• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Cité


    Scène de marché, Palerme
    Source: Visipix.com

    Définition

    «S’il est vrai que l’homme est un animal social, comme le dit Aristote, la cité – l’organisation sociale des groupes d’hommes – fait partie sinon de la nature, du moins de sa nature. En effet, on ne devient pleinement humain que par pleine appartenance à la cité. D’abord parce que la survie même du petit de l’homme exige un environnement social protecteur et nourricier. Mais plus précisément parce que certains attributs fondamentaux de l’humanité, dont la raison, les émotions et les comportements de solidarité ne se développent pas, on le sait aujourd’hui, en l’absence du langage, de l’interaction sociale et des institutions de la cité.»
    Dominique Collin, Repenser la cité à la mesure de l'homme

    Enjeux

    «On s’inquiète, à juste titre, de l’irresponsabilité avec laquelle la modernité épuise des ressources naturelles fragiles sans souci de limites. Il se peut que par une même insouciance coupable elle ait étiré jusqu’au point de rupture la résistance de cet autre environnement qu’est notre nature sociale : la cité.

    Aux efforts qu’il nous faut désormais déployer pour repenser éthique et technique, pour vivre en harmonie avec la nature physique, doivent s’ajouter des efforts tout aussi urgents pour repenser la cité en harmonie avec notre nature sociale. Il est d’ailleurs possible que ces deux défis soient reliés si tant est que le déracinement des populations, entretenu par la mobilité requise par une économie en marche qui se déplace à mesure qu’elle épuise les sols, serait une des causes de la rupture de l’équilibre avec l’environnement, tant physique qu’humain.»
    Dominique Collin (suite)

    Essentiel

    «Si Dieu est du sexe de l'homme, la ville est du sexe de la femme! À l'origine du moins. Avant la ville, qui n'était au début qu'un village, c'était la vie au jour le jour, l'aventure perpétuelle. Ce monde où les vertus viriles assuraient la survie était caractérisé par des outils et des armes de forme virile eux-mêmes: le javelot, la hache, etc. La femme allait équilibrer les choses en imposant la ville. Qu'est-ce que la ville, initialement, sinon un prolongement du sein maternel, c'est-à-dire une enceinte destinée à protéger les vases qui contiennent la nourriture pour les mois à venir?

    * * *


    La ville éduque aussi par le dialogue qu'elle rend possible. Dialogue vertical, selon l'axe du temps, avec les morts, à travers les souvenirs qu'ils ont laissés: oeuvres d'art, monuments publics, mais aussi et peut-être surtout humbles maisons désormais dignes de la dignité des générations qui s'y sont succédé. Dialogue horizontal, selon l'axe de l'espace, avec les vivants.

    Définir la cité, nous dit Mumford, comme le lieu où il est toujours possible de converser d'une façon stimulante et sensée, n'est-ce pas un des meilleurs moyens de reconnaître toute l'importance de son rôle? ... On découvre Jérusalem dans le livre de Job, Athènes dans les oeuvres de Platon, de Sophocle et d'Euripide, et le Londres de la période élisabéthaine dans Shakespeare, Marlowe, Dekser et Webster. La vie de la cité semble s'exprimer dans ces répliques d'un dialogue dramatique et y découvrir en même temps sa plus profonde justification. Et de même l'absence du dialogue témoigne de l'échec de la cité qui n'arrive pas à former sa personnalité sociale.»
    Jacques Dufresne, Mumford ou la cité organique

    Documentation

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-03-14
    Loading
    Informations
    Documents Associés
    Dominique Collin
    Organisation sociale, humus social, urbanisme, communauté, gouvernance, valeurs, Jane Jacobs, philia
    Nicolás Gómez Dávila
    Âme, urbanisation, centralisme étatique
    Raccourcis

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.