• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Dossier: Paracelse

    Paracelse et les sorcières

    Jacques Dufresne
    Au moment où la médecine scientifique naît petit à petit de la médecine antique, galénique, à laquelle elle s'oppose mais dont elle reprend le principe fondamental, l'allopathie, surgit un personnage haut en couleur qui brise le modèle rationnel, apollinien, en formation pour faire triompher la tradition issue du dieu Hermès. Paracelse (1493-1541) qui enseignera à l'université de Bâle, centrera ses cours autour d'une attaque vigoureuse de Galien et de son disciple Avicenne qui, l'ayant redécouvert au Moyen Âge, l'avait imposé au monde occidental.
    Approche globale, systémique, sentiment que l'être humain est une totalité et que la maladie est la pertubation de cette totalité et non le simple dysfonctionnement d'un organe isolé, toutes ces idées qui connaissent une certaine vogue aujourd'hui sont apparentées à celles que défendait Para-celse. Pour ce dernier, l'homme était un petit monde (microcosme) "non par la forme et la substance du corps, mais par toutes les forces et vertus dont est fait le grand monde (macrocosme)". Nous voici très près de ces médecines primitives, de ces médecines de la communication où le traitement est la réactualisation des grands mythes fondateurs.

    On doit à Paracelse le principe de la similitude, qui sera le fondement de l'homéopathie. La nature, pensait celui qu'on dénommait le Magus, contient les substances qui peuvent guérir toutes les maladies, mais au lieu de chercher des remèdes paraissant contraires au mal, il convient de rechercher l'entité substantielle qui est associée au mal. Le mercure est l'une des entités à laquelle Paracelse s'est intéressé. Il y voyait un facteur de paralysie, de tumeurs. "Ce poison, affirmait-il, peut devenir un remède si on en amoindrit la vie".

    Poison qui peut devenir remède! Cela rappelle le monde de la magie et de la sorcellerie, où la même personne peut tantôt jeter un mauvais sort sous forme de maladie, tantôt susciter la guérison.

    Paracelse a reconnu qu'il avait puisé une large part de son savoir chez les sorcières, lesquelles connaissaient le secret des plantes. Faut-il rappeler que les sorcières ont été longtemps persécutées, surtout au XVe siècle, et que le mauvais sort les a poursuivies jusqu'en Amérique du Nord au XVIIe siècle? Si la légende n'a retenu qu'un frémissement d'horreur, la réalité est complexe, comme l'historien Jules Michelet nous l'a donné à entendre après Paracelse.

    "La sorcière risquait beaucoup. Personne alors ne pensait qu'appliqués extérieurement, ou pris à très faible dose, les poisons sont des remèdes. Les plantes que l'on confondait sous le nom d'herbes aux sorcières semblaient des ministres de mort. Telles, qu'on eût trouvé dans ses mains l'auraient fait croire empoisonneuse... Elle se hasarde, cependant, va chercher la terrible plante...

    Il est certain que la plante effraie... C'est la jusquiame [...], la belladone... qui guérit de la danse en faisant danser. Audacieuse homéopathie, qui d'abord dut effrayer, c'était la médecine à rebours".36

    Montaigne

    Si Paracelse prolonge la médecine des temples et annonce les médecines douces d'aujourd'hui, à la même époque, Montaigne donne corps à une conception radieuse de la santé de même qu'à une acceptation de la maladie teintée de stoï-cisme et marquée par une profond scepticisme à l'égard de la médecine. Cette philosophie lui vaudra, par delà les siècles et les continents, l'amitié de l'un des plus grands médecins contemporains, l'amé-ricain Lewis Thomas. Le parti - pris amical de Lewis Thomas pour Montaigne est d'autant plus attendrissant que le penseur de la Renaissance est l'auteur des plus belles pages qui soient sur l'amitié.

    Une âme saine dans un corps sain, ou plutôt un corps rendu sain par une âme saine! Cette idéal emprunté aux Anciens, Montaigne le placera au coeur de sa philosophie. Vivre en philosophe, pense-t-il, c'est faire de sa vie un chef-d'oeuvre de façon spontanée, légère. Le souci de la santé risque toujours de devenir une triste entreprise. Chez Montaigne, il se confond avec la plus élémentaire joie de vivre.

    "L'âme qui loge la philosophie doit par sa santé rendre sain encores le corps. Elle doit faire luire jusques au dehors son repos et son aise; doit former à son moule le port extérieur, et l'armer par conséquent d'une gratieuse fierté, d'un maintien actif et allegre, et d'une contenance contente et debonnaire. La plus expresse marque de la sagesse, c'est une esjouïssance constante: son estat est comme des choses au dessus de la lune: toujours serein".40

    Notes:

    36. MICHELET, Jules, La Sorcière, cité dans PRÉCLAIRE, Madeleine, «Retrouver la santé en passant par Paracelse», Critère, no. 13, p. 173.

    40. cité par FRIEDRICH, Hugo, Montaigne, Paris, Gallimard, 1968, p. 13. Dans Critère, no. 13, Juin 1976, p. 222.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Jacques Dufresne
    Mots-clés
    Les sorcières
    Documents associés
    Andrée Mathieu
    histoire des sciences, alchimie, astrologie, kabbale, médecine
    Madeleine Préclaire
    Sorcières, alchimie, médecine, anti-déterminisme, nouvel âge

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.