• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Dossier: Santé

    De la médecine médiévale à la médecine contemporaine

    Jacques Dufresne

    La séparation de la tradition et de la science, indispensable au progrès, ne s'est pas faite avant le XIXe siècle.

    Entre 1500 et 1800, pour ce qui est de la santé et de la médecine, le Moyen Âge et la modernité sont encore mêlés l'un à l'autre. Vésale établira définitivement les assises de l'anatomie au XVIe siècle, tout en demeurant néanmoins fidèle à Galien, même quand il le corrigeait. Quand Galien se trompe, écrit-il, je le signale, et pourquoi pas? Lui-même ne s'est-il pas souvent trompé quand il avançait dans la connaissance? En s'inspirant de Galien, qui n'avait disséqué que des animaux, et imaginé le corps humain à partir de cela, Vésale, qui pourtant avait osé disséquer des cadavres humains, a fait d'ailleurs quelques erreurs.

    C'est qu'il oscillait entre le pôle de la science et celui de la tradition et cette oscillation est caractéristique de son époque. Dans quelle mesure était-elle due à l'autorité de l'Église, qui défendait énergiquement la tradition, ou à une sincère admiration des Anciens, il est difficile de le dire. Mais il est clair que de 1500 à 1800, la doctrine de Galien a toujours suscité de l'admiration, même et peut-être surtout chez les plus grands. La révolution, la rupture se fera au XIXe siècle, où l'on ne conservera de respect que pour ceux en qui on reconnaissait des précurseurs : Ambroise Paré pour la chirurgie, Vésale pour l'anatomie, Harvey pour la circulation du sang et plus tard Haller pour la physiologie.

    Le changement des mentalités

    Entre 1500 et 1800, les lettres et les arts ont sans doute, par rapport aux sciences, plus d'importance proportionnellement qu'à la fin du XIXe siècle. Dans chacun de ces deux domaines, il y eut de nombreux événements qui étaient destinés à avoir une influence déterminante sur l'avenir de la santé et de la médecine. Par exemple, l'architecture et l'urbanisme, suite à la découverte de la perspective, ont hâté l'avènement des larges avenues, qui seront plus tard l'une des conditions de l'hygiène. Certains artistes ne se contentèrent pas de s'intéresser indirectement au progrès des connaissances médicales. Ils y contribuèrent de façon géniale. Léonard de Vinci, en plus de dessiner le foetus dans le corps de la mère, écrivit ce qui suit : « Alors que l'homme a en lui des os qui sont le soutien et la charpente de sa chair, le monde a les pierres qui sont le support de la terre ».

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Jacques Dufresne
    http://agora.qc.ca/cvdufresne.html
    Mots-clés
    Histoire de la médecine
    Extrait
    L'architecture et l'urbanisme, suite à la découverte de la perspective, ont hâté l'avènement des larges avenues, qui seront plus tard l'une des conditions de l'hygiène.
    Documents associés
    Isabelle Paré
    Débat sur la réforme
    Jacques Dufresne
    Autonomie
    Fernand Ouellette
    Existence, angoisse, équilibre, déséquilibre, Novalis
    Jacques Dufresne
    Jacques Dufresne
    Maladie
    Jacques Dufresne
    Espérance de vie, mort, durée, corps, médecine
    Jacques Dufresne
    La médecine scientifique

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.