grand nombre d’emplois. Malgré une amélioration depuis le début des années 1990, le secteur manufacturier est, lui, toujours sous-représenté dans la région (10%) comparativement à l’ensemble du Québec (18%). Le taux de chômage qui était de 6,3% en 2002 est le plus bas de l’ensemble des régions métropolitaines du Québec depuis au moins 1987 et la croissance en matière d’emploi est constante.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Raccourcis
    Portail régional (Gouvernement du Québec)
    Établissements de santé
    Société Historique de Québec
    Aéroport de Québec
    Traverse Québec/Lévis
    Informations routières
    Musée de la civilisation
    Assemblée nationale du Québec
    Muséocapitale: carrefour des institutions muséales de la région de Québec
    Bibliothèque publiques des régions de Québec et Chaudières-Appalaches
    Conseil de la culture
    Panoramas de la ville de Québéc

    Médias:
    Le Soleil
    Journal de Québec
    Journal Voir
    Radio-Canada
    Liste complète

    Quelques villes:
    Carte des municipalités
    Baie-Saint-Paul
    La Malbaie
    Portneuf
    Ville de Québec

    Tourisme:
    Québec Vacances: Région de Québec
    Bonjour Québec: Région de Québec
    Québec Vacances: Charlevoix
    Bonjour Québec: Charlevoix
    Office du Tourisme et des congrès de Québec
    Tourisme Charlevoix
    Île d'Orléans
    Tourisme Jacques-Cartier
    Site traditionnel Huron

    Événements:
    Carnaval de Québec
    Festival d'été de Québec
    Les fêtes de la Nouvelle-France
    Les Grands Feux Loto-Québec

    Plein air:
    Regroupement des stations de ski de fond de la région de Québec
    Mont-Sainte-Anne
    Parc de la Jacques-Cartier
    Chute Montmorency
    Le Massif de la Petite-Rivière-Saint-François
    Station touristique Stoneham
    Village Vacances Valcartier
    La Traversée de Charlevoix

    Économie:
    Parc technologique
    Chambre de commerce de Québec
    Jeune Chambre de commerce de Québec
    Société de promotion économique du Québec métropolitain
    Groupe d'action pour l'avancement technologique et industriel de la région de Québec
    Bureau de la Capitale Nationale
    Conseil régional de concertation et développement de la région de Québec

    Éducation:
    Université Laval
    Université du Québec (siège social)
    École nationale d'administration publique
    Institut national de la recherche scientifique
    Télé-université
    Cégeps:
    de Limoilou
    de Sainte-Foy
    François-Xavier Garneau
    Commissions scolaires:
    Central Québec
    de Charlevoix
    de la Capitale
    de Portneuf
    des Découvreurs
    des Premières-Seigneuries

    Environnement:
    Conseil régional en environnement de la région de la Capitale nationale

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.