Dernières modifications

    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Alpes

    Description

    Chaîne de montagnes d'Europe occidentale.

    "Mon Dieu! fut le premier cri de cet aveugle, auquel on rendait la vue, et qui apercevait, enfin ouvertes, toutes les portes de ce nouveau ciel. Quel monde!… Les Alpes étaient là comme autant de géants, les bras entrelacés, opposant au solei leurs boucliers de glace… Leurs corps étaient entourés de la ceinture bleue des forêts… À leurs pieds surgissaient des coteaux couverts de vigne… Le vent frais du matin jouait avec les cascades, comma avec autant de rubans, et ces rubans se reflétaient sur le miroir poli du lac… Albano se tourna lentement de tout côté. Ses yeux erraient des montagnes aux vallons, de la terre aux eaux du lac, du soleil aux fleurs; partout la nature annonçait son majestueux réveil. Il semblait que la terre vint de naître, et qu’une nouvelle création eût jeté d’un côté des terres, de l’autre des mers, et là-bas des montagnes." Jean-Paul Richter,"Panorama des Alpes vues du lac Majeur" (traduction: Ph. Chasles) - texte du domaine public

    Histoire

    Histoire
    "La montagne est une découverte récente. Il n'y a pas beaucoup plus d'un siècle que Saussure inventa les Alpes et Ramond les Pyrénées. Avant ces deux grands explorateurs, la montagne n'était ni un sujet d'étude ni un but d'excursion. Elle inspirait rarement d'autre sentiment que l'effroi. Pourtant, dès le dix-septième siècle, quelques voyageurs éprouvent en face des Alpes une confuse admiration. Maximilien Misson, qui avait accompagné en Allemagne et en Italie le comte d'Arran, gentilhomme anglais, note ainsi, en 1687, l'impression que lui firent les Alpes : « Leurs cimes chargées de neige se confondent avec les nues et ressemblent assez aux vagues enflées et écumantes d'une mer extraordinairement courroucée. Si l'on admire le courage de ceux qui se sont exposés les premiers sur les flots de cet élément, il y a sans doute aussi de quoi s'étonner qu'on ait osé s'engager parmi tous les écueils de ces affreuses montagnes. » Qui oserait aujourd'hui, en parlant des montagnes, les qualifier d'affreuses? Ce passage est encore curieux à un autre titre, c'est par la comparaison, devenue banale, de la montagne et de la mer, que l'on y voit, je pense, pour la première fois.

    Avant d'avoir été vaincu, en 1787, par Horace de Saussure, le
    Mont-Blanc passait pour un amas de « glacières inaccessibles ». Ses abords commençaient cependant d'être fréquentés. Deux Anglais, dès 1741, avaient révélé à l'Europe les charmes de Chamonix. Au temps de Saussure, il y avait déjà des amateurs de la montagne, puisque l'on voit que, lors de son ascension, il était accompagné de dix-huit guides; le guide suppose le touriste qui a besoin d'être guidé. Ce sont les Alpes qui ont eu l'honneur de donner leur nom à l'amour, au goût, à la science de la montagne, à l'alpinisme, enfin. Alpiniste est celui qui grimpe aux Pyrénées, tout aussi bien que celui qui grimpe aux Alpes, et le Club Alpin, s'il fixe d'un œil le mont Rose, couve de l'autre le mont Perdu. Alpinistes encore, ceux qui se sont attaqués aux sommets prodigieux de l'Himalaya ou des Andes. Les Alpes, il faut le dire, méritaient cet honneur, par la hardiesse, le courage et l'intelligence de leurs montagnards. M. Lefébure, qui leur doit la vie, d'ailleurs, fait un grand éloge des guides alpins. Il y a là des hommes qui sont, dans leur métier, de premier ordre. Le vrai guide des Alpes ne connaît pas seulement sa montagne; il connaît la montagne. Transporté dans les Pyrénées, il est un guide aussi sûr que dans les Alpes, où il est né. Ce sont des montagnards du Valais, de l'Oberland et de la Savoie qui guident sur les pentes de l'Himalaya les explorateurs anglais. Un bon guide reconnaît à la couleur la résistance de la glace ou de la neige, exactement comme un bon pilote distingue d'un regard les hauts-fonds et les passes."

    Remy de Gourmont, "La montagne"

    Voir aussi: Horace-Bénédict de Saussure, Voyages dans les Alpes; précédés d'un Essai sur l'histoire naturelle des environs de Genève (BNF, Gallica - mode image, format PDF): Tome premier: Neufchatel, chez Samuel Fauche, 1779, XXXVI-540 p.
    Tome second: Genève, chez Barde, Manget, 1786, XVI-641 p.
    Tome troisième: Neufchatel, chez Louis Fauche-Borel, 1796, XX-532 p.
    Tome quatrième: Neufchatel, chez Louis Fauche-Borel, 1796, [II]-594 p. Victor Hugo, Alpes et Pyrénées, Paris, librairie du "Victor Hugo illustré", [18??], 116 p. (BNF, Gallica - mode image, format PDF)
    Site Internet: Centre de documentation de la préhistoire alpine (Grenoble, France)

    Doocumentation

    Documentation
    Les Alpes vont nous tomber sur la tête, par Giuseppe Melillo (Allez-Savoir! (magazine de l'Université de Lausanne, no 19, février 2001)

    Les tunnels alpins, par Mario Sintzel et Gerhard Girmscheid (Pour la science, no 280, février 2001)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01


    Dons reçus (2019-2020):6100$
    Objectif: 25 000$


    Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2019-2020, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.




    TEST C