• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Inde

    Description

    "La diversité des climats et des paysages en Inde est telle que beaucoup considèrent ce pays plutôt comme un continent. En fait, pendant des millions d'années, l'Inde était un continent séparé. Ce n'est que récemment, en termes géologiques, qu'elle s'est jointe au reste du continent asiatique.

    L'impact de la collision créa l'Himalaya, la chaîne de montagnes les plus élevées du monde. La partie la plus septentrionale de l'Inde est une région de hautes montagnes couvertes de neige, de vallées florissantes et de vastes zones où il y a plus d'ours et de chevrotains que d'habitants.

    Au sud-ouest des montagnes, le paysage change rapidement. Le désert de Thar et les plaines arides du Rajasthan remplacent les montagnes. Au sud-est de la chaîne de montagnes, s'étend une des régions les plus humides de la Terre qui reçoit jusqu'à 15 mètres de pluies chaque année.

    Le centre de l'Inde est une zone riche et plate. Le Gange l'arrose puis se déverse dans la baie du Bengale où les tigres, les éléphants, les léopards et les singes sont toujours communs. Au sud des plaines centrales, s'élève le plateau du Deccan bordé de collines le long des deux littoraux. Plus au sud, on trouve des plages sablonneuses, des palmeraies et l'océan Indien.

    Chaque région de l'Inde a son propre caractère et ses propres traditions. Les maisons en feuilles de palmier du sud ne ressemblent en rien aux maisons en pierre de l'Himalaya ou aux maisons flottantes du Cachemire. Chaque ville a son propre caractère, de New Delhi, avec ses anciennes tours et forteresses, à Calcutta, avec son fleuve magnifique et ses trottoirs populeux, à Bombay, construite sur sept îles, la ville la plus riche de l'Inde."

    L'Inde (Projet des Profils culturels, Centre Anti-Racism, Multiculturalism and Native Issues (AMNI), Faculté de travail social, Université de Toronto, avec l'aide de Citoyenneté et Immigration Canada) (reproduction autorisée)


    Régime politique

    "L'Inde est une démocratie fonctionnelle avec des gouvernements élus aux échelons national, étatique et local. Le chef de l'État indien est le président (dont les fonctions sont principalement honorifiques), et le chef du gouvernement est le premier ministre. L'autorité législative du gouvernement de l'Union est dévolue à un parlement bicaméral composé d'une chambre basse: l'Assemblée du peuple (Lok Sabha), et d'une chambre haute: le Conseil des États (Rajya Sabha). L'autorité judiciaire est indépendante, surtout aux niveaux supérieurs, et généralement efficace, malgré les longs délais qui caractérisent les procédures judiciaires. L'Administration fonctionne, bien que lentement et de façon inégale. L'Inde jouit de médias d'information libres et dynamiques."

    Inde: évaluation de la situation économique et politique (Service des délégués commerciaux du Canada, Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada, avril 2001; dernière mis à jour: 10 avril 2001) - reproduction pour utilisation publique non commerciale autorisée


    Survol de l'économie et du monde du travail

    "Le choix de carrière en Inde est souvent influencé par la religion et les antécédents familiaux. Au sein de la communauté hindoue, chaque emploi, du balayage de rues au clergé, était traditionnellement exécuté par une caste particulière. La situation a évolué par suite de la migration vers les villes des populations à la recherche de nouvelles possibilités.

    La plupart des Indiens travaillent la terre. Depuis l'Indépendance, la «révolution verte» qui a introduit de nouvelles variétés de blé et de riz à haut rendement et l'usage accru de fertilisants et de l'irrigation, a permis l'élimination des famines. L'Inde est devenue exportatrice de produits alimentaires, en dépit de la croissance de sa population. Cependant, de nombreux fermiers sont incapables de gagner leur vie; des milliers vont dans les villes dans l'espoir de trouver du travail.

    L'Inde est l'une des nations industrielles de pointe du monde. Les petites entreprises sont particulièrement dynamiques; beaucoup d'Indiens créent leur propre petite entreprise allant d'un stand de cirage de chaussures à une entreprise internationale ambitieuse d'import-export.

    La participation des femmes à l'économie s'accroît également, non seulement au sein des professions dans les grandes villes, mais aussi dans les régions rurales où des entreprises indépendantes et en coopérative, possédées et dirigées par des femmes commencent à prospérer."

    Langues et communications

    "Il y a plus de 200 langues en Inde et beaucoup ont leur propre système d'écriture, très différent de l'alphabet romain. De nombreux Indiens utilisent l'anglais pour communiquer s'ils ne partagent pas la même langue maternelle. L'hindi est maintenant considéré comme langue nationale. L'ourdou est généralement parlé par les musulmans du nord, où se côtoient de nombreuses autres langues orales apparentées. Au sud de l'Inde, le tamoul, le télougou, le kannada et le malayalam sont plus communs.

    Lors de leur première rencontre, les Indiens se saluent de façon formelle et respectueuse. La salutation la plus courante n'est pas de se serrer la main, mais le namaste où on s'incline légèrement les mains jointes devant le visage. Toucher des étrangers est gênant pour certains Indiens, le namaste permet de se saluer sans contact physique.

    Une fois les salutations d'usage passées, vous pouvez vous retrouver plongé dans une conversation qui peut sembler très personnelle. Des questions sur des sujets comme votre lieu de naissance, votre famille et même votre situation matrimoniale ne sont pas une intrusion dans votre vie pour beaucoup d'Indiens; ils veulent simplement mieux vous connaître et trouver des points communs."


    Religions et croyances

    «Toutes les sectes méritent un respect réciproque. En agissant ainsi, un homme élève sa propre secte et en même temps rend hommage aux sectes d'autrui.» L'empereur Ashoka
    "La spiritualité est un élément central de la vie en Inde, depuis de nombreuses années. Quelques-unes des grandes religions du monde ont vu le jour en Inde, et c'est un centre important pour d'autres.

    Il y a 500 millions d'hindous en Inde et leur religion remonte à plus de 3000 ans. Ses nombreux dieux et déesses sont tous des manifestations de la création, de la conservation ou bien, de la destruction et de la renaissance. Les hindous croient que tous les humains passent à travers des cycles de renaissance avant de finalement atteindre à la libération. Le système de castes fait aussi partie de la religion hindoue; chaque hindou naît dans une caste ou classe sociale particulière. Bien que le système de castes soit moins rigide qu'il l'était, beaucoup d'hindous constatent que leur caste continue d'influencer leur choix de profession et de conjoint.

    Environ 75 millions d'Indiens sont musulmans. Leur mode de vie est fondé sur le Coran, un livre de direction spirituelle révélé en arabe, et sur les enseignements de Mahomet. Ce prophète vécut et reçut ses révélations dans l'Arabie du VIIe siècle après J.-C. Les musulmans croient en un dieu unique et en l'égalité de tous les hommes. L'islam honore de nombreux prophètes; Abraham, Moïse et Jésus, par exemple, sont des personnages importants évoqués dans le Coran. Les musulmans pratiquants prient cinq fois par jour, font généreusement l'aumône aux pauvres, observent le jeûne du ramadan et essaient de faire le pèlerinage à La Mecque une fois dans leur vie.

    La chrétienté indienne aurait commencé avec l'arrivée de l'apôtre saint Thomas en 54 après J.-C. Il y a maintenant plus de 19 millions de chrétiens indiens; les plus importantes communautés au Kerala, l'État le plus au sud, et dans l'île de Goa, au large de la côte ouest.

    La religion sikh, qui compte 13 millions de disciples, a été fondée il y a 500 ans par Guru Nânak qui voulait réunir les meilleurs éléments de l'hindouisme et de l'islam. Les sikhs croient en un dieu unique et sont opposés aux idoles. Ils sont également contre le système de castes et préconisent la tolérance et l'amour des autres par l'hospitalité qu'ils manifestent à l'égard d'étrangers. Les sikhs sont très visibles car chaque homme porte les cinq symboles de sa foi, notamment les cheveux non coupés couverts d'un turban et un court sabre cérémonial.

    Le bouddhisme, qui a pris naissance en Inde et qui compte encore cinq millions de disciples dans ce pays, est plus un code moral qu'une religion. L'élément central du bouddhisme est que toute la vie est souffrance et que la douleur est causée par nos désirs. En suivant les enseignements du Bouddha, on peut se libérer du cycle de la mort et de la renaissance.

    La religion jaïne, fondée presqu'en même temps que le bouddhisme, est pratiquée par environ 3,5 millions d'Indiens. Le respect de toute vie est importante pour les jaïns; ils sont végétariens et évitent d'enlever toute vie, grande ou petite. Les moines jaïns vont jusqu'à porter un linge sur la bouche pour éviter d'avaler accidentellement de petits insectes."

    Les fêtes

    "Parfois, en Inde, il semble y avoir chaque jour, une fête quelque part. Chaque religion et chaque région a ses propres fêtes, en plus des nombreux congés nationaux.

    Un des premiers événements de l'année est la fête de la République. Le 26 janvier marque l'anniversaire de la naissance de la république de l'Inde, en 1950. Un défilé militaire spectaculaire à New Delhi, la capitale, constitue l'une des principales attractions. Le 15 août est la fête de l'Indépendance, jour anniversaire de la libération de l'Inde de l'autorité britannique en 1947.

    Parmi les fêtes hindoues, il y a Holi, en février, marquant le début du printemps. C'est de loin la célébration hindoue la plus colorée; les Indiens célèbrent Holi en projetant de l'eau et des poudres colorées sur tout le monde. Une des plus grandes fêtes indiennes est Divali, «fête de la lumière», qui dure cinq jours. Les Indiens allument des lampes à chaque fenêtre pour guider le retour à la maison du bon prince Rama et font éclater des pétards pour célébrer son arrivée. Ils nettoient leur maison de fond en comble, lavent les perrons et la décorent de dessins à la craie. Chacun revêt ses plus beaux atours pour aller chez les amis et les parents. Les entreprises commencent leur année financière avec des cérémonies spéciales à la fin de Divali.

    Parmi les célébrations religieuses musulmanes, Id-ul-Fitr marque la fin du mois de jeûne du ramadan et Id-ul-Adha, celle du pèlerinage du Hadj. Les deux sont célébrées par des prières de la congrégation le matin, des visites aux amis et à la famille, des cadeaux pour les enfants et des repas fastueux le reste de la journée. Les célébrations musulmanes sont régies par le calendrier lunaire et les dates sont différentes chaque année.

    Dans la plupart des communautés indiennes, les gens se joignent aux célébrations religieuses de leurs voisins en plus des leurs."

    La santé publique

    "La croissance de la population indienne est due, dans une large mesure, à la réduction du taux de mortalité et non à la croissance du taux de natalité. Les vaccinations de masse, le contrôle de la peste et la purification de l'eau ont largement contribué à l'amélioration de la santé publique en Inde.

    Les Indiens ont deux principales options en matière de soins médicaux: la médecine de type occidental et le système traditionnel indien de traitement ayurvédique. Ce dernier met essentiellement l'accent sur la prévention de la maladie, plutôt que sur son traitement. Ces deux systèmes de santé publique disposent de médecins possédant une formation officielle, et beaucoup de familles indiennes combinent ces deux options.

    Beaucoup utilisent aussi des remèdes maison. Les traitements homéopathiques sont particulièrement populaires. Ils consistent en des doses infimes de substances qui déclencheraient la maladie en quantités plus élevées."

    Les arts

    "Pendant des siècles, les arts en Inde ont été associés à la religion. Les plus grandes uvres de la littérature indienne se retrouvent dans ses livres saints en sanskrit. Des poètes classiques comme Igbal et Gholib écrivaient en ourdou. Les meilleurs exemples de l'architecture et des grandes sculptures indiennes se trouvent généralement dans les lieux de culte. La plupart des peintures indiennes en Inde représentent des scènes religieuses ou sont des objets de méditation pour les disciples.

    Les danses indiennes puisent également leur source dans la religion hindoue. Elles sont exécutées dans les temples et évoquent des légendes par le mime et le geste, le drame et la musique. Dans la religion hindoue, Shiva est le dieu de la danse. (...) Les enfants apprennent souvent la signification de leurs traditions religieuses lorsqu'ils exécutent des chants et des mouvements séculaires.

    De tous les arts indiens, la musique est sans doute la mieux connue en Occident. La musique classique indienne, que caractérise le sitar, instrument à cordes à long manche, fascine les grands musiciens du monde et certaines musiques parmi les plus intéressantes d'aujourd'hui subissent l'influence des rythmes du tabla indien remontant à des milliers d'années.

    Alors que des musées à travers le monde exposent des chefs-d'oeuvre de l'art indien ancien, il existe beaucoup d'artistes prolifiques aux uvres recherchées. Chaque région de l'Inde possède son propre artisanat et ses styles traditionnels, allant des boîtes en papier mâché aux peintures complexes, aux châles en laine, aux broderies colorées du Cachemire et aux maisons peintes de Baramsar."

    Sports et loisirs

    "Les passions nationales sont le cricket et le cinéma. Le cricket, avec son allure lente (une partie peut durer cinq jours), convient parfaitement au chaud climat indien et à son rythme de vie. Il n'est pas rare de voir des gens l'oreille collée à des radios portatives au coin des rues ou au bureau pendant des parties internationales. L'équipe nationale compte deux des meilleurs joueurs au monde, Tendulkar et Kambli; l'Inde a de bonnes chances de remporter le championnat du monde de cricket.

    Le cinéma suscite également l'engouement populaire. Les films indiens couvrent tous les genres, allant de chefs-d'uvre artistiques à des comédies musicales aux émotions fortes, romances impossibles, polémiques familiales et danses, en des lieux exotiques. Les comédies musicales sont une spécialité de l'industrie du film de Bombay (parfois appelée «Bollywood») qui produit chaque année plus de films que Hollywood. Les vedettes de cinéma jouissent d'une énorme popularité et peuvent se retrouver dans 20 films à la fois; les bandes sonores des films sont la forme de musique la plus populaire en Inde.

    Plus récemment, la télévision rivalise avec les films en fait de popularité. Beaucoup de spectacles sont produits régionalement, en plus des productions nationales. En Inde (...), beaucoup de familles aiment passer la soirée ensemble et regarder les programmes les plus récents.

    Les enfants préfèrent souvent des jeux plus actifs qui ne nécessitent pas d'équipement élaboré. Les jeux de lancer et de frappe sont populaires. Les toupies, les billes, les cartes et les cerfs-volants sont appréciés des jeunes garçons; les filles préfèrent le jeu des osselets et l'artisanat."

    L'Inde (Projet des Profils culturels, Centre Anti-Racism, Multiculturalism and Native Issues (AMNI), Faculté de travail social, Université de Toronto, avec l'aide de Citoyenneté et Immigration Canada) (reproduction autorisée)

    Histoire

    Histoire

    Survol du passé

    "L'histoire de l'Inde est impossible à décrire en quelques paragraphes. Ce que nous appelons maintenant l'Inde ne devint une seule nation que récemment. Pendant des siècles, c'était un assemblage d'États et d'empires, chacun ayant ses propres coutumes et traditions. Des douzaines de régions de l'Inde, beaucoup avec des populations supérieures à celle du Canada, possèdent une histoire plus ancienne que la plupart des pays européens.

    L'Inde est le berceau de l'une des premières civilisations du monde. La civilisation d'Harappa fut florissante pendant un millier d'années, à compter de 2500 avant J.-C. Un système d'écriture, des maisons et des citadelles en briques, des systèmes d'égouts et même un ramassage organisé des ordures existaient déjà en Inde il y a 4 000 ans.

    Au fil des siècles, les grands royaumes hindous du sud de l'Inde établirent des réseaux commerciaux avec les anciens Égyptiens, les Romains et les empires de l'Asie du Sud-Est; à l'époque, une grande partie du Sri Lanka et de la péninsule malaise était contrôlée par le sud de l'Inde.

    Le nord a eu sa propre histoire tumultueuse. Des vagues de nouveaux arrivants entrèrent par le nord de l'Inde et balayèrent le sud, s'intégrant à son mélange de populations. Le bouddhisme fit son apparition dans le nord au Ve siècle avant J.-C. et devint une puissante force sociale. Grâce au bouddhisme, l'influence de l'Inde se propagea jusqu'au sud de la mer de Chine. L'islam arriva en Inde au XIe siècle. De nombreux empereurs musulmans du nord et du centre de l'Inde contribuèrent à son riche patrimoine spirituel, architectural et linguistique.

    La vie en Inde changea énormément avec l'arrivée des colonisateurs européens au XVIe siècle. Bien qu'elle n'ait été ni la première ni la dernière puissance européenne en Inde (le Portugal détient ces deux titres), la Grande-Bretagne a laissé la plus grande empreinte sur le pays. Pendant 300 ans, le modèle de gouvernement anglais s'est imposé de différentes façons: la fonction publique indienne, le système juridique et éducatif, les chemins de fer et plusieurs industries. L'empire britannique profita également par la perception de taxes et les monopoles commerciaux qui laissèrent l'industrie textile et d'autres industries établies de l'Inde sérieusement affaiblies. Sans doute l'élément le plus durable de la colonisation est l'usage généralisé de la langue anglaise.

    Les tactiques de résistance passive du Mahatma Gandhi furent adoptées par des millions d'Indiens pour protester contre l'autorité britannique. Deux organismes politiques, le Congrès de l'Inde et la Ligue musulmane, recueillirent un soutien populaire très répandu et continuèrent d'exiger l'autonomie. L'indépendance fut finalement accordée en 1947.

    Les premiers jours du nouveau pays furent tragiques. L'Inde britannique se divisa en deux, le Pakistan musulman et l'Inde hindouiste. Au cours des jours précédant et suivant le 14 août 1947, des millions de personnes s'efforcèrent de déménager leur maison et leur famille du «bon» côté de la frontière. Ce fut le plus grand exode de l'histoire, hélas!, accompagné d'un bain de sang.

    Depuis l'indépendance, l'Inde a augmenté sa production alimentaire et la prospérité en a fait une des principales puissances industrielles d'Asie. Des campagnes d'intolérance religieuse et une escalade de la violence au cours de la dernière décennie, cependant, inquiètent toujours profondément ceux qui souhaitaient que le pays devienne la plus grande démocratie du monde."

    L'Inde (Projet des Profils culturels, Centre Anti-Racism, Multiculturalism and Native Issues (AMNI), Faculté de travail social, Université de Toronto, avec l'aide de Citoyenneté et Immigration Canada) (reproduction autorisée)


    Voir aussi les pages Web suivantes:

    Richard M. Eaton, The Rise of Islam and the Bengal Frontier, 1204-1760, Berkeley, University of California Press, 1993 (texte intégral, format html)
    Eugene F. Irschick, Dialogue and History. Constructing South India, 1795-1895, Berkeley, University of California Press, 1994 (texte intégral, format html)
    William R. Pinch, Peasants and Monks in British India, Berkeley, University of California Press, 1996 (texte intégral, format html)
    Musée de la Compagnie des Indes (Fr.)
    British Voices from South Asia (exposition virtuelle, Louisiana State University, Librairies Special Collections)

    Doocumentation

    Documentation
    Histoire religieuse de l'Inde

    A. K. Ramanujan, A Flowering Tree and Other Oral Tales from India. Edited with a preface by Stuart Blackburn and Alan Dundes, Berkeley, University of California Press, 1997 (texte intégral, format html)

    Joseph S. Alter, The Wrestler's Body. Identity and Ideology in North India, Berkeley, University of California Press, 1992 (texte intégral, format html)

    Parama Roy, Indian Traffic. Identities in Question in Colonial and Postcolonial India, Berkeley, University of California Press, 1998 (texte intégral, format html)

    Sarah Lamb, White Saris and Sweet Mangoes. Aging, Gender, and Body in North India, Berkeley, University of California Press, 2000 (texte intégral, format html)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Documents Associés
    Paul Janet
    Brahmanisme, Baghavad-Gita, lois de Manou, institution des castes, inégalité entre les hommes, mysticisme, famille
    Raccourcis

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.