• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Roman

    Manon Lescaut

    Jean Sgard

    Jean Sgard évoque l'éternel débat devant une oeuvre romanesque célèbre: en quoi a-t-elle pu être inspirée par la vie personnelle de son auteur ou par les influences littéraires de son époque?

    Ces deux années hollandaises (Prévost y vécut en exil) auront été ruineuses pour sa fortune et sa réputation, mais elles voient naître ses deux chefs d’oeuvre, Manon Lescaut et Cleveland.

    Le biographe évoque d’abord les influences littéraires qu’aurait pu subir l’auteur de Manon Lescaut, en particulier celle du roman les Illustres Françaises de Challe et également la transposition possible, mais non prouvée, d’un drame sentimental personnel. Et il poursuit:

    Toutes ces hypothèses relevaient d'un même postulat qui date en fait de Sainte-Beuve : au contraire de toute l'oeuvre romanesque de Prévost, Manon Lescaut, miracle de pureté et de sincérité, ne pouvait être que la transcription d'un drame vécu. Peut-être cette hypothèse romantique s'appuyait-elle en outre sur l'idée implicite que Prévost, prisonnier de sa condition monastique, n'avait découvert la passion que tardivement. Or tout porte à croire aujourd'hui que l'expérience des passions chez Prévost est riche et précoce. Dupuis avait parlé pudiquement de ses «petits écarts» de jeunesse, Gastelier a insisté sur les «jolies filles» qui l'entouraient à La Haye; nous avons vu qu'à Londres aussi bien qu'à La Haye, il avait défrayé la chronique par ses aventures : s'il y a un domaine dans lequel son expérience est ancienne, c'est bien celui de la connaissance du coeur et des passions; lui-même l'a laissé entendre dans Le Pour et Contre: « Je laisse à juger quels devoient être depuis l'âge de vingt jusqu'à vingt-cinq ans, le coeur & les sentimens d'un homme qui a composé le Cleveland à trente-cinq ou trente-six ». Concluons qu'il est vain de chercher dans les amours de Prévost le modèle de ses romans. On ajoutera qu'il n'est pas plus prudent de chercher dans la réalité le modèle de tel ou tel personnage ; non pas qu'on ne puisse trouver dans la chronique des années 1720-1730 des Manon, des chevaliers des Grieux, des Tiberge, des filles déportées et des mariages à la Louisiane: on en a trouvé beaucoup, on en trouvera encore; mais la pauvreté de nos informations est telle que tout rapport direct avec l'ceuvre du romancier reste impossible à prouver : le parallèle repose sur quelques noms propres, quelques pauvres faits divers, et c'est tout. Faisons crédit à l'imagination de Prévost : un inconnu nommé des Grieux, deux passants entrevus dans une auberge d'Amsterdam, une annonce ou un fait divers dans la presse pouvaient susciter en lui des visions de romans, mêlées à des souvenirs de lecture aussi bien qu'à une remontée du passé. Mais cet univers intérieur nous est fermé.  p. 122-123

    Source

     

     

    Jean Sgard, Vie de Prévost (1697-1773), PUL, 2006, 296 pages.

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Jean Sgard
    Jean Sgard, professeur émérite à l'Université Stendhal de Grenoble, a consacré l'essentiel de ses recherches à la presse et au roman du XVIIIe siècle, notamment à Prévost et à Crébillon.
    Mots-clés
    Abbé Prévost, romanesque
    Extrait
    Or tout porte à croire aujourd'hui que l'expérience des passions chez Prévost est riche et précoce. Dupuis avait parlé pudiquement de ses «petits écarts» de jeunesse, Gastelier a insisté sur les «jolies filles» qui l'entouraient à La Haye; nous avons vu qu'à Londres aussi bien qu'à La Haye, il avait défrayé la chronique par ses aventures.
    Documents associés
    Jean-Claude Lalanne-Cassou
    typologie du roman, droits d'auteur

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.