• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Science

    La culture scientifique des Québécois

    Conseil de la science et de la technologie
    Cette enquête est une réalisation du Conseil de la science et de la technologie, dans le cadre de son Plan stratégique 2001-2004, qui devait prendre en compte la dimension culturelle: on a donc demandé à la science des sondages de nous dresser un tableau de l'évolution des mentalités concernant la culture scientifique, celle de la tv, des journaux, des magazines, Internet, ou la radio. À une époque où la science et la technologie gouvernent nos vies, les Québécois sont-ils plus éduqués? Tout dépend de qui on parle: nombreux sont ceux et celles qui continuent de manifester peu d'intérêt pour cette culture, en dehors des cours, du travail et des obligations. La personne qui a le feu sacré est sans doute encore la mieux placée pour le communiquer. Toute approche simplement formelle se heurte au mur de l'indifférence de la masse des gens qui devraient consommer cette culture et surtout l'assimiler. Les mentalités prennent du temps à changer: les gens scolarisés continuent de manifester plus d'intérêt, de même que les hommes par rapport aux femmes, les personnes plus jeunes par rapport aux aînés. Nous présentons ici la conclusion, relativement optimiste, de l'étude du Conseil, qu'on peut lire dans son intégralité à cette adresse. (J.L.)
    «Les Québécoises et les Québécois se disent très intéressés par les questions à caractère scientifique et technologique. Il semble aussi que plusieurs d’entre eux souhaiteraient pouvoir s’informer davantage sur ces sujets. Les médias qu’ils utilisent le plus à cette fin sont, dans l’ordre: la télévision, les journaux et les magazines d’intérêt général, Internet, les magazines de vulgarisation scientifique et la radio. Ils visitent aussi en grand nombre des institutions muséales dédiées aux sciences et à la technologie, et certains d’entre eux pratiquent un loisir dit "scientifique". Au chapitre des connaissances scientifiques de base, ils se révèlent aussi bien renseignés que les Européens et les Américains.

    On notera toutefois que, telle qu’elle est définie par le questionnaire de l’enquête, la "culture scientifique et technique" n’est pas uniformément répandue dans l’ensemble de la population québécoise. Les gens les plus scolarisés, ceux qui sont bilingues et ceux qui bénéficient d’un revenu élevé montrent une plus grande culture scientifique et technique que le reste de la population. C’est aussi le cas, dans une certaine mesure, pour les plus jeunes et pour les hommes. Retenons également que l’ensemble des analyses montre très clairement l’importance capitale de la scolarité comme facteur déterminant du niveau de culture scientifique des individus. Elle est étroitement associée à chacune des dimensions explorées dans ce rapport et c’est elle qui fournit aussi la plus grande partie de l’explication de la variation du niveau des connaissances scientifiques. Le niveau d’utilisation des divers médias de masse diffusant des informations scientifiques et technologiques, la connaissance des langues officielles (en fait, le bilinguisme), l’âge et le sexe se révèlent également des facteurs importants. La présente enquête permet également de tracer le portrait particulier des deux clientèles ciblées au cours des dernières années par les initiatives en matière de culture scientifique et technologique, soit les jeunes et les femmes.

    Les jeunes se disent volontiers informés sur les sciences et la technologie. Ils présentent également un degré d’intérêt relativement élevé. Ils se révèlent par ailleurs ni plus ni moins confiants que l’ensemble de la population à l’égard du développement scientifique. Ils se comparent également à l’ensemble de la population quant à leur utilisation des médias pour obtenir de l’information à caractère scientifique, à leur fréquentation des musées et à leur pratique de loisirs scientifiques. Par contre, leur niveau de compétence technique est nettement supérieur à celui des plus âgés. Dans une moindre mesure, leur niveau de connaissances scientifiques s’avère également supérieur.

    Les femmes, quant à elles, se révèlent moins intéressées que les hommes lorsque, de façon générale, on leur parle de sciences et de technologie. Par contre, leur intérêt s’accroît et devient comparable à celui des hommes lorsqu’elles sont mises en présence de sujets particuliers qui définissent de façon un peu plus concrète ce qu’on entend par "sciences et technologie". Nous avons noté, à cet égard, que les jeunes femmes en particulier présentent un indice d’intérêt pour les sciences relativement élevé. Nous avons aussi remarqué que le niveau de confiance des Québécoises à l’égard du développement scientifique est aujourd’hui comparable à celui de leurs concitoyens de sexe masculin, ce qui n’était pas le cas dix ans plus tôt. Pour obtenir de l’information à caractère scientifique et technologique, les femmes sont cependant un peu moins nombreuses que les hommes à faire un usage fréquent des médias de masse. Par contre, elles fréquentent des institutions muséales dédiées aux sciences et, sauf pour les plus jeunes, pratiquent un loisir scientifique aussi souvent que les hommes. Tant au titre du loisir scientifique qu’à celui de l’intérêt pour les divers sujets scientifiques, les femmes affichent une certaine préférence pour les sciences de la vie. Notons enfin que le niveau de compétences techniques des femmes est comparable à celui des hommes. De façon générale, cependant, leur niveau de connaissances scientifiques est moindre. Par contre, toujours au titre des connaissances scientifiques, les plus jeunes femmes se révèlent aussi performantes que les hommes et parfois même un peu plus.

    Notre étude permet par ailleurs d’identifier certains segments de la population qui, du point de vue de la culture scientifique et technique, apparaissent véritablement défavorisés. Il s’agit des personnes peu scolarisées, à faible revenu, âgées et unilingues. Celles-ci se montrent en effet peu intéressées aux sciences et à la technologie, se sentent aussi, en la matière, moins informées et, plus souvent qu’à leur tour, se révèlent imperméables aux informations à caractère scientifique diffusées dans les médias de masse. Elles ne visitent que très rarement les institutions muséales dédiées aux sciences et à la technologie et elles sont peu nombreuses à s’adonner à un loisir scientifique. Enfin, leurs niveaux de compétences techniques et de connaissances scientifiques sont nettement sous la moyenne de la population.

    Étant donné que notre étude présente un instantané de la situation québécoise, certaines questions demeurent ouvertes. Puisque les générations plus récentes sont davantage scolarisées que celles qui les ont précédées, on serait, bien sûr, en droit d’attendre que le niveau général de culture scientifique du Québec continue de s’accroître au fur et à mesure du remplacement des générations. Cependant, puisque l’âge apparaît en lui-même comme un facteur important, il est aussi possible qu’un certain phénomène de déperdition opère à mesure que les jeunes générations d’aujourd’hui gagneront en âge. Dans la même veine, il est permis de penser que la parité que les jeunes femmes affichent avec les hommes de leur âge pourrait disparaître à mesure qu’elles avanceront en âge.

    Une étude de cohorte permettrait sans doute de confirmer ou d’infirmer de telles hypothèses. Une étude qualitative (par entrevues) pourrait aussi s’avérer utile de ce point de vue, si elle permettait d’approfondir notre connaissance des déterminants de l’intérêt pour la science et de mieux cerner les obstacles matériels et symboliques au développement d’une culture scientifique. »
    (p. 53-55)

    Source

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Conseil de la science et de la technologie
    Le ministère de la recherche, de la science et de la technologie est remplacé par la mission de la Recherche, de la Science et de la Technologie du ministère du Développement économique et régional.
    Mots-clés
    Intérêt pour la science, scolarisation, musée, jeunes, femmes
    Extrait
    «L’ensemble des analyses montre très clairement l’importance capitale de la scolarité comme facteur déterminant du niveau de culture scientifique des individus. Elle est étroitement associée à chacune des dimensions explorées dans ce rapport et c’est elle qui fournit aussi la plus grande partie de l’explication de la variation du niveau des connaissances scientifiques.»
    Documents associés
    Andrée Mathieu
    Démocratie, expert, citoyen
    Jacques Dufresne
    Évolution, Darwin, hasard, Dieu
    Jean le Rond D'Alembert
    Encyclopédie, dictionnaire, connaissance, du rôle des sciences dans la connaissance, géométrie, mathématique, physique
    Charles Lichtenhaeler
    Vérité, certitude
    André Lalande
    science, nature, discontinuité, division, analyse, intelligence
    Jean Hamann
    Journalisme scientifique, sensationalisme médiatique
    Jacques Dufresne
    Société, culture, médecine
    William Alfred Fowler
    Théories scientifiques
    Werner Heisenberg
    Nature, technique

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.