• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Andorre

    Description

    "La Principauté d'Andorre est un petit État au cœur des Pyrénées, situé entre la France (Pyrénées Orientales et Ariège) au nord, et l'Espagne(Catalogne: dép. Alt Urgell) au sud, pays avec lesquels elle partage une frontière de 57 km et de 64 km respectivement.

    La Principauté est connue en particulier pour son environnement naturel splendide inséré dans 3 vallées, dont deux sont d'origine glaciaire et une d'origine fluviale" (
    Ambassade d'Andorre auprès de l'Union européenne).



    Les institution politiques (Ambassade d'Andorre auprès du l'Union européenne)
    La population (Ambassade d'Andorre auprès du l'Union européenne)
    L'économie (Ambassade d'Andorre auprès du l'Union européenne)
    Symboles de la Principauté (Ambassade d'Andorre auprès du l'Union européenne)
    Source: CIA - The World Factbook
    Source: CIA - The World Factbook (domaine public)

    Histoire

    Histoire
    L’origine d’Andorre se mêle à la légende. C’est Charlemagne qui aurait suscité sa création afin de préserver la France chrétienne de l’avancée des Maures. Au IXe siècle, le petit-fils de Charlemagne, Charles le chauve, conféra au comte d'Urgell le titre de seigneur d’Andorre. Un descendant du comte légua par la suite la principauté au diocèse de l'évêque d'Urgell. Au XIIe siècle, craignant la puissance des seigneurs environnants, l'évêque décide de se placer sous la protection du seigneur de Caboet, un noble espagnol. Le hasard des alliances entre familles nobles firent en sorte que les droits sur l'Andorre passèrent successivement des Caboet aux Castellbó en 1185 et aux comtes de Foix en 1208, lorsque Ermesenda de Castellbó i Caboet se maria avec le Comte Roger Bernard II de Foix.

    Le conflit entre le comte français et l'évêque espagnol au sujet d’Andorre s’envenima au cours du siècle. Après d'interminables querelles et des hostilités sanglantes, les deux parties convinrent de confier à des arbitres le jugement de leurs différends : de là le fameux pariage (ou paréage) de 1278, qui n'est que la sentence des arbitres, acceptée et ratifiée par les belligérants. Ce traité associait le comte de Foix aux droits de l'évêque sur l'Andorre; il créait en sa faveur un condominium; mais, par une clause commune dans la contrée, le baron français devait tenir en fief du prélat sa part de coseigneurie; il fit hommage, en effet, le jour même; mais, depuis, cette formalité ne fut plus exigée, et l'on a pu dire que les évêques avaient abandonné la suzeraineté que le pariage leur attribuait sur Roger-Bernard et sur ses ayants droit. En 1282, l'accord de 1278 fut confirmé par une bulle du pape Martin IV. Les pouvoirs des comtes passèrent plus tard à la couronne de France, quand Henri IV monta sur le trône.

    Les relations entre la France et les vallées furent suspendues pendant la Révolution, à la suite du refus des agents de la République de recevoir le tribut annuel des Andorrans qui leur paraissait entaché de féodalité (1793); un décret du 27 mars 1806 rétablit ces relations : le préfet de l'Ariège fut nommé représentant de la France; ce titre lui a été enlevé en 1882, pour être confié d'abord au sous-préfet de Prades, puis au préfet des Pyrénées-Orientales.

    Au XXe siècle, l’isolement du pays est brisé par le développement des voies de communication (construction de routes reliant la principauté à l'Espagne (1913) et à la France (1933). L’électrification du pays, la mise en place d’un service postal (espagnol et français), l'introduction de la radio (1935), la création d’infrastructures touristiques (une station de ski est ouverte en 1934), ouvrent le pays au vent de la modernité.

    Des changements d’ordre institutionnel favoriseront une plus grande démocratie. Ainsi, en 1933, le droit de vote sera accordé à tous les hommes majeurs (les femmes devront toutefois attendre jusqu’en 1971 pour obtenir le même droit). Plus tard, en 1981, une première division nette des pouvoirs sera consacrée par la création d’un nouvel organe exécutif : le gouvernement. L’ancien organe législatif, le Consell de la Terra, dont l’existence remontait à 1868, sera par ailleurs remplacé par le Conseil Général.

    Le pays était mûr pour une évolution de son statut juridique et politique.

    Texte de l'Agora d'après des informations tirées de l'article "Andorre" de la Grande encyclopédie et du site de l'ambassade d'Andorre auprès de l'Union européenne.


    Andorre, état souverain

    "[…] Andorre n'est devenu un État souverain que le 14 mars 1993, avec l'approbation d'une constitution qui mettait fin à la situation féodale prévalant depuis le XIIIe siècle. Andorre était alors une principauté régie par deux co-princes: le Président de la République française, et l'évêque d'Urgel, ville de Catalogne située près de Lérida.

    Cette accession à la souveraineté internationale (Andorre siège à l'ONU) a été suivie de la conclusion, le 1er juin 1993, d'un Traité de «bon voisinage, d'amitié et de coopération» entre la France, l'Espagne et Andorre.

    Puis des négociations trilatérales ont été engagées sur les modalités réciproques de circulation, de séjour et d'établissement, avec la prise en compte de deux contraintes:

    - d'une part, la non appartenance d'Andorre à l'Union européenne, alors que la France et l'Espagne en sont membres ;

    - d'autre part, la spécificité d'Andorre au regard de ses deux grands partenaires : ainsi, on chiffre à quelques centaines le nombre d'Andorrans installées en France, alors qu'on évalue à environ 4 000 le nombre de Français installés en Andorre."

    Sénat de la République française - Commission des Affaires étrangères, de la défense et des forces armées. Rapport (no 383) sur le Projet de loi autorisant la ratification de la convention entre la République française, le Royaume d'Espagne et la Principauté d'Andorre relative à la circulation et au séjour en Principauté d'Andorre des ressortissants des États tiers. Session extraordinaire de 2001-2002. Annexe au procès-verbal de la séance du 31 juillet 2002. Rapporteur: Robert Del Picchia.

    Bref historique du pays (Ambassade d'Andorre auprès du BENELUX)

    Doocumentation

    Documentation
    H. Castillon, Histoire d'Ax et de la vallée d'Andorre, avec des notices historiques sur les bains d'Ussat et d'Audinac. Toulouse, Ansas, 1851, 252 p. (BNF, Gallica – mode image, format PDF)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Raccourcis

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.