• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Instruments de musique

    Définition

    Le plus vieil instrument connu est un rhombus en bois de renne découvert en Dordogne et pouvant dater de 12,000 ans avant notre ère. On a retrouvé en Chaldée des instruments à vent datant d'environ 3,000 ans av. J.-C. divers types de flûtes, des aulos à pavillon recouvert et (ou) recourbé, des trompettes à pavillon évasé; des instruments à corde: harpes, cithares, psaltérions, luths; et des instruments à percussion: cymbales, timbales, tambours et balags (grosse caisse). Cette civilisation suméro-chaldéenne (5,000 ans av. J.-C.) qui a eu une grande influence sur les Assyriens, les Hébreux, la Grèce, l'Égypte et les Romains nous a donc donné, à travers ces nations fondatrices de notre civilisation, certains des instruments que nous utilisons encore maintenant.

    Les Grecs avaient une prédilection pour la lyre et la cythare: «la lyre et la cithare jouaient un rôle prédominant dans la poésie lyrique, mais l'aulos se joignait à elle pour accompagner les odes de Pindare et tenaient le monopole dans le domaine du dithyrambe et des choeurs dramatiques; la lyre régnait sur l'instruction athéniennne, l'aulos trouvait sa place dans la vie sociale et militaire».1 De grands poètes ont eu leurs noms associés à d'autres instruments: Homère et son kitharis, Sapho et son barbytos. La mythologie grecque attribue l'invention de la lyre à Hermès, qui l'offre à Apollon et à Orphée. Le tragique amour de ce dieu pour Eurydice inspirera le célèbre opéra de Gluck (1714-1787): Orphée et Eurydice. Une religion naîtra du culte d'Orphée, l'orphisme, laquelle exercera une influence profonde dans toute la Grèce du VIe siècle av. J.-C. jusqu'à la fin de l'Antiquité.

    Enjeux

    Érotisme et instruments de musique
    Certains historiens du Moyen Age, Régine Pernoud en particulier, s'insurgent souvent contre une idée préconçue et très répandue selon laquelle cette période est obscure et simpliste. Gardons-nous par exemple de croire que la musique religieuse ait été la seule expression musicale de cette époque. Au contraire, à l'extrême pureté du chant grégorien a correspondu une musique profane truculente. Une musique servant de canal à l'expression de ce que depuis Freud nous appelons les pulsions sexuelles. Cette musique a toujours existé parallèlement à d'autres formes plus élevées. «L'érotisme et la musique ont de tous temps fait bon mariage»1. D'autres autorités morales antérieures à Grégoire le Grand, Basile, Théodose, Jean Chrysostôme, Grégoire de Naziance avaient dénoncé le caractère dépravé de certaines danses et de certains instruments. La ronde par exemple est vue comme «un cercle dont le centre est le diable et tous tournent à gauche parce que tous tendent vers la mort éternelle»2. Un historien contemporain, Jean Gagné, a commenté avec beaucoup de verve l'usage que les Anciens faisaient des instruments de musique dans l'expression de leurs instincts amoureux. Il montre comment le Moyen Age distinguait «les instruments hauts, ceux qui jouent fort, des instruments bas, les doux et, du même coup, les instruments à vent, généralement forts, des instruments à corde généralement doux»3. Les instruments à corde représentant le pôle spirituel de l'homme, ceux à vent son pôle charnel. Cette conception des instruments, on a vu que Platon la défendait déjà. Mais au Moyen Age, les formes mêmes des instruments étaient liées à certaines images érotiques, preuve que les Anciens ont devancé Freud sur le chemin des interprétations symboliques. L'enfer du peintre flamand Bosch par exemple, est pavé d'instruments de musique et c'est la cornemuse qui symbolise la luxure. «La flûte, et les instruments d'apparence semblable (flagolet, galoubet, bâton, archet..., seront à la Renaissance des symboles érotiques classiques, souvent dans les mains des femmes. Il est vraisemblable qu'ils l'ont été aussi au Moyen Age et que les exemples tardifs connus constituent l'aboutissement naturel d'un symbolisme spontanément accepté et reconnu»4. Symbolisme spontané, et par conséquent non encore imprégné de la conscience qui devient si rapidement mauvaise conscience...


    Lapin jouant de la harpe. Enluminures de la Bibliothèque municipale de Lyon. Ms 409, f. 541v



    Érotisme également des paroles. Philippe Ariès a longuement démontré que cet érotisme imprégnait toute la vie; on le retrouvait dans les danses, dans les gestes et dans les coutumes - celle par exemple de faire dormir indistinctement les enfants avec les adultes. Il ne serait pas venu à l'idée de nos ancêtres de faire de l'éducation sexuelle un enseignement spécifique. Les enfants apprenaient les choses de la vie au contact de la vie elle-même. La chanson suivante, par exemple ne laisse plus rien à deviner à l'enfant qui l'a entendue! On y trouve toutefois suffisamment de métaphores pour qu'on ne puisse pas la qualifier de pornographique.

    Comme il arrivait au tilleul
    Il dit «asseyons-nous»
    — l'amour le pressait fortement —
    «faisons un jeu»

    Il saisit mon corps blanc
    non sans crainte
    et dit «je te rends femme,
    douce est ta bouche».

    Il souleva ma chemisette
    et quand nom corps fut dénudé
    il entra soudain dans mon petit château
    poignard dressé...»5

    Notes
    1. L'érotisme au Moyen Age, direction Bruno Roy, «L'érotisme dans la musique médiévale», par Jean Gagné, Éditions de L'Aurore, Montréal 1977, p.85.
    2. Ibid., p.86
    3. Ibid., p.89
    4. Ibid., p.92
    5. Ibid., p.97

    Documentation

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.