• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Dossier: Uranium appauvri

    L'uranium appauvri dans les munitions et blindages de l'armée américaine

    Bureau des programmes d'information internationale du Département d'État américain
    Communiqué faisant état d'un rapport du Département américain de la Défense en date du 14 mars 2003. Défend l'utilisation de l'uranium appauvri dans un contexte militaire et nie les allégations sur les problèmes de santé qu'une telle utilisation pourrait entraîner.
    L'utilisation d'uranium appauvri dans des munitions conçues de façon à percer le blindage d'un char ou dans la fabrication du blindage des chars d'assaut de type M-1 Abrams a donné à l'armée des Etats-Unis un avantage définitif sur les Irakiens durant la guerre du golfe Persique de 1991, et ce serait encore le cas aujourd'hui, affirment des responsables du ministère américain de la défense.

    L'uranium appauvri est un métal dur que l'armée préfère au tungstène, matériau plus souple et plus léger, parce qu'il ne se déforme pas et que, lorsqu'il est utilisé dans des munitions, il s'affile en traversant le blindage de sa cible.

    L'armée de terre comme l'armée de l'air l'ont utilisé durant la guerre du Golfe. L'armée de terre l'a utilisé aux fins de munitions pour ses chars d'assaut M-1 Abrams et de blindage, et l'armée de l'air l'a utilisé comme munition dans ses bombardiers A-10. Les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont déjà acquis de l'expérience dans l'utilisation de l'uranium appauvri.

    L'armée le préfère parce que "nous pouvons toucher l'adversaire, mais il ne peut rien contre nous", affirme le colonel Jim Naughton. "Cela nous a donné un énorme avantage" durant la guerre du Golfe, a-t-il déclaré lors d'un briefing organisé au Pentagone (ministère de la défense) le 14 mars.

    L'uranium appauvri a également été utilisé dans les conflits dans les Balkans et au Kosovo.

    Son utilisation a cependant suscité des protestations de la part de ceux qui considèrent que les résidus d'uranium appauvri peuvent avoir des effets néfastes sur les êtres humains et polluer l'environnement.

    Cependant, plusieurs études indépendantes menées par le Bureau du Programme des Nations unies pour l'environnement, l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la Commission européenne, le Parlement européen et la Société royale du Royaume-Uni n'ont trouvé aucun lien
    entre l'utilisation d'uranium appauvri et des maladies. Plusieurs études du ministère de la défense sont parvenues aux mêmes conclusions.

    Cela n'a pas empêché les responsables irakiens de prétendre que dans le sud de l'Irak, près de Bassora, les enfants étaient malades du fait de l'uranium appauvri qui avait été utilisé en 1991. Il ne fait peut-être aucun doute que les enfants sont malades, mais de toute façon aucun uranium appauvri n'a été utilisé dans la région, affirme le Dr Michael Kilpatrick, un spécialiste des questions de santé du ministère de la défense. M. Kilpatrick, qui participait à ce briefing en compagnie du colonel Naughton, a ajouté qu'il n'y avait eu aucune bataille de chars à proximité de Bassora et qu'en conséquence l'uranium appauvri ne pouvait pas être un facteur de l'équation.

    Il a également souligné que des responsables de l'OMS s'étaient rendus dans cette région et avaient offert d'étudier les symptômes des enfants, mais que le gouvernement irakien avait refusé.

    M. Kilpatrick est plutôt d'avis que les Irakiens continuent de soulever cette question dans l'espoir que l'uranium appauvri ne sera pas utilisé dans un autre conflit avec des forces coalisées.

    Ceux qui cherchent à interdire les armes nucléaires ne souhaitent pas non plus enterrer la question. "L'uranium appauvri ne constitue pas une arme nucléaire. Ce n'est pas non plus une substance dangereuse", a affirmé M. Kilpatrick.

    L'uranium appauvri a en fait de nombreuses utilisations commerciales qui sont toutes sans danger. Il sert par exemple pour faire des diagnostics dans les hôpitaux, et entre dans la fabrication des gouvernails de navires et de certaines pièces d'avion.

    Il se forme également naturellement. M. Naughton a expliqué qu'on en trouvait, par exemple, des concentrations élevées en Floride. On en trouve même des traces dans l'urine humaine. Selon les experts, il n'a aucun effet néfaste.

    Cela s'est même confirmé dans le cas de 90 anciens combattants de la guerre du Golfe qui ont été touchés par des munitions à l'uranium appauvri lorsque, par mégarde, ils ont été attaqués par des
    compatriotes. Certains de ces anciens combattants ont toujours des particules d'uranium appauvri dans leur chair.

    Aucun d'eux, a expliqué M. Kilpatrick, et ce n'est pas faute de leur faire passer des examens, ne manifeste de signes de maladie rénale, de cancer ou de leucémie qui serait le résultat d'une exposition à l'uranium appauvri.

    Même au Koweït, où l'on a utilisé de l'uranium appauvri contre les chars irakiens, on ne décèle pas de concentrations supérieures à la normale dans le sol, a affirmé M. Kilpatrick.

    Le colonel Naughton a affirmé qu'il n'avait jamais rencontré personne, au sein de l'armée des Etats-Unis, qui avait peur d'utiliser de l'uranium appauvri.

    Source

    Communiqué reproduit sur le site du Bureau des programmes d'information internationale du Département d'Etat américain. Site Internet : http://usinfo.state.gov/francais/
    Document du domaine public
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Bureau des programmes d'information internationale du Département d'État américain
    Mots-clés
    arme, blindage, obus, Bosnie, Kosovo, Irak, Guerre du Golfe

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.