• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Laliberté Alfred

    Sculpteur québécois

    Biographie

    Né en 1878, Alfred Laliberté passe son adolescence sur la ferme de ses parents à Sainte-Elisabeth d'Arthabaska. Très tôt, il étonne ses proches en sculptant des figurines fort ressemblantes illustrant des personnes de son en-tourage. Une sculpture grandeur nature de Sir Wilfrid Laurier le révèle à toute la région des Bois-Francs. Le conseiller législatif Cormier l'incite à présenter son oeuvre à l'Exposition provinciale de Québec de 1894. Laliberté remporte un prix.

    Deux ans plus tard, l'artiste s'installe à Montréal; au Conseil des Arts et Métiers, il suit des cours de Gratton, Carli, Dyonnet, St-Charles -et Franchère. A la fin de ses études, Laliberté gagne le premier prix d'honneur du Conseil des Arts et Métiers, prix qui comporte un séjour d'études en Europe. Il s'embarque à l'automne 1902, subventionné par une souscription organisée par La Presse.

    A Paris, Alfred Laliberté s'inscrit chez Thomas et Injalbert. Malgré la présence d'amis comme Suzor-Côté, il n'est pas très heureux et ne peut s'exprimer pleinement. Rentré au pays en 1907, Laliberté devient professeur de modelage; il est très mal payé et totalement ignoré. A compter de 1909, le sculpteur connaîtra une certaine prospérité grâce à l'obtention de quelques contrats. La renommée de l'artiste s'accroîtra d'ailleurs jusqu'à sa mort en 1953.

    L'oeuvre de Laliberté comprend deux parties distinctes: l'art offi-ciel des monuments et des statues où prime l'académisme, et l'art intime des statuettes qu'il crée pour son plaisir. Dans ses statuettes, Laliberté révèle une imagination débordante. C'est dans ces petits bronzes texturés, où la lumière joue sur les surfaces du matériau, que s'exprime le mieux l'artiste.

    Les légendes et les coutumes traditionnelles constituent une véri-table mine d'informations pour l'histoire et la sociologie d'un peuple. Les va-riations régionales dans l'interprétation de thèmes communs soulignent le rôle joué par la distance séparant les diverses agglomérations.

    Même si elles ne sont pas toujours basées sur des faits historiques vérifiables et ne sont, bien souvent, que le fruit de l'imagination des campa-gnards, les légendes n'en contribuent pas moins à parfaire notre connaissance de la mentalité de nos ancêtres. Comme la mythologie grecque, la légende ca-nadienne s'inspire parfois d'événements historiques et transforme certains per-sonnages en héros. La légende manifeste la plupart du temps une forte tendance moralisatrice en illustrant les punitions réservées à certaines fautes comme la danse, le blasphème, l'ivrognerie ou l'avarice. Par contre, la charité est souvent récompensée. Enfin, des phénomènes naturels sont fréquemment interprétés comme des interventions démoniaques.

    A travers tous ces thèmes transpirent la religiosité et la naïveté d'un peuple jeune, vivant dans un pays hors de proportion avec l'humain. Grâce à sa sensibilité artistique et à son habileté pour le modelage, Alfred Laliberté a su exprimer le caractère, les attitudes et les sentiments des Canadiens français de son enfance.

    Oeuvres


    LE LOUP-GAROU
    Dans nos campagnes, on désignait autrefois sous le nom de loup-garou une personne condamnée après sa mort, à être changée en loup-garou pour méfaits causés de son vivant. La punition se prolongeait durant sept ans et sept mois, et avait principalement pour causes, soit la négligence à faire ses Pâques ou quelque gros scandale qui avait remué toute la paroisse. Le loup-garou courait les champs, durant la nuit, et quand on le rencontrait, on pouvait délivrer l'âme du malheureux, en traçant sur lui un grand signe de croix. Mais le malin esprit ne se laissait pas facilement approcher, et d'ailleurs chacun prenait ses jambes à son cou du plus loin qu'il l'apercevait


    LA CHASSE-GALERIE
    Au temps des fêtes, les voyageurs désireux de visiter leurs parents et amis, pouvaient, après un pacte avec le diable, se transporter eux-mêmes en canot volant, à cinquante milles à l'heure. Au cours du trajet, il leur fallait se garder de prononcer le nom de Dieu ou d'effleurer les croix des clochers pour ne pas être précipités sur le sol.

    Source: Légendes, coutumes et métiers de la nouvelle France, Bronzes d'Alfred Laliberté, Éditions Beauchemin, Montréal 1934.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01

    Référence


    2%
    Dons reçus (2018-2019):609$
    Objectif (2018-2019): 20 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.