• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Dossier: Pétrarque

    Pétrarque et l'amitié

    Pétrarque
    Epistevla familiaris, III, 15
    À UN AMI QUERELLEUR.
    DE MÊME QU'ON DOIT RECHERCHER
    L'AMITIÉ DES GENS DE BIEN, DE MÊME ON
    DOIT ÉVITER L'INIMITIÉ DES MÉCHANTS.
    Cherche à être aimé de tous les gens de bien: on n'a pas à craindre alors que tu aies trop d'amis ou que je t'impose une charge trop lourde. Ainsi, je l'affirme, si tu te fais des amis de tous les gens de bien, ils seront peu nombreux.

    Oui, les gens de bien sont rares; leur nombre égale à peine celui des portes de Thèbes ou des bouches du Nil fécondant. (1)

    «Qui dit cela?» demandes-tu. Qu'importe? Si tu approuves le dire, pourquoi en cherches-tu l'auteur? Tout ce qui est vrai, comme le dit Augustin (2), est vrai de par la vérité. C'est moi qui l'affirme. Est-ce que par hasard tu le nies? L'expérience, qui n'a pas l'habitude de mentir, le dit; la vérité, qui ne peut mentir, le dit. Si tu désires connaître l'homme qui l'a écrit, c'est Juvénal, expert en ces matières et fin connaisseur de l'âme humaine. Si tu n'as pas confiance en lui, écoutes-en un autre par la bouche duquel parle Celui qui non seulement connaît, mais a aussi créé les hommes. Que dit-il donc? «Il n'en est pas un qui fasse le bien, non, pas un seul». Le poète dit «quelques-uns», le prophète «aucun»; et chacun à sa façon avec beaucoup de justesse. (3) Mais toi, puisqu'il ne faut pas désespérer de pouvoir trouver quelques hommes de bien - car si nous commençons à désespérer de tout, nous en viendrons nécessairement à désespérer de nous-mêmes -, pense que certains sont non seulement bons, mais aussi excellents, et, pour accorder ces opinions divergentes, écoute Horace qui se prononce à la façon d'un arbitre

    Personne, en vérité, ne naît sans défauts; le meilleur est celui sur qui pèsent les moins graves. (4)

    Il en est ainsi assurément, même si les stoïciens s'y opposent, eux qui promettent d'arracher de l'âme toute maladie jusqu'à la racine. Ils seraient certes des médecins tout à fait dignes de louange si seulement ils arrivaient à tenir leur promesse. Mais dans la vie humaine, où nous devons choisir nos amitiés, on ne découvre en fait personne, si tranquille et serein qu'on voudra, qui ne soit troublé, du moins parfois, par de légères perturbations et ne soit agité par les tourbillons de la passion. D'ailleurs, comme un navire équipé, il sera balloté sur la haute mer mais ne sombrera pas. Pour le navire comme pour lui, ce sera un titre de gloire remarquable. Il arrive ainsi - ce qui ne plaît pas aux stoïciens - que dans cette vie, où nous savons qu'il n'y a rien de parfait, une maladie légère et curable tienne lieu de santé (5). Donc, pour revenir à notre discussion, parmi cette sorte d'hommes, non pas ceux qui n'ont aucun vice, mais ceux dont les vices le cèdent aux vertus - et tu apprendras qu'ils sont eux-mêmes très rares -, fais-toi des amis par tous les moyens possibles; or il n'y a pas de meilleurs moyens pour réussir que l'imitation des moeurs et l'affinité de goût. Mais au rebours, pour les méchants, dont la multitude est innombrable, ne sois ni un ami ni un ennemi; mieux encore, ne sois même pas connu d'eux [...].

    Notes de Claude Lafleur
    (1) Juvénal, Saturcae, 3, 121-122
    (2) Augustin, Soliloquia, 1, 15, 27
    (3) Sancta Scriptura, Ad Romanos, 3, 12
    (4) Horace, Sermones, 1, 3, 68-69
    (5) Sénèque, Epistulce ad Lucilium, 5, 2
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.