• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Dossier: Vécu

    Le «vécu»

    Jacques Dufresne
    La vérité est-elle subjective ou objective?
    Le mot vécu est entré dans notre vocabulaire par une triple influence: l'existentialisme, la psychologie et une certaine théologie du dialogue et de la libération des sens; il fit si bien et si vite fortune parmi les intellectuels qu'il devint un mot de passe: quiconque parlait de son vécu sur le ton approprié pouvait être considéré comme membre de la confrérie pensante.

    À bas les principes universels, les obligations absolues! En morale, en politique, en éducation tout allait bientôt graviter autour du vécu individuel et collectif. «Tu ne t'intéresses pas à mon vécu!» C'est ainsi que commencèrent la plupart des querelles de ménage. Un nouveau rêve alla bientôt prendre forme: être bien dans sa peau; plutôt qu'en accord avec des principes directeurs. Il en résulta une nouvelle morale dont le maître mot fut: pourquoi pas?

    La politique n'a pas échappé à la contagion du vécu. La récente fièvre nationaliste au Québec ne fut-elle pas, entre autres choses, une touchante opération psychologique visant à inciter nos partenaires commerciaux, et nos maîtres et défenseurs sur le plan militaire à s'incliner devant la souveraineté de notre vécu culturel collectif? Nous nous apprêtons à recommencer cette opération à titre de Canadiens.

    Mais c'est dans le monde de l'éducation que le vécu laissa la marque la plus profonde. Pourquoi garder le silence en classe, et refréner ses instincts de vandale, quand le respect du vécu exige au contraire qu'on donne libre cours à ses moindres pulsions?

    Tout commença, comme il se doit, en philosophie. On se débarrassa si bien de saint Thomas et d'Aristote que la plupart des bons auteurs disparurent avec eux. Au lieu de se mesurer à l'architecture des systèmes éprouvés, de commenter les grands textes, on se mit à disserter sur son vécu. De même que chacun, à la maternelle, avait exprimé son vécu dans des dessins, admirables par définition, de même chacun fut ensuite invité à disserter sur son vécu dans des travaux à la fois personnels et originaux. Hélas! comme a dit je ne sais quel génial correcteur, «dans ces travaux, ce qui était personnel n'était pas original et ce qui était original n'était pas personnel».

    L'enseignement du français ne pouvait qu'en souffrir. Comment apprendre l'orthographe à des enfants persuadés que rien au monde n'est plus important que leur vécu du moment? Comment les convaincre d'apprendre des fables de La Fontaine par coeur quand on sait que ce sont plutôt les films de science-fiction qui correspondent à leur cher vécu?

    Il valait mieux leur apprendre à apprendre, «partir de leur vécu le plus immédiat pour construire des champs d'intérêt qui leur serviront ensuite de tremplin».
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Jacques Dufresne
    http://agora.qc.ca/cvdufresne.html
    Mots-clés
    Éducation
    Extrait
    Comment apprendre l'orthographe à des enfants persuadés que rien au monde n'est plus important que leur vécu du moment?

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.