• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Wolton Dominique

    Biographie

    Licencié en droit et diplômé de l'Institut d'Études Politiques de Paris, docteur en sociologie, Dominique Wolton est actuellement Directeur de Recherche au C.N.R.S. en sociologie des médias et de la communication.
    Il assume la direction du laboratoire "Information, Communication et Enjeux scientifiques" depuis 2000.
    Dominique Wolton est Directeur de la revue
    Hermès et de la collection "Communication" qu’il a créée en 1998 (CNRS Éditions).

    Oeuvres


    Dominique Wolton, Demain la Francophonie, Paris, Flammarion, 2006.

    Dans ce petit livre condensé, le professeur chercheur Dominique Wolton fait œuvre d’intellectuel et de militant, pour ouvrir à nouveau les horizons de la francophonie.
    Sa conviction est que la francophonie est partie prenante, depuis le XVII° siècle, de la réalité de la mondialisation, et qu’elle peut aujourd’hui se donner les moyens d’y rester un projet original.
    Les identités culturelles cohabitent et se mêlent depuis trois siècles par l’intermédiaire du français. Voilà la réalité, que l’on a trop vite fait de réduire au «siècle de la colonisation» (1860-1960) et aux «curiosités exotiques» de l’Exposition coloniale de 1931. Le projet, c’est un espace de compréhension, dans lequel des valeurs sont portées par une langue et une volonté communes.
    Les avancées relativement récentes de la francophonie politique et institutionnelle ont été portées par un très grand nombre d’individus et d’associations : Léopold Sédar Senghor dans les années 1960, Abdou Diouf aujourd’hui, Président de l’Organisation Internationale de la Francophonie, font d’abord et avant tout partie des militants. On distinguera trois niveaux d’approche, les Etats, la société civile et les militants ; avec Dominique Wolton, on admettra que le militantisme est l’approche la plus nécessaire. Ce n’est d’ailleurs pas seulement d’un engagement en faveur de la langue dont il est question, mais aussi d’un engagement pour des valeurs comme la laïcité et la solidarité. Pour cette raison, l'auteur parle de «francosphère» et pas seulement de la francophonie. On comprend ainsi que les derniers Etats entrés à l’OIF, en 2004, soient la Grèce et la principauté d’Andorre en qualité de membres associés, l’Arménie, l’Autriche, la Croatie, la Géorgie et la Hongrie, au titre d’observateurs.

    Lisons plusieurs fois Demain la francophonie comme une méditation, comme une feuille de route, comme une œuvre incitative et prospective… Beaucoup a été dit au sujet de la francophonie, et pourtant ce n’est pas encore assez. Il faut se concentrer sur l’essentiel : par où aborder le monde de la francophonie aujourd’hui ? D. Wolton a la conviction que l’action politique doit passer par le culturel, fidèle en cela au «dialogue des cultures» qu’avait annoncé et défendu Roger Garaudy. Certes, cette conviction est à contre-courant, tant on est persuadé que les questions de culture sont secondaires, voire fumeuses. La culture ne doit-elle pas s’effacer devant le pragmatisme politique et devant l’impératif de croissance économique ? En théoricien de la communication, ou plutôt en sage, D. Wolton souligne : «Tout ce qui concerne le monde symbolique des sociétés devient une ressource politique». La même chose vaut pour l’économie. La force de la francophonie est d’ordre culturel et symbolique avant d’être linguistique. C’est une ressource que l’on appelle «identité culturelle», qui désigne la manière dont on vit et dont on pense.
    Par rapport au raz-de-marée de la mondialisation de ces trente dernières années, la francophonie pourrait jouer un rôle semblable à la construction européenne : une croissance plus harmonieuse des forces de chacun au service de la paix, de la liberté et de la démocratie. D. Wolton appelle ainsi de ses vœux un «Erasmus francophone». Tout est déjà en place, ou presque : l’Alliance française, créée en 1882, est présente dans 132 pays avec 1074 alliances, et compte 500 000 étudiants. L’Agence Universitaire de la Francophonie rassemble 616 établissements d’enseignement supérieur et de recherche. Beaucoup reste à faire, toutefois pour que la francophonie devienne, entre autres avec l’Union européenne, l’un des principaux acteurs de la cohabitation des cultures dans le monde, face aux risques multiples de confrontation.

    Marc Foglia, août 2006

    Courte bibliographie en français

    Demain la francophonie, Flammarion, 2006.

    Il faut sauver la communication, Flammarion 2005.

    avec Hugues Le Paige, Télévision et civilisations, Labor, 2004.

    La télévision au pouvoir, omniprésente, irritante, irremplaçable (dir.), Universalis, 2004.

    L'autre mondialisation, Flammarion, 2003.

    avec Olivier Jay,
    Internet : petit manuel de survie, Flammarion, 2000.

    Internet et après ? Une théorie critique des nouveaux médias, Flammarion, 1999.

    Penser la communication, Flammarion, 1997.

    La dernière utopie. Naissance de l’Europe démocratique, Flammarion, 1993.

    War game. L’information à la guerre, Flammarion, 1991.

    Eloge du grand public. Une théorie critique de la télévision, Flammarion, 1990.

    avec Michel Wieworka, Terrorisme à la une. Média, terrorisme et démocratie, Gallimard, 1987.

    avec Jean-Louis Missika, La folle du logis. La télévision dans les sociétés démocratiques, Gallimard, 1983.

    avec Jean-Louis Lepigeon,
    L'information demain. De la presse écrite aux nouveaux médias, La documentation française, 1983.

    avec Alain Giraud et Jean-Louis Missika,
    Les réseaux pensants. Télécommunications et société, Masson, 1978.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.