• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Dossier: Observation

    Les sciences descriptives de la vie

    Jacques Dufresne
    Ce texte fait partie d'un ensemble. Document précédent.

    Le regard naïf sur la vie s'accommode mieux de la simple observation que du recours à des théories complexes et à des appareils optiques de haute technologie. Il ne faut pas croire cependant que la rigueur et les hypothèses explicatives caractéristiques de la science en soient pour cela nécessairement exclues. Nous avons vu comment Mendel est passé de l'observation de ses plantes aux lois de l'hérédité et comment Darwin a été conduit vers l'hypothèse de l'évolution par ses collections de fossiles et ses notes de voyage. Mendel et Darwin eux-mêmes n'auraient jamais pu faire avancer la biologie comme ils l'ont fait s'ils n'avaient pas été précédés de ces grands observateurs et classificateurs que furent, pour les plantes, le suédois Linné et pour les animaux, les français Geoffroy Saint-Hilaire et Cuvier.

    L'observation a toutefois sa justification en elle-même. Vue sous un certain angle, osons-le dire, elle est même la seule forme de science vraiment pure. Dès que les théories et l'esprit de système surgissent dans les sciences, ils entraînent dans leur sillage la volonté de puissance. Connaître alors c'est déjà pouvoir.

    La simple observation met le savant à l'abri de ce danger et elle a en outre l'avantage d'être à la portée de tous. C'est par elle et par elle seulement que le grand public peut s'intégrer de façon active à l'univers de la science. C'est par elle aussi que s'établit la nécessaire communication entre les savants et les citoyens ordinaires.


    Parlant des «botanistes à la vieille mode avec leur jambière de cuir et leur filet à papillon», l'écrivain suisse C. F. Ramuz lui-même un observateur passionné de la nature, note que «La science se confond chez eux sans le combattre avec le goût de ce qui est beau, par quoi il faut entendre une délectation particulière devant certaines manifestations plus secrètes de la vie».

    Et à propos du grand entomologiste français J.-H. Fabre, dont on s'est demandé s'il faisait ou non de la science, Ramuz écrit: «C'est en tout cas de la science pour honnête homme et de la science d'honnête homme, en ce sens que sans jamais quitter le monde qui nous est familier, il ne nous en fait pas moins pénétrer dans ses dessous et dans ses coulisses, ce qui est un commencement d'explication; en ce sens encore que, quant au savant, il ne cesse jamais d'être un homme, d'être l'un de nous. Il n'est pas encore entré dans la nature assez profondément pour avoir été obligé de la dépouiller peu à peu de toutes ses qualités autres que numériques ou mathématiques; il n'aboutit pas à un système et le monde qu'il considère reste le monde que nous connaissons».
    Ce texte fait partie d'un ensemble. Document suivant.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Jacques Dufresne
    Extrait
    L'observation a toutefois sa justification en elle-même. Vue sous un certain angle, osons-le dire, elle est même la seule forme de science vraiment pure. Dès que les théories et l'esprit de système surgissent dans les sciences, ils entraînent dans leur sillage la volonté de puissance. Connaître alors c'est déjà pouvoir.
    Documents associés
    Jacques Dufresne

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.