• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Dossier: Pauvreté

    La puissance des pauvres

    Hélène Laberge
    Actes Sud, Octobre 2008
    Voici un essai destiné à connaître une longue carrière tant à cause du passé insolite des deux auteurs, que rien ne destinait à se connaître, qu’en vertu des réflexions que le sort des pauvres au Mexique, en Inde, entre autres pays, a inspirées à Majid Rahnema, diplomate et ancien ministre iranien établi en France et Jean Robert, architecte et historien des techniques qui vit au Mexique. C’est grâce à leur amitié commune pour Ivan Illich qu’ils se sont connus.
    Dans un livre publié en 2003 Quand la misère chasse la pauvreté (Actes Sud), Majid Rahnema entendait montrer avec des exemples appuyant sa thèse (écrite dans un français magnifique) que « l’économie moderne, en éradiquant ce qu’il appelle la pauvreté conviviale – un mode de vie millénaire a eu une part prépondérante dans la multiplication des nouvelles formes de misère. » Rahnema pressentait déjà la crise financière actuelle et faisait partie avec Jean Robert et les amis regroupés autour d'Ivan Illich, de ceux qui en voyaient déjà les prémisses à l’œuvre dans trop de pays du Sud.

    Jean Robert est l’auteur du Temps qu’on nous vole (Seuil, 1980) et, en collaboration avec Jean-Pierre Dupuy, de La trahison de l’opulence (PUF, 1976). Deux livres qui pré diagnostiquaient, pour ainsi dire, nos problèmes actuels.

    Dans La Puissance des pauvres, «constatant l’échec des certitudes établies et des fausses solutions qu’elles engendrent, les auteurs en appellent à divers intercesseurs à la recherche d’outils nécessaires à une autre lecture du monde et de ses devenirs révolutionnaires… »

    Parmi ces intercesseurs, s’étonnera-t-on de trouver entre autres Gandhi, Karl Polanyi, Jacques Ellul, Michel Foucault, Aimé Césaire ou Ivan Illich ? On s’attendait moins à la place importante attribuée à Spinoza : «j’aurai attendu d’être octogénaire, dit Rahnema, pour le découvrir de l’intérieur.» Et effectivement, Spinoza ne peut que nous aider à surmonter la tentation du découragement devant les effets désastreux des interventions des pays riches. «À quoi est dû l’échec de la démocratie ?» se demande déjà le philosophe. «Est-il possible de faire d’une multitude une collectivité d’hommes libres au lieu d’un rassemblement d’esclaves?» [¼] «Ce qui comptait le plus pour lui était de diriger ses affections et ses passions dans un sens qui augmentât sa puissance d’agir, de connaître ainsi ses propres limites et d’arriver par là à combiner les forces de la Raison aux passions joyeuses.»

    En combinant leurs forces et leurs passions joyeuses, des pauvres de l’Inde ont su exercer leur puissance. Nous en connaissons les détails grâce au reportage dont fait état de Madeleine Lecour publié dans Alliance pour une Europe des consciences, no 15, automne 2007 sous le titre : Janadesh : le verdict des pauvres (cité en annexe du livre) «Janadesh est un mot hindi signifiant verdict du peuple, un verdict qui se construit depuis les racines afin de recouvrer la dignité à travers la possession d’un lopin de terre et de moyens de subsistance.»

    «Le 2 octobre 2007, 25 000 pauvres étaient réunis à Gwalior, dans l’état de Madya Pradesh en Inde. Leur intention : marcher sur Delhi en un mois et réaliser un sit-in devant le Parlement pour exiger leur patta (titre de propriété sur une terre). » Composition du groupe : des membres de tribus hors castes, des intouchables ou parias, des femmes et des hommes de tous âges. Pendant trois ans ils avaient économisé chaque jour une poignée de riz et une roupie pour leur famille laissée sur place. Ils transportaient par groupe de mille personnes toutes les nécessités de leurs campements, au nombre de vingt-cinq. Des camions livraient la nourriture (riz, galettes de blé et lentilles). Les marcheurs non violents étaient dirigés par Rajagopal, surnommé le nouveau Gandhi, et ils étaient accueillis dans les villages par des jets de pétales de fleurs! « Les pauvres sont en marche, écrit Madeleine Lecour, et veulent faire reconnaître leurs droits et non mendier. La marche est joyeuse et dansante; musique, danses folkloriques font aussi le spectacle pour ceux qui encouragent. » Après trente jours de marche et appuyés par le ministre du développement rural, ils obtiendront gain de cause et le gouvernement mettra des trains à leur disposition pour le retour dans leurs familles.

    En annexe toujours, on trouve ce témoignage de Louis Campana, également extrait de la revue Alliance pour une Europe des consciences no 15 : «Aujourd’hui j’ai vu un peuple se lever. Il est debout. Il est en marche. Un peuple de 25 000 gueux. Je l’ai vu souffrir sur la route. J’ai vu des vieillards tomber, j’ai vu des femmes épuisées. J’ai vu leurs douleurs mais j’ai vu aussi leur détermination, car ce peuple a appris à ne plus avoir peur, il a appris à ne pas haïr, il a appris à chasser le mépris. Et il va [¼] vers Delhi face au pouvoir, face à l’autorité pour récupérer ses droits. [¼] Grâce à l’inspiration et à la puissance de Rajagopal. Et cela c’est le miracle de la force libératrice de la non-violence.»

    Soulignons en terminant l’originalité de ce remarquable essai qui utilise diverses formes littéraires, dont un dialogue entre les deux auteurs, et en épilogue, une correspondance dans laquelle chacun livre à l’autre son expérience et sa philosophie dans un parfait respect de leurs différences d’approche conceptuelle.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Hélène Laberge
    Mots-clés
    Convivialité, Ivan Illich, Spinoza, Jacques Ellul, puissance
    Extrait
    En combinant leurs forces et leurs passions joyeuses, des pauvres de l’Inde ont su exercer leur puissance. Nous en connaissons les détails grâce au reportage dont fait état de Madeleine Lecour publié dans Alliance pour une Europe des consciences, no 15, automne 2007 sous le titre : Janadesh : le verdict des pauvres (cité en annexe du livre) «Janadesh est un mot hindi signifiant verdict du peuple, un verdict qui se construit depuis les racines afin de recouvrer la dignité à travers la possession d’un lopin de terre et de moyens de subsistance.»
    Documents associés
    Jacques Dufresne
    Statistiques, comment traduire la pauvreté en chiffres
    Majid Rahnema
    Pauvreté, évolution du sens du mot "pauvre", pauvreté conviviale, misère modernisée, simplicité volontaire
    Charles-Pierre Baudelaire
    Stéphane Stapinsky
    Bronislaw Geremek
    Charles-Louis Philippe
    Jacques Dufresne
    Réhabilitation, valeurs
    Victor Hugo
    Majid Rahnema
    Pauvreté, convivialité, misère, simplicité volontaire
    Stéphane Stapinsky

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.