• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Science

    La fin du divorce entre sciences et philosophie

    Dominique Delcourt
    Passage d'une entrevue de Roger-Paul Droit, parue initialement dans Le Monde du 7 juin 1985.
    L'idée d'un divorce entre les sciences et la philosophie est aujourd'hui en train de s'effriter. On a cru longtemps que les sciences n'avaient pu progresser puissamment qu'en se libérant de la «tutelle» des doctrines philosophiques. Le XIXe siècle et une large partie du nôtre ont vu triompher diverses conceptions, qu'on peut regrouper sous le nom de «positivisme», imposant une représentation des savoirs scientifiques dénuée de toute dimension spéculative. On s'aperçoit que la conception purement instrumentale des sciences n'est qu'un leurre. L'exigence philosophique se fait entendre nettement.

    Les exemples sont nombreux et d'ailleurs largement connus. Pour mémoire, je mentionnerai notamment le bouleversement de l'image de la nature, de ses lois de fonctionnement, et de l'idéal de la science introduit par le développement de la physique quantique. Le caractère probabiliste des connaissances dans la physique quantique est venu contredire la métaphysique déterministe de la nature qui reposait sur une généralisation supposée sans limites de la mécanique de Newton. Plus récemment, l'attention portée aux phénomènes de turbulence et de chaos rend encore plus radicale et plus urgente la nécessité de repenser - philosophiquement - les notions de causalité, d'ordre, de loi, etc.

    Une exigence du même genre se manifeste dans le domaine de l'astrophysique, avec le renouveau des modèles cosmologiques, la question du commencement de l'univers et l'hypothèse du big-bang. C'est enfin peut-être dans le champ des sciences du vivant que l'on voit réémerger de la manière la plus nette des questions philosophiques traditionnelles telles les relations de l'esprit et du corps, l'individualité, la formation des idées, l'animalité de l'homme, etc. La jonction qui est tentée, sous nos yeux, de certaines vues de la neurophysiologie avec certains résultats obtenus en intelligence artificielle, sous l'emblème des «sciences cognitives», concentre l'essentiel de ces questions.

    Ainsi, de toutes parts, les développements actuels des sciences conduisent de nouveau à des interrogations philosophiques. Cellesci n'avaient en fait jamais cessé d'être présentes dans la démarche même des sciences. Mais elles étaient comme recouvertes ou laissées de côté depuis que s'était imposée l'idée que la science consistait en un pur calcul, susceptible d'applications puissantes mais supposée dépourvue d'interrogations métaphysiques ou d'éléments spéculatifs. Il est clair que cette situation, de l'avis des scientifiques eux-mêmes, est aujourd'hui en pleine mutation.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.