• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    cosse

    Description

    Crédit: FOTW Flags Of The World website à l'adresse: http://flagspot.net/flags/ - Reproduction autorisée"L’Écosse occupe la partie nord de l’île de Grande-Bretagne; l’Angleterre et le Pays de Galles occupent la partie sud. L’Écosse est bordée par l’océan Atlantique à l’ouest et au nord, et par la mer du Nord à l’est. Elle compte 130 îles dont les îles Shetland et Orkney (Orcades), au large de la côte nord, et les Hébrides, à l’ouest.

    L’Écosse est divisée en trois grandes régions: les Highlands au nord, les Lowlands au centre, et les Southern Uplands au sud. Les Highlands sont une région de montagnes et de lacs (lochs). La sommet la plus élevée, le Ben Nevis, culmine à 1 343 m. Les Lowlands sont des plaines fertiles, drainées par des rivières. Les grandes villes de Glasgow et Édimbourg se trouvent dans les Lowlands. Près de 75 % de la population habite cette région. C’est là aussi que se concentre la majeure partie des activités économiques du pays. Les Southern Uplands, près de la frontière anglaise, offrent un paysage vallonné très verdoyant.

    Bon nombre de fleuves écossais se jettent dans la mer par de larges estuaires (ou firths): la côte est est découpée par les estuaires du Moray, du Tay et du Forth. Le Firth of Clyde, sur la côte ouest, se jette dans le Canal du Nord, qui sépare l’Écosse de l’Irlande.

    L’Écosse était autrefois couverte de forêts qui, depuis, ont été rasées pour laisser place à l’agriculture et aux industries. Un programme de reboisement est actuellement en place pour repeupler les forêts de chênes, de saules, d’aulnes, de pins et de bouleaux. Dans les vastes zones rocailleuses des landes écossaises (moors) poussent diverses plantes rases telles que l’ajonc, la bruyère, la mousse et le lichen. Le chevreuil, l’écureuil et le renard roux y abondent; on y trouve aussi des chats et des chèvres sauvages ainsi que des vipères. Les vaches des Highlands, espèce au poil long et épais, se sont adaptées au climat de la région. On fait aussi d’élevage de moutons dans le sud.

    Sur la côte ouest de l’Écosse, le climat est doux et humide avec des précipitations annuelles de 1 500 mm, alors qu’à l’est, où il fait plus froid et plus sec, il ne tombe que 650 mm de pluie par an. Il gèle rarement, mais les vents soufflant de la mer du Nord peuvent être cinglants. Dans les Lowlands, le climat est doux et les étés rarement très chauds ; en juillet et en août, la température moyenne à Édimbourg est de 19 °C."

    Vie économique

    "L’Écosse était autrefois une grande puissance industrielle; aujourd’hui, toutefois, bon nombre de mines de charbon, d’aciéries et de chantiers navals ont fermé. Le pétrole et le gaz naturel de la mer du Nord ont remplacé le charbon en tant que source d’énergie et ont relancé l’économie de l’ouest du pays. Les secteurs les plus modernes, tant dans les domaines de l’électronique, de l’informatique que des finances, sont les domaines les plus créateurs d’emplois. Le tourisme constitue actuellement la principale source de revenus de l’Écosse: les visiteurs affluent du monde entier pour jouer au golf, pêcher dans les lacs et les rivières et faire de la marche en montagne.

    Près de 80 % du territoire écossais sont consacrés à l’agriculture et à l’élevage: 60 % servent de pâturage pour les moutons et les bovins, et 20 % servent à la culture de l’orge et de l’avoine. On utilise l’orge comme nourriture pour les bovins et comme ingrédient de base dans la fabrication du whisky. Les framboises sont aussi très cultivées; pommes de terre et navets sont produits en faible quantité. On cultive également du colza (rapeseed).

    Pendant des siècles, beaucoup d’Écossais établis au bord de la mer ont vécu de la pêche: thon, hareng, grand corégone, homard, crevette et crabe. Mais le métier a changé avec l’utilisation de bateaux plus gros et plus modernes. La pêche excessive est devenue un problème, si bien qu’aujourd’hui la plupart des poissons sont élevés en fermes aquicoles.

    Quelques vieilles industries subsistent toujours en Écosse. La distillation du whisky, qui remonte au XVe siècle, regroupe aujourd’hui pas moins de 92 distilleries qui produisent plus de 2 000 marques. Le whisky écossais, de renommée mondiale, représente un important produit d’exportation. Le whisky de malt est fabriqué dans les Hébrides à partir d’orge malté, alors que le whisky de grain peut provenir du maïs, de l’orge ou de l’avoine. Quant au whisky mélangé (blended whisky), il est obtenu en combinant des whiskies de grain et de malt.

    Le tweed et autres lainages font aussi partie des exportations de produits traditionnels. Dans certaines régions, la laine est encore filée, teinte et tissée à la main. Le Harris tweed, fabriqué dans les Hébrides, est connu pour sa solidité et sa durabilité. Plus de 6 millions de mètres de cette étoffe sont produits chaque année.

    Les usines de textiles produisent aussi des tissus plus légers comme le tartan et les lainages tricotés. Les chandails Fair Isle, en laine de mouton des îles Shetland, sont très réputés. L’artisanat écossais comprend aussi la poterie, la verrerie et l’argenterie de style celtique. L’économie de l’Écosse s’est redressée au cours des années 1990, mais le taux de chômage demeure supérieur à celui du reste de la Grande-Bretagne. Le nouveau parlement écossais tente de trouver des moyens pour relancer l’économie et créer plus d’emplois."

    Langues parlées

    "La plupart des Écossais parlent anglais, et environ 80 000 personnes parlent encore le gaélique écossais, notamment dans les Highlands, les Hébrides, les Orcades et les Shetland. Le lallans, ou écossais des Lowlands, est un dialecte qui contient des mots d’origine scandinave, allemande et gaélique. Bien que des Écossais l’utilisent encore, le lallans est désormais considéré comme une langue littéraire que l’on trouve seulement dans les œuvres d’écrivains tels que Robert Burns.

    Le gaélique (prononcé gallic en Écosse) est une langue indo-européenne. Son alphabet comprend 18 lettres et sa syntaxe diffère de celle de l’anglais et du français. Par exemple, au lieu de dire «le chien mange sa nourriture», en gaélique on dira l’équivalent de «mange le chien sa nourriture».

    Jusqu’au XVIIIe siècle, la culture gaélique était très présente dans les Highlands. Mais après la rébellion manquée de Bonnie prince Charlie en 1745, les Anglais ont aboli l’usage du gaélique. Dans les années 1970, la langue a été ravivée et on l’enseigne maintenant dans les écoles et les universités. Ce regain d’intérêt s’étend aussi à la musique, la littérature et les traditions gaéliques.

    Les stations de radio et de télévision écossaises diffusent leurs propres émissions, mais la plupart des gens écoutent la BBC (British Broadcasting Corporation) d’Angleterre. L’Écosse dispose aussi d’un important secteur d’imprimerie et d’édition qui diffuse livres, journaux et magazines."

    Religions

    "Ce sont les missionnaires saint Ninian et saint Columba qui ont introduit le christianisme en Écosse. On sait peu de choses sur saint Ninian, sinon qu’il a vécu parmi les Pictes au IVe siècle. Saint Columba est arrivé d’Irlande et a fondé un monastère et une abbaye sur l’île d’Iona, à l’ouest des côtes d’Écosse, au VIe siècle.

    À la fin du VIIIe siècle, Pictes, Brittones et Scots étaient tous convertis au christianisme. Les Écossais étaient catholiques jusqu’à la réforme protestante du XVIe siècle. Des réformateurs comme John Knox, qui étudia avec John Calvin à Genève, eurent une telle influence dans le pays que celui-ci finit par rejeter les pratiques catholiques. En 1560, le Parlement écossais abolit la messe en latin et rejeta l’autorité du pape sur les Chrétiens écossais. Ce fut l’avènement de l’Église d’Écosse qui ne reconnaissait aucune autorité. Les congrégations étaient présidées au niveau local par les anciens.

    La nouvelle Église imposait un mode de vie très strict. Plusieurs formes de loisirs, comme le chant, la danse, les jeux de cartes et les fêtes en général, étaient interdites. le jour du sabbat (dimanche), personne ne travaillait et l’on devait assister à un service solennel qui comprenait un long sermon.

    De nos jours, si les deux tiers de la population disent être toujours membres de l’Église d’Écosse, 10 % seulement assistent au culte régulièrement. Toutefois, certaines traditions sont encore suivies: on célèbre encore plusieurs fêtes religieuses, et les bureaux et les commerces sont fermés le dimanche.

    Au sein de l’Église d’Écosse se distinguent deux petites congrégations minoritaires: l’Église libre d’Écosse et l’Église presbytérienne libre d’Écosse dont les adeptes se retrouvent principalement dans les Highlands et dans les îles. Dans les Lowlands, certaines personnes appartiennent à l’Église épiscopale d’Écosse, qui pratique une forme d’anglicanisme et est rattachée à l’Église d’Angleterre.

    L’Écosse compte environ 800 000 catholiques; la majorité vivent dans la région de Glasgow. Il y aussi une petite communauté juive dont les premiers représentants ont pour la plupart émigré en Écosse durant la Seconde Guerre mondiale pour échapper à l’holocauste. Parmi les immigrants les plus récents, on trouve aussi un certain nombre de Musulmans."

    L'Écosse (Projet des Profils culturels, Centre Anti-Racism, Multiculturalism and Native Issues (AMNI), Faculté de travail social, Université de Toronto, avec l'aide de Citoyenneté et Immigration Canada) (reproduction autorisée)


    L'Écosse, située au nord de l'île de Grande-Bretagne
    Source : Multihazard Mapping Initiative, Federal Emergency Management Agency (FEMA)

    Histoire

    Histoire
    "Les plus anciennes traces de peuplement sur le territoire écossais remontent à environ 4000 ans av. J.-C. Vers 500 av.J.-C., des tribus celtiques, dont les Pictes, des îles Shetland et des Orcades, et les Brittones, du sud, s’installèrent dans la région. Les Romains essayèrent de conquérir la région au IIe siècle, mais en vain.

    Au IVe siècle, des missionnaires convertirent les Celtes au christianisme, et au VIe siècle, les Scots, tribu celtique venue de l’Irlande, fondèrent leur royaume sur la côte ouest et introduisirent la langue gaélique. Au VIIe siècle, les Anglo-saxons s’établirent dans la partie sud du pays.

    Au IXe siècle, les Pictes et les Scots unifièrent leurs forces pour contrer les envahisseurs scandinaves: le Scot Kenneth McAlpin devint roi des deux groupes. Une divergence quant à la succession au trône entraîna au XIIIe siècle l’intervention du roi anglais Édouard I: celui-ci força les chefs écossais à lui prêter allégeance. Une guerre s’ensuivit. Lors de la bataille de Stirling Bridge, en 1297, l’armée écossaise, dirigée par William Wallace, vainquit les Anglais qui, par la suite, capturèrent Wallace et l’exécutèrent. Robert Bruce reprit l’armée sous ses ordres et vainquit les Anglais à la bataille de Bannockburn, en 1314. L’Écosse demeura ainsi indépendante.

    En 1542, Marie Stuart, cousine d’Élisabeth I d’Angleterre, fut sacrée reine de l’Écosse. Elle épousa l’héritier du trône de France, où elle vécut. Pendant son absence d’Écosse, le pays rejeta la religion catholique et fonda une Église protestante. À la mort de son mari, Marie Stuart revint en Écosse. à cause de sa religion catholique, elle fut contrainte à l’abdication et dut céder le trône à son fils Jacques. Elle se réfugia en Angleterre, mais Élisabeth I la fit emprisonner et, par la suite, exécuter. Cependant, à la mort d’Élisabeth en 1603, le fils de Marie Stuart, Jacques VI, devint roi d’Angleterre et d’Écosse. Les pays furent officiellement réunis après la ratification de l’Acte d’Union de 1707.

    En 1745, Charles-Édouard Stuart (surnommé Bonnie Prince Charlie) revendiqua le trône d’Écosse pour son père, catholique et descendant du roi Jacques. Charles et ses troupes furent défaits à la bataille de Culloden en 1746. Les Anglais, craignant une autre rébellion, déportèrent et exécutèrent bon nombre de Highlanders et abolirent leurs coutumes.

    Au cours du XVIIIe siècle, de nombreux Écossais quittèrent les campagnes pour aller travailler en ville, dans les industries du fer et du textile, et dans la construction navale. Vers le milieu du XIXe siècle, les Highlanders furent expulsés de leurs terres, qui furent converties en pâturages. Pendant cette période des Clearances (le Grand Nettoyage), des milliers d’Écossais émigrèrent vers l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Amérique du Nord.

    La Crise des années 1930 et les deux grandes guerres affaiblirent l’industrie écossaise. La découverte de pétrole en mer du Nord dans les années 1970 ramena la prospérité dans la région d’Aberdeen et des îles Shetland. La majeure partie des profits de cette exploitation allant à l’Angleterre, le nationalisme écossais se renforça. Les Écossais votèrent en faveur de la création de leur propre parlement lors du référendum de 1997. On procéda à des élections en 1999, et le Parlement tint sa première assemblée en 2000."

    L'Écosse (Projet des Profils culturels, Centre Anti-Racism, Multiculturalism and Native Issues (AMNI), Faculté de travail social, Université de Toronto, avec l'aide de Citoyenneté et Immigration Canada) (reproduction autorisée)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Raccourcis
    Voir le dossier Royaume-Uni pour les liens concernant l'ensemble du pays
    Actualités: Scotland News (BBC), Scottish Politics (Yahoo! UK & Ireland), The Herald, The Scotsman
    Médias: BBC Scotland
    Sites officiels:
    Scottish Parliament (parlement écossais)
    Scottish Executive (gouvernement écossais)
    Scotland Office (bureau du gouvernement britannique)
    Politique:
    Scottish Issues
    Partis: Scottish Labour Action, Scottish Lib Dems, Scottish National Party

      Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.