• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Dossier: Vieillesse

    Les vieux tracteurs

    Serge Bouchard
    Une allégorie sur la vieillesse où par une inversion dont cet anthropologue a le secret, la vieille machine, parce que son propriétaire l'aime, semble avoir une fin de règne plus humaine que celle des êtres humains qui s'éteignent loin de tout amour.
    «Hélas! pourquoi faut-il que derrière la beauté des symboles il y ait seulement l'impuissance et la vanité des chimères.»
    Jankélévitch

    Je passe de longues heures assis sur mon tracteur à faire une beauté des champs. J'aime sa lenteur, le bruit de son moteur, j'aime sa forme ainsi que sa couleur. Il est du lot de l'ancien temps, il est âgé de quarante ans et sa mécanique est si simple que l'on se demande encore quels sont les génies qui l'ont conçu, les artisans qui l'ont monté, les vendeurs qui l'ont vendu, les cultivateurs qui l'ont acheté et pourquoi, bien sûr, «il ne s'en fait plus des comme ça». Les vieux tracteurs de ferme achèvent leur temps, mais ils ont la vie dure. Vous en apercevez encore souvent qui montent la garde près des anciennes granges qui menacent de s'écrouler, mais qui tardent tant à le faire, comme chacun sait. À l'ombre des vieilles planches, la vieille machine patiente. Curieusement, dans la plupart des cas, les moteurs tournent toujours et les vieux tracteurs ne demandent qu'à «virer». Ils veulent accumuler les heures.

    Ces engins font partie de la génération mécanique où l'amour de la machine constituait un chapitre en soi dans le manuel d'opération. Un tracteur que l'on bat, que l'on néglige, que l'on oublie, que l'on ignore dans les recoins noirs des terres mal entretenues est un tracteur condamné. Cela a toujours existé, des tueurs de tracteurs, c'est-à-dire des cultivateurs sans coeur. Comme on crevait ses chevaux, comme on maltraitait les animaux.

    La revanche est parente de la frustration, elle-même cousine de la méchanceté. Alors, «on se revenge sur les bêtes», comme s'il était normal de les battre à mort. Moteur battu, moteur crevé, machine gaspillée, et prématurément usée.

    Dans les cas contraires, lorsque la machinerie est respectée, ces vieux tracteurs développent une loyauté étonnante, ainsi qu'une surprenante longévité. Le tracteur que je conduis étant celui que j'aime, il ne montre pas de signes inquiétants. Il a une gueule ancienne, pour sûr, un nez trop long, un nez trop rond.

    Mais il ne me la fait jamais, la gueule, justement. Sa face désuète est fort aimable, sa forme attachante, il n'affiche pas encore la pathologie formelle de l'électronique, la «drababilité» générale de tout. (Avez-vous remarqué combien les ordinateurs sont immanquablement d'un ton qui tire sur le beige?) Disons simplement que son allure est compliquée, mais que son coeur est facile à comprendre.

    Je passe des heures assis sur mon tracteur à faire une beauté des champs. Comme lui, je souhaite ne jamais en finir avec ce travail inutile qu'il faut toujours recommencer. Les moteurs qui tournent sont autant de sons minimalistes qui valent bien à mon oreille une musique trop étudiée. Mais qui pourrait comprendre un pareil retardataire, une semblable «sauvagerie»? Sinon cette vieille machine déclassée à qui d'ailleurs je parle et à laquelle je me confie.

    Sur mon tracteur, je pleure, sur mon tracteur, je ris.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Serge Bouchard
    Serge Bouchard est anthropologue et écrivain; avec Bernard Arcand, il anime l'émission Les lieux communs à Radio-Canada.
    Mots-clés
    Machine, vieillesse, mécanique, agriculture
    Extrait
    «Les moteurs qui tournent sont autant de sons minimalistes qui valent bien à mon oreille une musique trop étudiée. Mais qui pourrait comprendre un pareil retardataire, une semblable "sauvagerie"? Sinon cette vieille machine déclassée à qui d'ailleurs je parle et à laquelle je me confie. Sur mon tracteur, je pleure, sur mon tracteur, je ris.»
    Documents associés
    Léon Bloy
    vieillesse, vieillissement, parent, père, turpitude morale
    Pierre Corneille
    L'amour
    la gloire
    Sénèque
    Temps, mort, jeunesse, sagesse, inquiétude
    Charles Maurras
    Thierry Gontier
    Vieillesse, otium, decorum, épicurisme, retraite, mort, Michel de Montaigne

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.