• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Pèlerinage

    Pèlerinage. Demande ou intercession, service de frères ou acte de dévotion... "Les pèlerinages évoquent notre marche sur terre vers le ciel" (CEC n°2691). Pour découvrir cette Eglise pérégrinante en plateau : le Père Jacques Nieuviarts, assomptionniste, directeur du Pèlerinage national de Lourdes, et le Frère Norbert Marie Sonnier, dominicain, et spécialiste du Pèlerinage de Compostelle. "La foi prise au mot", émission du 5 avril 2009 (KTO).

    Deux pèlerins sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle. Photo prise à Saint-Martin-des-Champs (Cher, Fr), le 13 août 2008.

    Auteur : Havang(nl). Source en ligne : Wikimedia Commons. Disponible selon les termes de la licence Creative Commons paternité – partage à l’identique 3.0 (non transposée).

    Définition

    Voyage purificateur vers un lieu sacré

    Lorsqu’on étudie les pérégrinations, on voit tout de suite que cette pratique religieuse dépasse le cadre même des différentes religions et s’avère être l’un des rituels les plus prisés par les différentes civilisations de notre planète. La Mecque, Jérusalem, Rome, pour ne nommer que les plus connus, continuent encore aujourd’hui d’accueillir un flot perpétuel d’individus et de groupes qui viennent en ce lieu précis guérir leur âme et parfois leur corps. L’importance des centres de pérégrinations dans la dynamique culturelle des sociétés n’est d’ailleurs plus à démontrer et il suffit d’étudier, par exemple, les multiples rôles qu’ont joués au Moyen-Âge les pèlerinages à Saint-Jacques-de-Compostelle en Espagne pour prendre connaissance de l’étendue du phénomène. Dans un article intitulé «Importance réelle des routes dites de Saint-Jacques» (1), René de la Coste-Messelière démontre très bien en effet comment «l’histoire sociale et économique ne peut se dissocier de l’histoire religieuse» (p. 452). Il suffit de s’y arrêter un instant pour mesurer l’ampleur du phénomène. Ainsi peut-on dire que tout le «réseau hospitalier» du nord de l’Espagne et du sud de la France a été «fondé et entretenu pour voyageurs et pèlerins» (p. 466). De même, nombre de confréries d’anciens pèlerins siégeant à l’organisation des paroisses et les multiples «fondations» et œuvres d’art des pèlerins exaucés sont autant d’éléments ayant marqué l’histoire de la France médiévale. Si nous nous penchons sur l’un des multiples lieux de pèlerinage mineur, que ce soit le Mont Saint-Michel, la Grotte de Notre-Dame-de-Lourdes ou l’Oratoire Saint-Joseph, nous ne prendrons qu’un temps pour nous rendre compte de l’importance de ces centres de pérégrinations pour le développement de leur région respective et parfois même de l’histoire de la nation.

    Toute cette attraction est fondée sur la croyance théurgique qui consiste à régler un rapport d’échange avec le créateur de la vie: un «vœu» (impliquant sacrifices de toutes sortes pour le déplacement) contre une «faveur» (qui peut consister en n’importe quoi). Et, évidemment, on ne dépense tant d’énergie que pour les plus hautes et importantes faveurs. La plus grande faveur est sans doute de jouir d’une vie éternelle et bienheureuse; cette faveur est automatiquement obtenue par tout pèlerin de bonne foi dans la plupart des centres existants des différentes religions. Par exemple, pour ce qui est des pèlerinages de la chrétienté, les conditions de l’obtention de l’indulgence plénière se réduisent à être en état de grâce, communier et prier pour le pape devant une statue ou une peinture miraculeuse, à défaut d’une relique. La seconde faveur en importance est sans doute, pour le croyant, l’assurance d’une mort douce, d’une vieillesse paisible, bref un état de santé qui puisse conserver l’harmonie de l’homme et de la nature. Si la santé ne va plus, ou même que la souffrance se soit installée dans le corps de façon désespérée, le pèlerin viendra ou se fera amener afin d’être guéri. Cependant, les vœux ne se réduisent pas à ces deux promesses de survie; le pèlerin ira demander ce qu’il juge important d’obtenir et promettra d’accomplir ce qu’il juge être l’équivalent en sacrifice. Il doit savoir qu’il ne s’agit pas d’un contrat entre égaux et que, s’il est absolument sûr d’obtenir ce qu’il demande, il n’a aucune certitude sur la façon dont le Créateur lui répondra.

    Ce rapport d’échange théurgique du vœu et du miracle ne se réalise cependant pas dans n’importe quelles conditions matérielles. Il est à noter tout de suite que la plupart, sinon la totalité, des centres de pérégrinations sont situés dans un environnement naturel particulier.

    Claude Gagnon, Médecine, alchimie et pèlerinages, Critère, no 13, juin 1976. Repris dans l’ouvrage du même auteur: Enquêtes au Proche-Occident. Philosophie de la culture, Éditions Le Préambule, Longueuil, 1983.
    Note
    (1) René de la Coste-Messelière, «Importance réelle des routes dites de Saint-Jacques dans le pays du sud de la France et en Espagne du Nord», dans Bull. philol. et hist., année 1969, vol. 1, p. 451 et ss. Une chronique de presse locale témoigne de la nature toute touristique de cette importance; cf. «Un centre de tourisme au Moyen-Âge, Saint-Jacques-de-Compostelle», dans La Presse, 17 mars 1973.

    Camino Santiago, Chemin de Saint-Jacques (Compostelle 2004)

    Carte des chemins de Compostelle en France au XIIe siècle.

    Enjeux

    «L’abandon progressif de la marche au profit de la machine traduit un appauvrissement de l’être. La longue randonnée permet un réapprentissage de la vie nomade. Pour un temps, elle oblige à se désenvoûter de la technique. Ainsi apprend-on à mesurer à sa juste valeur le km/marcheur, bien différent du km/voiture. On peut encore nuancer entre le kilomètre matinal, joyeux et plein d’espoir, et le dernier de la journée, parfois proche du calvaire. On redécouvre une notion autre que celle du temps numérique et abstrait de nos montres: la cloche des églises qui indique l’heure. Ou encore la course du Soleil.»
    Michel Dongois, Le chemin étoilé, L'Agora, vol 2, no 3, 1994.

    Essentiel

    «À travers tout chemin, il s’agit bien d’une quête de sens qui est toujours recherche de son propre cœur, en son lieu secret de pureté et de source. C’est la douloureuse expérience du «Connais-toi toi-même» qui précède toute rencontre avec Dieu.»
    André Gouzes, préface de La voie et ses chemins, par Pierre Camparidès.

    Documentation

    Lieux sacrés, lieux de pèlerinage. Guide thématique en sciences religieuses, Service des bibliothèques, Université du Québec à Montréal
    Louis Valcke,Un pèlerin à vélo, Montréal, Éditions Triptyque, 1977.
    De Sluys au Pays-Bas à Saint-Jacques de Compostelle.
    HoinackiI, Lee. El Camino. Pennsylvania, The Pennsylvania State University Press, University Park.
    Camparidès, Pierre, préface de André Gouzes. La voie et ses chemins, Chemins secrets vers Compostelle, Québec, Éditions Anne Sigier, 2000.
    Commentaire:
    Des pèlerins du monde entier font la route vers Compostelle quelle que soit leur orientation religieuse. Voici que les Éditions Anne Sigier viennent de publier un livre tout à fait inusité sur ce pèlerinage. Inusité, car alors que l’auteur travaillait à un livre fondé sur une chronique du XIIe siècle racontant le pèlerinage et la conversion de sept pillards devenus moines, il fut mis en relation avec un vieillard de Tarragone, Péré la Colmena, ancien ermite, qui par tradition orale, racontait aussi l’histoire du pèlerinage de sept brigands convertis. Cet homme avait même rédigé un document en catalan, lui-même copie d’un manuscrit occitan confié à l’ancienne abbaye de Santes Creus par des moines de France fuyant une persécution. Dans les années 1885, le document original, sous la loi de Mendizabal, avait connu le même sort que les autres biens de ce monastère, qui avaient été dispersés et vendus. Le livre de Camparidès est le fruit de cette rencontre: «J’ai osé, avec la complicité de Péré, recomposer le mémoire perdu de ce pèlerinage, prenant le risque de l’infidélité en employant des mots d’époque plus récents, mais sans éliminer les strates de la tradition orale.» Cette audace mérite fortement d’être louée... et lue.

    Spanish Pilgrimage. Transcription de l’émission «Arts Talk» (Radio National, Australie) diffusée le 5 mars 2000. Trois écrivains évoquent de leur pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle.
    Souvenir du pèlerinage canadien à Lourdes, 1883, Montréal, E. Sénécal, 1883?, 86 p. (Notre mémoire en ligne, format PDF).
    Katia Buffetrille, Pèlerins, lamas et visionnaires. Sources orales et écrites sur les pèlerinages tibétains, Wien, Arbeitskreis für tibetische und buddhistische Studien, Universität Wien («Wiener Studien zur Tibetologie und Buddhismuskunde» 46), 2000
    F.E. Peters, The Hajj: The Muslim Pilgrimage to Mecca and the Holy Places, Princeton University Press, 1994.
    Ahmad Kamal, The Sacred Journey. The Pilgrimage to Mecca, toExcel, 1961, 2000.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2014-01-08
    Loading
    Informations
    Linguistique
    Antonymes
    retraite
    Allemand
    Pilgrimage
    Anglais
    pilgrimage
    Espagnol
    peregrinaje
    Documents Associés
    Stéphane Stapinsky
    Michel Dongois
    Saint-Jacques-de-Compostelle, médiéval, voyage
    Claude Gagnon
    Montréal, voyage, Saint-Jacques-de-l'Achigan, Saint- Jacques-de-la-Nouvelle-Acadie, déportation des Acadiens, tensions entre Sain-Jacques et Notre-Dame, Université du Québec
    Raccourcis

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.