• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Géricault Théodore

    Le radeau de la Méduse

    Théophile Gautier
    La Méduse de Géricault se trouve flanquée de son Cuirassier et de son Chasseur aux guides échappés par miracle au sac du Palais-Royal. Ils faisaient partie de la galerie de l’ex-roi, qui les avait momentanément prêtés à l’exposition de l’Association des artistes, au bazar Bonne-Nouvelle; un avis placardé sur l’une des portes du Salon français fait savoir que l’administration des Musées ne considère ces deux toiles que comme un dépôt. Il serait à désirer qu’elles pussent devenir, sans spoliation, une propriété nationale et définitive. En effet, ce sont les deux premières révélations du talent si vigoureux de Géricault. Il n’avait pas beaucoup plus de vingt ans quand il eut l’idée, qui dut sembler bien saugrenue aux fabricants de mythologies d’alors, de portraire en dimensions quasi colossales ces deux guerriers inconnus et non gradés.

    Malgré quelques inexpériences et quelques impossibilités que le moindre rapin relèvera aussi bien que nous, il n’en reste pas moins à admirer un jet puissant, une belle intelligence du groupe, et surtout cette facture ample et hardie qui, bien plus que tout autre mérite, a fait de Géricault un des chefs véritables de la révolution opérée dans la peinture depuis une vingtaine d’années.

    Il ne faut pas s’y tromper, en effet; malgré une sève inconnue qui circule dans le dessin de Géricault, il est moins débarrassé des langes académiques qu’on ne le suppose généralement. L’amour du nu, le culte du morceau rendu l’entraînent souvent au delà et en deçà de l’expression et de la convenance. Ces admirables études qui se tordent sur le radeau de la Méduse ont un arrière-goût de modèles crânement copiés, de science anatomique complaisamment étalée, et nous doutons fort, malgré notre admiration profonde pour cette œuvre immortelle, que les choses se soient passées ainsi sur le fatal banc d’Arquin.

    Mais qu’importe ! Le ciel de plomb qui pèse sur toute la scène, la vague pesante qui se lève comme la mâchoire d’un grand sépulcre béant, la voile qui abrite une partie de la scène, le jour lugubre et blafard qui vient faire saillir ces corps revêtus d’une pâleur cadavérique, le nègre agitant un mouchoir avec un geste désespéré vers le point imperceptible qui révèle à tous ces malheureux un salut incertain, toute l’angoisse répandue sur la composition, lui donnent une valeur historique, et, de par la toute-puissance du génie, il est impossible, même à un naufragé de la Méduse, de se figurer la scène autrement.

    La tribune française est ornée, à ses ongles, des bustes de David, Gros, Gérard et Guérin. Géricault et Prud’hon mériteraient bien, ce nous semble, le même honneur.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Théophile Gautier
    Extrait
    Il ne faut pas s’y tromper, en effet; malgré une sève inconnue qui circule dans le dessin de Géricault, il est moins débarrassé des langes académiques qu’on ne le suppose généralement. L’amour du nu, le culte du morceau rendu l’entraînent souvent au delà et en deçà de l’expression et de la convenance.
    Documents associés
    Henry Houssaye
    Biographie de Géricault, les années de formation, les débuts, le séjour à Rome,

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.