• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Dossier: Trou noir

    On a troué le noir

    Félix Pharand-Deschênes
    L'histoire des trous noirs, ce qu'il convient d'en penser, leurs antécédents historiques: voici un texte scientifique majeur sur la question.
    Dinanzi a me non fuor cose create
    se non etterne, e io etterno duro.
    Lasciate ogne speranza, voi ch'intrate.

    Il n’a été créé, avant moi, que les choses
    Éternelles, et moi, éternelle je dure.
    Vous qui entrez, laissez toute espérance.
    Dante Alighieri. La Commedia, Inferno, canto III

    Le puits
    Un épisode cocasse est rapporté par Platon dans son traité philosophique sur la science, le Théétète. Il met en scène Thalès de Milet, premier des philosophes présocratiques, au VIe siècle avant l’ère chrétienne:

    Thalès […] étant tombé dans un puits, tandis que, occupé d’astronomie, il regardait en l’air, une petite servante thrace, toute mignonne et pleine de bonne humeur, se mit, dit-on, à le railler de mettre tant d’ardeur à savoir ce qui est au ciel, alors qu’il ne s’apercevait pas de ce qu’il y avait devant lui et à ses pieds! (note 1)

    Il semble que, depuis lors, cette anecdote ait été érigée en emblème, faisant des philosophes de la nature (note 2) ces êtres de l’otium cum dignitate, la noble oisiveté, parfois dépositaires d’idées brillantes et révolutionnaires, mais le plus souvent complètement absents des affaires de ce monde. Ô rêveries, à la fois si nécessaires et si inutiles!

    Cette méprise historique découle en partie de la quête de l’arkhè que l’on attribue aux pré-socratiques, quête du principe qui préside à l’origine du monde et qui, à la fois, gouverne le monde. Certes, parfois, vouloir aller au fond des choses mène effectivement au puits! Cette prospection des principes qui supportent la réalité se poursuit de nos jours et, comme c’est souvent le cas, les sondes que largue la descendance de Thalès échouent en périphérie des certitudes, sur des syrtes porteuses de grands bouleversements. Aujourd’hui en effet, les physiciens se cognent à l’énigme, quasi entière et parfaite, du puits de gravitation: le trou noir. Quelles portes cet avatar du sphinx ouvrira-t-il? Le chemin qui conduit à la compréhension de ce phénomène singulier permet de mieux comprendre les lois de la nature – son commandement – et les événements extraordinaires qui se bousculèrent à sa genèse – son commencement.

    Préhistoire des trous noirs
    Tout commence avec la théorie de l’attraction universelle élaborée par Isaac Newton. Publiée dans son œuvre monumentale, les Philosophiae naturalis principia mathematica en 1687, cette synthèse permet la réconciliation du monde terrestre et du monde céleste en posant comme hypothèse que tous les corps de l’univers sont assujettis à une même force, la gravitation. Cette relation gravifique entre les astres varie en fonction de leur masse et de la distance qui les sépare. Par ce remaniement conceptuel, Newton suture une brèche ouverte depuis les premiers géomètres-astronomes grecs, quelque 2200 ans plus tôt. Enfin, il est donné aux humains de concevoir l’Univers comme un tout homogène, sans rupture entre lui (monde supralunaire incorruptible) et nous (habitants d’un monde sublunaire corruptible). Du moins peut-on désormais appréhender l’Univers à l’aide des lois connues ici-bas…

    C’est dans cette ambiance positiviste que naît l’idée de trou noir (note 3). En 1784, John Michell exprime l’idée pionnière que la lumière, à l’instar de petits grains de matière, pourrait être affectée par la gravitation. Tout serait donc une question de vitesse dans cette «optique balistique», la lumière étant ralentie par la masse plus ou moins grande de l’étoile émettrice. On comprend ainsi qu’une étoile pourrait être si massive que sa propre lumière ne pourrait plus s’en extraire. En 1799, Pierre Simon de Laplace se range à la suite de Michell en élaborant son théorème selon lequel «la force attractive d’un corps pesant peut être assez grande pour que la lumière ne puisse s’en échapper.» (note 4). Il parle alors d’étranges «corps obscurs»… Puis, en 1801, l’élan est attisé par Johann Georg von Soldner qui calcule la déviation de la lumière aux abords du Soleil. Mais deux ans plus tard, ces tentatives s’effondrent: Thomas Young réalise l’expérience célèbre de la double fente. Il démontre que la lumière, lorsqu’elle traverse un écran percé de fentes verticales pour aller s’imprimer sur une plaque photographique, dessine des figures d’interférence qui trahissent sa nature ondulatoire. La conception newtonienne sur la nature corpusculaire de la lumière est abandonnée. En effet, la lumière étant désormais reconnue comme ondulatoire, il ne lui était plus permis de succomber à l’influence gravitationnelle. Exit Michell, Laplace et Soldner…

    Un siècle passe, au cours duquel les savants se livrent à la cueillette des fruits d’autres arcanes. Toutefois, en 1905, autre coup de théâtre: un certain Einstein expose une théorie qui a l’effet d’un boulet rouge tiré sur l’édifice de plus en plus chambranlant de la physique classique. Sa théorie, l’électrodynamique des corps en mouvement ou relativité restreinte, établit une relation d’équivalence entre les notions de masse et d’énergie. Par cette refonte théorique, le jeune homme de vingt-six ans démontre que la vitesse de la lumière est une constante universelle à laquelle sont subordonnés espace et temps. Puis, en 1915, il ébranle derechef les idées en intégrant la théorie newtonienne de la gravitation dans le cadre plus large de sa propre théorie. La relativité générale, cette grande synthèse de l’espace et du temps dans laquelle la gravitation correspond à des déformations de l’espace-temps, voit le jour et est intronisée au panthéon des Grandes Explications. Elle sera validée après avoir été mise à l’essai lors d’une éclipse solaire, le 29 mai 1919.

    Une possibilité mathématique
    Derrière l’expression «trou noir», forgée en 1968 par John A. Wheeler, se cache le plus grand des casse-tête. Un trou est bel et bien une «ouverture pratiquée de part en part dans une surface.» (note 5). Le noir exprime ce qui semble être privé de lumière. En disant que la lumière «glisse» sur les dépressions de l’espace-temps (toujours à 299 732 km/s dans le vide), l’idée d’Einstein incite à penser que l’espace-temps pourrait se tordre singulièrement sous la pression d’un corps extrêmement massif et dense. Qui sait, jusqu’à être perforé… D’un tel puits, nulle lumière ne ressortirait.

    Transportés par ces conjectures, plusieurs chercheurs se mettent fébrilement à l’ouvrage et noircissent de leurs calculs d’innombrables feuilles. En 1917, Karl Schwarzschild suppute que le champ de gravitation exercé par une masse sphérique dans le vide devient, à une certaine distance, infini. Selon ces équations, le cadre de la relativité générale permet d’envisager que des régions de l’espace-temps soient infiniment courbes, les parallèles s’y rejoignant. Ce seuil accroché à flanc d’abîme est appelé «rayon de Schwarzschild» ou horizon des événements. Par-delà cette ultime orée, rien n’est plus perceptible: autant dire que c’est le noir.

    Ces résultats extravagants gênaient beaucoup Einstein qui en était pourtant l’initiateur. Il publia d’ailleurs un article en 1939 dans l’espoir de prouver l’inexistence dans la réalité physique de ces failles de l’espace-temps. En vain. Au fil des années et des percées, l’idée de trou noir n’a fait que grandir.

    Déclin et chute d’une étoile
    Pour comprendre les trous noirs, il est bon de connaître la succession des étapes qui mènent à leur formation. Une étoile est une énorme boule de plasma dont le cœur est en fusion nucléaire. La pression que génère l’énergie colossale des réactions nucléaires centrales l’empêche de s’effondrer sur elle-même. Par exemple, si notre étoile le Soleil perdure et fait le bonheur de nos journées, c’est parce que ses forces contraires et intérieures s’opposent et se stabilisent. Chaque seconde, il fusionne 632 millions de tonnes d’hydrogène en 628 millions de tonnes d’hélium: la différence de 4 millions de tonnes est transformée en énergie pure, en vertu de la relation masse-énergie d’Einstein, d’où sa lumière éblouissante.

    Le rayonnement d’une étoile implique donc une perte de sa masse. Son destin et les circonstances de sa mort dépendent alors de cette masse. Par convention, la masse des étoiles est évaluée à l’aune de la masse du Soleil, soit 1Mo, ce qui équivaut à 1,99 × 1030 kilogrammes.

    Ainsi, un jour viendra où le jour ne sera plus: dans cinq milliards d’années, le Soleil aura fusionné tout son hydrogène. Par gravité, son enveloppe de gaz commencera à s’affaisser vers le cœur palpitant. Mais cette implosion solaire n’aboutira pas, car les réactions nucléaires reprendront de plus belle par la fusion de l’hélium, cette fois-ci. Le Soleil se dilatera à nouveau et entrera dans sa phase dite de «géante rouge», la fusion de l’hélium générant plus d’énergie que la fusion de l’hydrogène. Sa taille atteindra l’orbite actuelle de Mars. Finalement, la gravitation succombera aux ondes de choc de la nucléosynthèse et les couches supérieures de l’étoile en agonie iront se dissiper dans l’infini. Le centre de la nébuleuse planétaire nouvellement formée sera habité par un caillot résiduel, une naine blanche, sorte de tison de dimension terrestre, très chaud, constitué de matière dégénérée surexcitée. Ainsi mourra le Soleil.

    Ce scénario terminal de la naine blanche, bien qu’étant le plus fréquent dans l’Univers, ne fait pas la règle parmi les populations stellaires. Une minorité d’étoiles, celles qui sont les plus massives, finiront de manière plus dramatique, le trou noir en constituant l’ultime et exceptionnel trépas. En 1925, Wolfgang Pauli formula le principe d’exclusion qui rend compte des états de matière ayant cours dans les naines blanches. La pression de dégénérescence due à l’affolement des électrons assure une certaine cohésion à la naine blanche dans la mesure où elle évite une contraction plus importante. Puis, en 1930, c’est au tour de Subrahmanyan Chandrasekhar de poser sa pierre dans l’érection de cet immense édifice théorique. Il calcula qu’une naine blanche dont la masse serait supérieure à 1,4 Mo serait trop lourde pour que la pression reliée au principe d’exclusion de Pauli empêche son effondrement. On ignore à l’époque vers quel nouveau monstre conduira cette auscultation théorique des limites de la physique.

    Mais deux ans plus tard, James Chadwick découvre le neutron. On réalise alors que l’effondrement d’une naine blanche entraîne ses électrons (-) à briser leurs orbites pour aller se cimenter aux protons (+). De leur étreinte naissent des neutrons, particules en grande partie responsables de la masse d’un atome. Et la sphère indiciblement dense qui en découle est un noyau atomique d’ampleur sidérale, une étoile à neutrons.

    Pour clarifier les idées, le diamètre d’une naine blanche est de l’ordre de 10 000 km et sa masse, de 0,8 Mo en moyenne. Une étoile à neutrons est beaucoup plus petite, soit environ 10 km de diamètre, mais sa masse volumique est cent millions de fois plus élevée, soit 1017 kg/m3. Bien que difficilement observables, ces cadavres d’étoile ont été débusqués dans les confins nébuleux de la Lyre (naine blanche) et du Crabe (étoiles à neutrons).

    Une possibilité physique
    On se rappelle qu’en 1939, Einstein publiait un article dans lequel il reniait le droit à l’existence de sa progéniture chthonienne, les trous noirs. Or, quelques mois plus tard, Robert Oppenheimer, tristement connu pour son engagement dans le projet Manhattan, écrivit avec ses étudiants, George Volkoff et Hartland Snyder, un article fondateur qui exposait les mécanismes de l’effondrement gravitationnel d’une étoile à neutrons.

    En voici l’essentiel. Une étoile à neutrons qui possède une masse supérieure à 3 Mo s’effondre, aucune force connue ne pouvant résister à l’écrasante suprématie gravitationnelle. Son diamètre s’amenuise et, éventuellement, devient inférieur à son rayon de Schwarzschild. La courbure que cet objet imprime alors à l’espace-temps étant infinie, la lumière devrait logiquement avoir une vitesse infinie pour s’en échapper.

    Imaginons la poigne herculéenne de la gravitation comme un mur d’une certaine hauteur et que, pour le franchir, il faille sauter avec une certaine force. Ce saut, c’est la vitesse d’échappement, vitesse permettant de fuir l’attraction d’un astre. Sur Terre, il faudrait sauter à 11,2 km/s pour franchir le mur, sans quoi nous retomberions (note 6). Sur le Soleil, qui est plus massif que la Terre, une impulsion de 618 km/s serait nécessaire. Sur une naine blanche, le saut devrait être de 100 000 km/s. Sur une étoile à neutrons, de 200 000 km/s. Nous approchons de l’inapprochable. Dans le cas d’un trou noir, le mur de gravitation est si élevé qu’il faudrait aller plus rapidement que la plus rapide des vitesses, celle de la lumière, pour le traverser. L’entreprise est inéluctablement vouée à l’échec…

    Observer l’inobservable
    Platon échafauda la première doctrine métaphysique de la philosophie. Il parlait du monde sensible, le nôtre, comme d’une pâle copie du monde des formes intelligibles, ces objets eidétiques qui organisent notre réflexion. Nous abordons la réalité physique par les sens; les formes intelligibles, elles, se laisseraient effleurer par l’exercice de la pensée discursive (dianoia) ou, mieux, intuitive (noèsis). Le cas des trous noirs illustre en quelque sorte la descente platonicienne d’un concept, de l’idéel au réel: si les trous noirs existent mathématiquement, comme l’a inféré Schwarzschild, ils sont également physiquement envisageables, comme l’ont souligné Oppenheimer et consorts. L’ultime ordalie ne consistait plus qu’à frotter la théorie à la pratique… Une épreuve de taille.

    En principe, un trou noir est, par essence, invisible. Toutefois, les effets causés par son intense champ gravitationnel sont, eux, transfuges et peuvent dénoncer sa présence. Mais pour ce faire, il faut scruter le ciel assidûment, à l’affût d’éventuels comportements étranges. Une panoplie de méthodes et de technologies d’observation aiguisent fort heureusement nos sens. En cette besogne, elles sont comme des auxiliaires qui tâtonnent là où nos yeux s’envasent.

    Le premier candidat trou noir fut découvert en 1972, par le satellite Uhuru. Ce dernier témoigna de l’existence d’une source de rayons X dans l’ample constellation estivale du Cygne. Cette source fut conséquemment désignée «Cygnus X-1». Un sursaut d’ondes radio révéla par la suite que ces émissions actiniques, difficiles à localiser, provenaient en fait du voisinage d’une étoile massive bleue, nommément HDE 226868 (note 7), située à 6000 années-lumière de la Terre. La corrélation entre les deux objets fut affermie par deux observations notables: (1) l’analyse du spectre d’émission de l’étoile avéra que tantôt elle s’approchait tantôt elle s’éloignait de nous et (2) la variation cyclique de la luminosité de HDE 226868 aux 5,6 jours indiqua qu’elle en prenait 5,6 jours pour compléter une révolution autour de son minuscule partenaire invisible. Cette variation serait due à l’angle sous lequel se présente l’étoile, angle qui nous permet de voir l’étirement causé par l’effet de marée titanesque que produirait Cygnus X-1 sur sa pauvre compagne.

    Cygnus X-1 et HDE 226868 forment un système binaire, c’est-à-dire un couple d’étoiles, dont l’un des membres est très probablement un trou noir (note 8). La masse minimum de Cygnus X-1 a pu être estimée par la troisième loi des orbites de Kepler. Elle environnerait 10 Mo; celle de HDE 226868, 30 Mo. Rien de ce que nous connaissons, sinon un trou noir, ne pourrait être si petit et attirer si rapidement une étoile aussi massive.

    Cet appariement intrigue: l’étoile morte vampirise l’étoile veuve. Un pont de matière acheminerait les lambeaux de l’une à l’abîme de l’autre, sur près de 3 000 000 de kilomètres! Plus cette matière approche de l’antre béant, plus elle s’échauffe et tourbillonne. On nomme disque d’accrétion le maelström de gaz effervescent qui gravite autour du trou noir. Celui de Cygnus X-1 s’étendrait sur plus de 300 kilomètres de diamètre. Par ailleurs, l’inflexion spatio-temporelle s’accentuant au fur et à mesure que la matière glisse sur son erre, la trajectoire suivie par les viscères de l’étoile devient une spirale de plus en plus serrée, courtisant avec une obstination croissante la funeste lisière de l’horizon des événements. Cette accélération frénétique causerait un état d’excitation moléculaire intense qui disloquerait les constituants gazeux. Ces spallations engendreraient les rayons X observés, témoins de ce carnage. Après trente années de chasse aux trous noirs, les astronomes en ont forlancé plusieurs et de toutes les tailles. Il y en aurait plus d’un milliard dans l’Univers, et certains atteindraient quelques milliards de masses solaires – notamment les trous noirs qui hanteraient les bulbes galactiques. Citons à ce chapitre celui qui, sans doute, fascine le plus: Sagittarius A* (note 9), le trou noir supermassif terré au cœur de notre propre galaxie, la Voie Lactée. À 26 000 années-lumière du système solaire, cet ogre central de 2 600 000 Mo semble bien calme. En raison des poussières interstellaires qui font office d’écran, peu d’informations réussissent à nous parvenir, si ce n’est des bribes dans l’infrarouge et dans le radio. On constate qu’il sème pourtant la pagaille dans son entourage: parmi les 45 étoiles proximales identifiées dans l’infrarouge, 24 sont des poids lourds, et certaines d’entre elles valsent à près de 1600 km/s autour du sombre barycentre. Malgré tout, Sagittarius A* est moins actif que ce qu’en disent les modèles. Bien que la radiosource s’étende sur 120 000 000 de kilomètres (~7 minutes-lumière), le spectre de Sgr A* est très peu bavard dans les longueurs d’onde X et gamma. Mais cette asthénie s’est interrompue subitement dans la nuit du 26-27 octobre 2000: durant trois heures, le satellite Chandra enregistra un sursaut de rayons X qui, à son maximum, fut quarante-cinq fois plus lumineux que la normale. Ce sursaut fut peut-être le dernier cri de lumière d’une étoile engloutie voici 26 000 ans.

    Un cyclope dans le vide
    Dans un passage du poème épique l’Énéide, le Troyen Énée et ses compagnons, encore tout secoués par les hoquets aqueux de Charybde, décident d’aborder les berges d’un chapelet d’îles caverneuses pour se reposer. Là, sortant des bocages, accoure vers eux un homme tout tremblant, le corps lézardé et vêtu de hardes pendantes. Oublié sur cette île depuis l’Odyssée homérique, il leur raconte comment les siens se firent dévorer vivants par l’effroyable Cyclope Polyphème. Ce dernier n’a qu’un seul œil frontal, immense et rond, caché sous les broussailles d’un énorme sourcil. À peine cet échange terminé, Polyphème lui-même apparaît au loin, monstrum horrendum, informe, ingens, cui lumen ademptum (monstre horrible, affreux, énorme, privé de la lumière) (note 10).

    Les trous noirs sont comme des cyclopes dans le vide. Horribles, parce qu’ils déjouent notre aptitude à les comprendre. Affreux, parce que leurs affres sont inexorables. Énormes, parce que leurs estomacs sont sans fond. Enfin, privés de la lumière parce qu’ils nous privent de la leur! Le sourcil du trou noir, c’est l’horizon opaque qui l’ourle, et si Polyphème est anthropophage, le trou noir est, lui, «holophage» puisque tout le nourrit. Ses remparts étant semi-perméables, tout y rentre, rien ne s’en évade.

    Par-delà l’horizon des événements, la théorie s’amenuït. Personne ne sait ce qui advient sous la cape de Schwarzschild, si ce n’est que le temps et l’espace y sont insignifiants. Rappelons-nous que l’effondrement d’une étoile très massive n’est arrêtée par rien: son volume devient épistémologiquement nul, 10-33 centimètre, et sa densité, infinie. Faute d’une théorie unifiée qui expliquerait comment se comporte la physique lorsque la gravitation triomphe de toutes les autres forces de la nature aux échelles subatomiques, on ne peut qu’élucubrer des hypothèses.

    Passerelles donnant sur d’autres univers pour les uns, organes cosmologiques préposés au recyclage de la matière-énergie pour les autres, les trous noirs seraient-ils de simples anomalies spatio-temporelles? Pour les comprendre, les grandes théories du siècle – la Relativité générale et la Mécanique quantique – devront faire l’objet d’une énième synthèse réconciliatrice. Les conditions qui prévalaient à la cosmogénèse, au «big bang», devaient être les mêmes que celles qui règnent dans ces décomplexificateurs que sont les trous noirs. L’un est en effet l’inversion temporelle de l’autre. Sans une Grande Unification des paradigmes dominants, ces fissures du Cosmos resteront à jamais des mystères, véritables aliments des grands récits génésiaques et eschatologiques, et bêtes noires des philosophes de la nature.

    Notes
    1. Platon. Théétète, 174a, trad. J.P. Dumont, inspiré du fragment Diels-Kranz A 9.1
    2. En Grec, nature se dit phusis, d’où le nom donné à la personne qui s’acquitte à déchiffrer ses fonctionnements, un phusikos, c’est-à-dire un physicien. Notons au passage que phusis dérive de phuô qui signifie littéralement «naître». De même, nature dérive du verbe latin natus, qui signifie «donner naissance». Pour un phusikos, les phénomènes naturels ont une origine, une cause, susceptible d’être éventuellement découverte.
    3. Certes, l’image du «soleil noir» hante l’inconscient collectif de tout temps: pensons aux éclipses solaires, à la place qu’occupent les chasmes insondés, les fosses hadales, les gouffres numineux, les vortex sibyllins… tant d’impressions fugaces où miroite l’Ailleurs mystérieux. Peut-être ces formes du mythe, ces images primordiales, ont-elles servi à inspirer, si ce n’est guider, les humains dans leur entreprise de débrous-saillement du monde phénoménal…
    4. Allgemeine geographische Ephemeriden, Bd I, 1799.
    5. Le petit Robert.
    6. Lorsqu’un satellite est mis sur orbite, il ne s’agit pas d’un saut mais d’une poussée continue. Il serait théoriquement possible d’aller sur orbite à un kilomètre à l’heure, si tant est que nous ayons les réacteurs et le carburant pour le faire. Par ailleurs, la vitesse de satellisation est d’environ 70 % de la vitesse de libération.
    7. C’est-à-dire le 226 868e objet recensé dans le catalogue Henry Draper Extension.
    8. Stephen Hawking estime cette probabilité à 95% dans: Une Brève histoire du temps, Flammarion, 1989, p. 125.
    9. Depuis 1982, l’astérisque évoque son apparence ponctuelle et met en relief l’unicité de cette radiosource au sein du complexe plus large aussi nommé Sagittarius A.
    10. Virgile. Énéide, livre III, vers 658.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Félix Pharand-Deschênes
    Félix Pharand-Deschênes a travaillé cinq ans à l'Astrolab du Parc du Mont-Mégantic. Il poursuit maintenant des études en anthropologie de l'espace, domaine peu visité qui tente de dégager dans quelle mesure les humains et leurs cultures développent une conscience de la réalité planétaire et de ses implications écosymboliques. On peut voir certains résultats de ses recherches sur son site.
    Mots-clés
    Stephen Hawkings, Einstein, naines blanches
    Extrait
    «Platon échafauda la première doctrine métaphysique de la philosophie. Il parlait du monde sensible, le nôtre, comme d’une pâle copie du monde des formes intelligibles, ces objets eidétiques qui organisent notre réflexion. Nous abordons la réalité physique par les sens; les formes intelligibles, elles, se laisseraient effleurer par l’exercice de la pensée discursive (dianoia) ou, mieux, intuitive (noèsis). Le cas des trous noirs illustre en quelque sorte la descente platonicienne d’un concept, de l’idéel au réel: si les trous noirs existent mathématiquement, comme l’a inféré Schwarzschild, ils sont également physiquement envisageables, comme l’ont souligné Oppenheimer et consorts. L’ultime ordalie ne consistait plus qu’à frotter la théorie à la pratique… Une épreuve de taille.»

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.