• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Italie

    Description

    "La carte de l’Italie ressemble à une longue botte qui s’avance dans la Méditerranée, au sud de l’Europe. Au nord de la péninsule, les Alpes forment une frontière naturelle qui sépare l’Italie de la France, la Suisse, l’Autriche et la Slovénie.

    La côte est de l’Italie est baignée par la mer Adriatique, le sud par la mer Ionienne et la côte ouest par la mer Tyrrhénienne, qui est délimitée par les deux plus grandes îles de la Méditerranée, la Sardaigne et la Sicile, toutes deux italiennes. Le nord-ouest est baigné par le golfe de Gênes.

    Les trois quarts du territoire italien sont couverts de collines ou de montagnes. La chaîne de l’Apennin, qui traverse la péninsule du nord au sud, n’est pas aussi élevée que les Alpes. Au sud, on trouve plusieurs volcans actifs, dont le Vésuve (qui a détruit Pompéi, près de Naples, au 1er siècle de notre ère), l’Etna, en Sicile, et le Stromboli, sur l’île du même nom, qui est située entre la Sicile et la péninsule.

    Le Pô, le fleuve le plus long d’Italie, prend sa source dans les Alpes, traverse les plaines fertiles du nord et se jette à l’est dans la mer Adriatique. Le Tibre naît dans l’Apennin, traverse Rome et se jette dans la mer Tyrrhénienne.

    Le climat est varié en Italie. Dans la région alpine, au nord, l’été est court et frais, l’hiver long et froid. Le climat s’adoucit au sud des Alpes, car les montagnes arrêtent les vents froids venant du nord de l’Europe. Dans la plaine du Pô, le climat est plus continental, avec des étés chauds et des hivers froids. Le long des côtes, le climat est méditerranéen, avec des hivers doux et des étés chauds et secs. Dans l’Apennin, au centre de la péninsule, les chutes de neige peuvent être abondantes l’hiver, mais les étés sont chauds et secs. Vers le sud, le climat ressemble à celui d’Afrique du Nord, avec des étés torrides et des hivers doux et souvent pluvieux."

    Survol de l'économie et du monde du travail

    "L’Italie a une économie très développée et très industrialisée. Le pays a peu de ressources naturelles, aussi doit-il s’appuyer plutôt sur le secteur manufacturier. La plupart des industries sont situées dans la moitié nord du pays, la partie prospère, alors que le sud est plus agricole et plus pauvre. Les gens du sud montent souvent dans le nord pour travailler.

    Les usines du nord produisent voitures, ordinateurs, machinerie et vêtements qui sont exportés dans le monde entier. Le plus gros employeur du pays est Fiat, un constructeur automobile dont le siège social est situé à Turin.

    Le design italien, industriel et de mode, est très réputé. Voitures, articles de maison et meubles italiens sont reconnus dans le monde entier pour leur design innovateur.

    Si la plupart des Italiens travaillent dur, ils tiennent également beaucoup à leur qualité de vie. La semaine de travail est habituellement de 36 heures et de façon générale, la pause du midi est longue. Certains bureaux et magasins sont fermés entre 13 h et 16 h. On évite ainsi de travailler pendant les heures les plus chaudes et on peut déjeuner tranquillement. Après le déjeuner, on fait parfois une petite sieste, ou pennichella. Les bureaux du gouvernement ferment tôt l’après-midi, mais les magasins restent ouverts tard en soirée.

    L’Italie est l’un des principaux producteurs d’huile d’olive au monde. Les oliveraies sont situées dans le sud du pays, où l’on cultive aussi figues, abricots et agrumes. Le centre et le nord du pays produisent surtout pommes, cerises, poires et pêches et tomates; six millions de tonnes de tomates sont récoltées chaque année.

    La vigne est cultivée partout dans le pays; l’Italie exporte d’ailleurs beaucoup de vin. Le blé est la principale céréale cultivée: le nord produit du blé destiné à la fabrication du pain et le sud un blé plus dur, le durum, qui sert pour les pâtes alimentaires, autre exportation majeure du pays. Depuis les années 1960, l’agriculture s’est beaucoup mécanisée et de nombreux ruraux ont quitté la terre pour aller travailler dans les villes. La pêche est relativement importante le long des côtes.

    Le tourisme constitue une industrie majeure. Tous les ans, des millions de touristes du monde entier se rendent en Italie pour visiter Rome, Florence et Venise, pour admirer les trésors artistiques et jouir de la beauté du pays. Les églises importantes accueillent également de nombreux pèlerins, ce qui apporte aussi de l’argent dans l’économie."

    Langues

    "L’italien est la langue officielle de l’Italie, mais il s’y parle des centaines de dialectes. En 1992, 86 % des Italiens parlaient italien et un dialecte, et 13 % un dialecte seulement.

    L’italien est en fait le dialecte de la Toscane. Au XIVe siècle, Dante Alighieri décidait d’écrire La Divine Comédie en toscan plutôt qu’en latin. Deux autres grands auteurs, Pétrarque et Boccace, lui emboitèrent le pas et c’est ainsi que le toscan devint la langue littéraire de l’Italie. C’est aussi la langue dans laquelle l’opéra s’est développé.

    Pendant la Seconde Guerre mondiale, les soldats italiens ne pouvaient se comprendre parce qu’ils parlaient des dialectes différents. Avec l’apparition de la télévision dans les années cinquante, les dialectes ont perdu du terrain et la langue s’est uniformisée. C’est l’italien standard qui est aujourd’hui enseigné et parlé dans les écoles.

    Les Italiens recourent beaucoup au langage gestuel, par lequel ils donnent plus de force à leurs idées. Ils s’appuient aussi volontiers sur les proverbes et les maximes pour bien se faire comprendre: ainsi, le bugie hanno le gambe corte, littéralement «les mensonges ont les jambes courtes», signifie que le mensonge ne mène jamais bien loin."

    Religions

    "La plupart des Italiens sont catholiques. Mais si la religion catholique exerce une influence majeure sur la vie et la culture italiennnes, seulement un tiers des Italiens vont régulièrement à la messe le dimanche.

    Le christianisme est apparu à Rome une dizaine d’années après la crucifixion du Christ. Les premiers Chrétiens furent persécutés par les Romains, mais le christianisme finit par devenir la religion officielle de l’Empire romain. Au Moyen Âge, le pape, chef spirituel de tous les Catholiques, régnait sur un État influent et Rome devint le centre du monde chrétien.

    Quand Rome, occupée par les armées de Victor Emmanuel, devint la capitale de l’Italie en 1870, le pape refusa de céder le Vatican. Toute une série de traités furent signés pour établir des relations entre le Vatican et l’État italien. En 1929, les accords de Latran reconnaissaient la Cité du Vatican comme État indépendant et souverain au sein de Rome.

    Aujourd’hui, le pape vit au Vatican la plus grande partie de l’année. Il a également une résidence d’été à l’extérieur de Rome. Quand le pape meurt, son successeur est élu par les cardinaux, qui votent dans la chapelle Sixtine, au Vatican.

    Il y a de très belles cathédrales dans la plupart des villes italiennes. Même le plus petit village a son église. Tous les dimanches matins, les cloches sonnent pour appeler les fidèles à la messe. Les fêtes et le folklore italien sont tous enracinés dans la religion catholique. À chaque jour de l’année correspond une fête de saint ou une célébration liée à la vie du Christ.

    Il fut un temps où l’Église jouait un grand rôle dans la vie des Italiens, mais son influence a fortement décliné. Le catholicisme n’est d’ailleurs plus religion d’État. L’instruction religieuse est facultative dans les écoles publiques.

    La constitution italienne garantit la liberté de religion. Il existe plusieurs minorités religieuses. Les descendants des réfugiés albanais des XVe et XVIe siècles qui vivent dans le sud de la péninsule suivent les rites byzantins. Il y a des communautés juives à Rome et dans plusieurs autres grandes villes, des protestants dans le Piémont et des musulmans dans de nombreuses villes. Rome et plusieurs autres villes ont aujourd’hui leurs mosquées en raison du le nombre croissant d’immigrants musulmans d’Afrique du Nord, particulièrement de la Libye."

    Les fêtes

    "Le 15 août est le point culminant de l’été: c’est le jour de la fête de la Vierge Marie, le Ferragosto, ou Assomption. La plupart des magasins et des bureaux sont fermés pour cette importante fête religieuse.

    Noël et Pâques sont les deux autres grandes fêtes religieuses de l’année. Si les Italiens sont de plus en plus nombreux à adopter les rites de Noël du nord de l’Europe – sapin et échange de cadeaux le jour de Noël – d’autres suivent la tradition italienne, qui est d’offrir les cadeaux le 6 janvier, le jour de l’Épiphanie. Ce jour-là, dit-on aux enfants, une vieille femme du nom de Befana parcourt le ciel sur un balai à la recherche de l’enfant Jésus. Dans sa quête, elle s’arrête à chaque maison et laisse bonbons et jouets aux enfants sages et un morceau de charbon aux autres.

    Une autre tradition importante de Noël est la construction de crèches, ou presepi, dans les maisons et les églises. Il s’agit souvent de scènes très élaborées, allant beaucoup plus loin que la simple représentation de la Sainte Famille dans l’étable. Le village entier est recréé, avec ses habitants et ses animaux ; la scène comprend même parfois des éléments animés.

    À Pâques, les célébrations comprennent, outre les services religieux, un repas où l’on mange de l’agneau, des gâteaux qu’on fait spécialement pour cette fête et des œufs en chocolat pour les enfants."

    L'éducation

    "L’école est obligatoire jusqu’à 16 ans en Italie. L’année scolaire s’étend de septembre à la mi-juin, avec des vacances à Noël et à Pâques.

    Les écoliers italiens ne portent pas d’uniforme, mais on les reconnaît bien à leurs volumineux sacs à dos, qui contiennent les manuels qu’ils ont dû acheter pour l’école. Certains craignent d’ailleurs que les enfants ne se déforment le dos à porter une telle charge tous les jours.

    Les enfants vont à l’école maternelle de trois ans à cinq ans. De six à onze ans, ils vont à l’école primaire, puis ils passent trois ans à l’école intermédiaire, laquelle est sanctionnée par un examen important; l’instruction religieuse est facultative aux deux niveaux.

    À l’école secondaire, les élèves peuvent choisir entre études classiques, études scientifiques, études pédagogiques, arts, langues étrangères ou études techniques et professionnelles. Plus de la moitié des élèves choisissent les écoles techniques ou d’enseignement professionnel. À la fin des études secondaires, tous les élèves passent un examen oral et écrit difficile, la maturità. L’éducation relève du gouvernement central et c’est lui qui prépare cet examen, que l’on doit réussir pour être admis à l’université. Les résultats sont souvent publiés dans les journaux locaux. L’examen et l’attente des résultats sont sources de grande anxiété pour les élèves.

    On trouve des universités dans la plupart des grandes villes. Les étudiants italiens doivent travailler dur pour obtenir leur laurea, diplôme qui se situe entre le baccalauréat et la maîtrise des universités nord-américaines. Les examens sont à la fois oraux et écrits et la pression est très forte.

    Beaucoup d’universités sont surpeuplées. Il y a peu de contacts entre les professeurs et les étudiants, particulièrement dans les domaines professionnels comme la médecine et le génie. Des réformes majeures sont en cours pour améliorer le système universitaire."

    La santé

    "Tous les Italiens sont couverts par l’assurance-maladie gouvenementale. Il y a 322 000 médecins en Italie, soit un pour 177 personnes; c’est le taux le plus élevé d’Europe. Il n’est donc pas étonnant que l’espérance de vie en Italie soit si bonne: 80 ans pour les femmes et 74 ans pour les hommes.

    Le gouvernement italien prend entièrement en charge le coût des médicaments pour les maladies très graves; pour les médicaments courants, cela dépend du revenu. Les médecines et traitements alternatifshoméopathie, acupuncture, massages – sont assez populaires.

    Pendant plus de 1000 ans, ce sont les ordres religieux qui ont soigné les malades, monastères et couvents servant d’hôpitaux aux villages environnants. Moines et moniales avaient développé une connaissance très poussée des herbes et des épices. Aujourd’hui encore, certains ordres religieux font des digestifs qui ont parfois davantage un goût de médicament que de liqueur.

    Certains hôpitaux et services ambulanciers sont toujours dirigés par des institutions religieuses. Quand le pape a besoin de soins médicaux, il va dans un grand hôpital universitaire, l’Ospedale Gemelli, qui est dirigé par l’Église catholique. Il n’est pas nécessaire d’être catholique pour se faire soigner dans les hôpitaux catholiques, dont les soins sont couverts par l’assurance-maladie gouvernementale.

    Depuis des siècles, les Italiens fréquentent des thermes. Ils y boivent de l’eau de source et prennent des bains dans des eaux réputées pour leurs vertus thérapeutiques. Il semble que les sources d’eau sulfureuse soient bonnes pour l’asthme et que les bains de boue soulagent les gens qui souffrent de l’arthrite. Si certaines cures sont remboursées par l’assurance-maladie, en général elles sont plutôt considérées comme un luxe.

    En Italie, on utilise abondamment les remèdes traditionnels: citron pour les rhumes et la grippe, ail pour l’hypertension et les problèmes de bronches. Dans certaines régions, si quelqu’un a mal à l’estomac, on lui donnera un canarino (canari), tisane de feuilles de laurier et de pelures de citron qu’on fait bouillir jusqu’à ce que la décoction soit d’un vert jaunâtre. Beaucoup d’Italiens boivent de l’eau minérale plutôt que l’eau du robinet, considérant que cette eau est bonne pour le système digestif et les reins."

    Arts et littérature

    "Pour nombre de gens, l’Italie est synonyme d’opéra. On pense tout de suite au plus grand compositeur d’opéras italien, Giuseppe Verdi (1813-1901), et au non moins célèbre Giacomo Puccini (1858-1924). La Scala de Milan compte parmi les plus prestigieuses salles d’opéra du monde.

    La musique a toujours fait partie intégrante de la vie des Italiens. Vivaldi (1678-1741) fut l’un des plus importants compositeurs de son époque. Antonio Stradivarius et Niccolo Amati, deux luthiers italiens du XVIIe siècle, fabriquèrent des instruments qu’on admire et dont on joue encore aujourd’hui.

    L’Italie a produit trop d’artistes pour qu’on les énumère ici. Léonard de Vinci et Michel-Ange sont deux des plus grands artistes de la Renaissance. Vinci était non seulement un artiste, mais aussi un savant et un inventeur; il notait toutes ses idées en écrivant à l’envers, ce qui demande qu’on tienne le texte devant un miroir pour pouvoir le lire. Michel-Ange était peintre, sculpteur, architecte; ses œuvres les plus connues sont les fresques de la voûte de la chapelle Sixtine du Vatican, une statue de David, qui est conservée à l’Académie de Florence, et la coupole de la basilique Saint-Pierre, à Rome.

    Le XIVe siècle fut un grand siècle de la littérature italienne. Délaissant le latin, Dante Alighieri écrivit La Divine Comédie dans son dialecte toscan, contribuant à faire de celui-ci la langue littéraire de l’Italie. Sous son influence, d’autres écrivains florentins, dont Boccace et Pétrarque, choisirent aussi d’écrire en toscan.

    Six écrivains italiens du XXe siècle ont reçu le prix Nobel de littérature: Giosue Carducci, en 1906; Grazia Deledda, en 1926; Luigi Pirandello, en 1934 ; Salvatore Quasimodo, en 1959; Eugenio Montale, en 1975 et Dario Fo, en 1997. L’écrivain et sémiologue Umberto Eco, auteur du célèbre roman Le Nom de la rose, est mondialement connu.

    L’Italie jouit d’une réputation internationale en matière de mode, de design industriel et de décoration; Milan est la capitale de la mode de l’Italie. Le cinéma italien aussi est mondialement connu. Dès les années 1950, il était florissant, grâce entre autres au complexe de studios et de laboratoires de Cinecittà, construit tout près de Rome; à l’époque, on en parlait comme de l’Hollywood de l’Europe. Des cinéastes comme Federico Fellini, Michelangelo Antonioni et Franco Zeffirelli sont mondialement connus."

    Sports et loisirs

    "Les Italiens sont des mordus du soccer, qu’on appelle calcio en Italie. Ils sont très fiers de leur équipe nationale, qui a remporté trois fois la Coupe du Monde, et les joueurs vedettes de l’équipe sont de véritables héros. Le dimanche après-midi, la télévision diffuse les matchs de la ligue nationale et tout le pays les regarde. Plus d’un architecte italien a d’ailleurs gagné sa réputation en construisant un stade. De tout petits villages se dotent d’immenses terrains de soccer éclairés. On joue quartier contre quartier, village contre village, région contre région. Dans n’importe quel parc on peut voir des jeunes et des moins jeunes taper dans un ballon.

    La course cycliste est aussi très populaire. La course la plus importante est le Giro d’Italia: le parcours sillonne la région alpine sur 2 750 km et comprend certaines des côtes les plus abruptes d’Italie. Les courses automobiles de Formule 1 attirent également un grand nombre de spectateurs, qui applaudissent avec enthousiasme quand l’équipe Ferrari l’emporte.

    La Corsa del Palio (Course à la bannière) est un autre spectacle très apprécié. Depuis 1482, cette course équestre se tient deux fois par année à Sienne. Dix cavaliers vêtus en costumes de la Renaissance galopent à cru trois fois autour de la grande place de la ville, la Piazza del Campo. Une foule importante massée sur la place les applaudit et des milliers d’autres spectateurs les regardent à la télévision.

    En Italie, on joue beaucoup au bocce. Il s’agit d’une sorte de jeu de quilles, dans lequel les joueurs cherchent, au moyen d’une boule, à frapper une petite balle ou à repousser les boules des adversaires vers l’extérieur du terrain.

    Plus de 80 % des familles italiennes ont un téléviseur. Les Italiens regardent en moyenne 3 heures et demie de télévision par jour. Beaucoup de programmes viennent des États-Unis ou d’autres pays européens. Tous ces programmes sont doublés en italien. L’industrie italienne du doublage est d’ailleurs parmi les plus importantes du monde.

    Les Italiens aiment jouer aux cartes. Parmi les jeux favoris figurent la briscola et la scopa, qui se jouent tous deux avec un jeu de 40 cartes sans nombre ni couleur, mais avec des figures royales, des épées, des soleils et des gobelets. Il existe deux styles de cartes: les Napoletane et les Piacentine."

    L'Italie (Projet des Profils culturels, Centre Anti-Racism, Multiculturalism and Native Issues (AMNI), Faculté de travail social, Université de Toronto, avec l'aide de Citoyenneté et Immigration Canada) (reproduction autorisée)

    Principales villes de l'Italie
    Source : L'Italie (Projet des Profils culturels, Centre Anti-Racism, Multiculturalism and Native Issues (AMNI), Faculté de travail social, Université de Toronto, avec l'aide de Citoyenneté et Immigration Canada) (reproduction autorisée)


    Carte des provinces de l'Italie
    Source : Europa
    © Commission européenne, 2003
    Reproduction autorisée, moyennant mention de la source



    Cartes de Rome, de Palerme et de Naples (Min. des Aff. étrang., France)

    Histoire

    Histoire

    Un regard sur l'histoire

    Les premiers habitants de la péninsule italienne furent les Étrusques et les Latins. Rome se développa entre le VIIIe et le IIIe siècles av. J.-C. à partir d’un petit campement sur le Tibre. Par les guerres et la colonisation, Rome en vint à contrôler tout le monde méditerranéen.

    Rome devint un empire en 44 av. J.-C. L’empire romain s’étendit au point de comprendre une large partie de l’Europe, l’Afrique du Nord et le Proche-Orient. Au IVe siècle, l’empereur romain embrassa la foi chrétienne et déplaça la capitale de l’Empire de Rome à Constantinople. L’empire se divisa en deux: l’Empire d’Occident et l’Empire d’Orient. Au Ve siècle, des Barbares venus du nord envahirent la péninsule italienne et pillèrent Rome.

    L’Italie du Moyen Âge et de la Renaissance était une collection de cités indépendantes, souvent en lutte les unes contre les autres. La France, l’Autriche et l’Espagne se battaient pour la possession de différentes parties de la péninsule. Le pape contrôlait aussi des territoires, qu’on appelait États pontificaux.

    En 1800, Napoléon envahit l’Italie et l’annexa à son empire. Quand il fut battu par les allies, en 1815, l’Italie fut de nouveau divisée. Giuseppe Garibaldi et Camillo Cavour la réunifièrent pour en faire le royaume d’Italie en 1861. Victor Emmanuel II du Piémont monta sur le trône. Rome demeura sous l’autorité du pape jusqu’en 1870, année où elle devint la capitale de l’Italie. Le pape ne céda cependant jamais le contrôle du Vatican.

    Vers la fin du XIXe siècle, l’Italie établit des colonies en Afrique. Elle combattit aux côtés des Alliés durant la Première Guerre mondiale. Les fascistes, dirigés par Benito Mussolini, s’emparèrent du pouvoir en 1922. Mussolini supprima l’opposition et réorganisa l’économie. En 1935, l’Italie envahit l’Éthiopie.

    En 1939, l’Italie entra en guerre aux côtés de l’Allemagne et graduellement le pays tomba sous la domination allemande. En 1943, les forces alliées, dont des régiments canadiens, s’emparèrent de la Sicile et remontèrent vers Rome en combattant les Allemands. Mussolini fut capturé et exécuté par des partisans (résistants) italiens en 1945. En 1946, la République d’Italie fut proclamée.

    Depuis 1945, l’Italie a connu une multitude de gouvernements de courte durée. Pendant les années 1970, elle a traversé une période d’agitation et de terrorisme. Les derniers gouvernements ont introduit des réformes politiques et économiques et pris des mesures pour enrayer la corruption politique.

    source: L'Italie (Projet des Profils culturels, Centre Anti-Racism, Multiculturalism and Native Issues (AMNI), Faculté de travail social, Université de Toronto, avec l'aide de Citoyenneté et Immigration Canada) (reproduction autorisée)


    Voir aussi: L'Italie à la Renaissance, dans Niccolo Machivel de Guglielmo Ferrero.

    Paolo Janni (éd.), Italy in Transition: the Long Road from the First to the Second Republic, Department of Politics, The Catholic University of America, Council for Research in Values and Philosophy, 1998 (The 1997 Edmund D. Pellegrino Lectures on Contemporary Italian Politics)

    Doocumentation

    Documentation

    Johann Wolfgang von Goethe, Voyages en Suisse et en Italie. Traduction nouvelle par Jacques Porchat. Paris, Hachette, 1912, XV-505 p. (Oeuvres de Goethe; 9) (Gallica, BNF, mode image, format PDF)
    François-René de Chateaubriand, Voyage en Italie (Gallica, BNF, mode texte)
    Germaine de Staël-Holstein, Corinne ou l'Italie, Londres, Peltier, 1807 (Gallica, BNF, mode texte
    Edgar Quinet, Allemagne et Italie, Paris, Desforges, 1846 (Gallica, BNF, mode texte)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Documents Associés
    Raccourcis
    Actualités: Yahoo! News, The Washington Post, Yahoo! Italia Notizie (en italien)
    Médias: Journaux. La Repubblica (Rome), La Stampa (Turin), Il Corriere della Sera (Milan), Il Messaggero, Gazzetta dello Sport. Radio et télévision. RAI: radio-télévision nationale italienne. Agence d'information. ANSA
    Présentation générale: Country Profile (BBC News), fiche du pays (Canada Europa), Windows on Italy, CIA - The World Factbook, Background Notes (Département d'État américain)
    Répertoires de sites, moteurs de recherche: Yahoo! Italia
    Sites gouvernementaux:
    Présidence de la République
    Parlement italien: Chambre des députés et Sénat
    Site officiel du Président du Conseil
    Site du Ministère des Affaires étrangères (en italien et en anglais)
    Ministère de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat
    Cour constitutionnelle
    Banca d'Italia (Banque nationale)
    Sites municipaux: Rome, Florence, Gênes, Messine, Milan, Naples
    Ambassade d'Italie à Ottawa, Can.
    Délégation générale d'Italie à Montréal, Qc
    Institut culturel italien de Paris
    Ambassade d'Italie aux États-Unis
    Autres sites gouvernementaux
    Politique:
    Composition du gouvernement
    Drapeau du pays
    Relations diplomatiques:
    Relations France-Italie (Min. des Aff. étrang., Fr.)
    Ambassade américaine à Rome
    Économie:
    L'Italie et le Fonds monétaire international
    Country Commercial Guide (U.S. Commercial Service)
    Énergie:
    Country Analysis Brief (Energy Information Administration, É.-U.)
    ENI
    ENEL
    Environnement:
    Environmental Issues (Energy Information Administration, É.-U.)
    Développement social:
    Statistiques de l'Unicef
    Démographie:
    Fiche du pays (Population and Development Database)
    Langues:
    Languages of Italy (Ethnologue)
    Culture:
    Manifestazioni.com (manifestations culturelles en Italie)
    Serveur de la Bibliothèque nationale
    Collections de textes littéraires italiens en ligne: Liber Liber Biblioteca, Biblioteca dei Classici, Antologia (frammentaria) della Letteratura Italiana
    Bollettino '900 (bulletin électronique de littérature italienne)
    Tourisme:
    Agence nationale italienne pour le tourisme
    Guide: Lonely Planet - français (Italie, Florence, Rome, Sicile, Venise, Italie du Sud), Routard.com
    Italia
    Travel-Italy.com
    Conseils à l'intention des voyageurs: Min. des Aff. étrang., Fr.; Min. des Aff. étrang. et du Comm. intern., Can.
    Météo

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.