• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Dossier: Voltaire

    Relations de Voltaire et de Prévost

    Jean Sgard

    Fragilité des liens entre écrivains, même lorsqu'ils se soutiennent l'un l'autre...

    Pendant longtemps, Voltaire a insisté pour engager Prévost à ses côtés, et celui-ci ne se décide pas ; il affirme même, dans sa lettre à Thiériot, que Voltaire n'a pas toujours bien parlé de lui; Thiériot a rapporté ce propos à Voltaire, qui écrit une belle page à l'intention de l'abbé:

    «Je n'ay jamais mon cher amy parlé de l'abbé Prevost que pour le plaindre d'avoir une tonsure, des liens de moine honteux pour l'humanité, et de manquer de fortune. Si j'ay ajouté quelque chose sur ce que j'ay lu de luy, c'est aparemment que j'ay souhaité qu'il eût fait des tragédies, car il me paraît que le langage des passions est sa langue naturelle.
    Je fais une grande différence entre lui et l'abbé des Fontaines. Celuy ci ne sait parler que de livres, ce n'est qu'un auteur et encor, un bien médiocre auteur, et l'autre est un homme. On voit par leurs écrits la différence de leurs coeurs, et on pouroit parier en les lisant que l'un n'a jamais fait que foutre de petits garçons, et que l'autre est un homme fait pour l'amour. Si je pouvois rendre service à l'abbé Prevost du fond de ma retraite il n'y a rien que je ne fisse, et si j'étois assez heureux pour revenir à Cirey en sûreté, je tacherois de l'y attirer».

    En attendant, il irait jusqu'à lui faire offrir des gravures : «Je voudrais donner quelques jolies estampes bien encadrées à Mr l'abbé Prévost. Mandez moy s'il les accepterait" ». On ne sait si Prévost a accepté; mais il est sûr qu'il aura commenté généreusement toutes les productions de Voltaire. Il a aimé Alzire, tragédie américaine qui lui plaisait plus qu'une autre; il y est revenu quatre fois ; et Voltaire est enchanté. Il accepte même, ce qui est exceptionnel de sa part, la critique :

    «Je suis encor plus obligé à mr Prevost de ses critiques que de ses louanges. Il ne faut être que le mercure galant de viser pour louer. Mais pour critiquer avec finesse et sans blesser, il faut avoir l'esprit bien délicat et bien poli. Je ne suis pas de son avis sur bien des choses. Mais mon estime pour luy a redoublé par le même endroit qui rend d'ordinaire les auteurs irréconciliables.»

    La collaboration touche parfois à la complicité : Voltaire en octobre 1736 ne veut pas qu'on lui attribue la comédie de l'Enfant prodigue: «Mentez!»  dit-il à ses amis. Et Prévost ment délicieusement : « [...] loin de la reconnoitre pour l'Ouvrage du Poëte célèbre auquel une infinité de gens l'attribuent, je la crois de quelque jeune Auteur, qui ne sera peut-être quelque jour inférieur à personne [...] ». Cette connivence atteindra pourtant ses limites lors de l'affaire de la Voltairomanie. En réponse à une critique perfide qu'on pouvait attribuer à Voltaire, le Préservatif, parue en novembre 1738, Desfontaines répliquait en décembre par la Voltairomanie, pamphlet violent dans lequel il accumulait arguments littéraires et attaques personnelles. Dès le début de janvier 1739, Voltaire, fou de colère, active tout son réseau pour lutter contre le «libelle diffamatoire» ; pendant trois mois, il réunit inlassablement des témoignages contre Desfontaines. Or Thiériot et son ami Prévost se taisent : «un silence de 16 jours en pareille occasion, écrit Voltaire le 19 janvier, est un outrage plus grand de la part d'un amy, qu'un libelle n'est offensant de la part d'un coquin méprisé.»

    Source

     

     

    Jean Sgard, Vie de Prévost (1697-1763), PUL, 2006, 296 pages.

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Jean Sgard
    Jean Sgard, professeur émérite à l'Université Stendhal de Grenoble, a consacré l'essentiel de ses recherches à la presse et au roman du XVIIIe siècle, notamment à Prévost et à Crébillon.
    Mots-clés
    Voltaire, Abbé Prévost
    Extrait
    Le point de vue de Voltaire sur Prévost: «Si j'ay ajouté quelque chose sur ce que j'ay lu de luy, c'est aparemment que j'ay souhaité qu'il eût fait des tragédies, car il me paraît que le langage des passions est sa langue naturelle.» Quitte à lui en vouloir de son silence lorsque l'une de ses oeuvres sera diffamée.
    Documents associés
    Voltaire
    Sagesse
    Charles Renouvier
    Lumières, pessimisme, agnosticisme, négation du libre arbitre, démiurgie, déïsme, critique du christinamisme
    Voltaire
    Tolérance, différence, Évangiles
    Voltaire
    Sagesse, guerre
    Voltaire
    Conquêtes, intransigeance, Russie

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.