• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Dossier: Médina

    La vieille ville de Tripoli (Libye)

    Centre du patrimoine mondial de l'Unesco
    Tripoli n'est pas, à ce jour, inscrite sur la Liste du patrimoine mondial. elle est historiquement située au carrefour de routes commerciales entre l'est et l'ouest du continent africain et entre l'Afrique du Nord, l'Afrique sub-saharienne et l'Europe. Les premières fortifications de la ville ont été construites au IVe siècle. Au VIIIe siècle, un rempart a été ajouté pour protéger la ville du cöté de la mer. Ces fortifications, ainsi que celles du château, ont été renforcées pendant la conquête espagnole (1510-1530) et lors de la présence de l'Ordre des Chevaliers de Malte (1530-1551). La présence ottomane qui suivit a duré jusqu'en 1911. La majorité des mosquées existantes et des bâtiments publics ont été érigés pendant cette période. des faubourgs ont commencé à se former à la fin du XIXe siècle à l'extérieur des murs. Les remparts ont été endommagés lors de la présence italienne puis par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale. La vieille ville de Tripoli est conçue sur le modèle des cités arabes. Les petites rues sont souvent couvertes et vožtées, afin d'éviter les effondrements des murs des maisons adjacentes.

    Les maisons traditionnelles sont généralement ordonnées autour d'une cour carrée, même si les façades portent parfois la marque d'une inspiration européenne. Une des plus remarquables demeures est celle de Youssouf Pasha qui date du début du XIXe siècle. Les plafonds de certaines mosquées de la vieille ville sont composés de petites coupoles soutenues par les colonnes de la salle de prière. Tripoli possède de nombreuses mosquées dont la Khruba (XVIe siècle), la mosquée Dragut (XVIe siècle), la mosquée an-Naqah (XVIIe siècle), la mosquée Ahmad Pasha al-Qaramanli (XVIIIe siècle) et la mosquée Gurgi (XIXe siècle).

    Les minarets sont de deux types: rectangulaire selon la tradition nord-africaine, octogonal ou circulaire selon la tradition ottomane. Certaines mosquées sont dotées de madrassas et de hammams. La madrassa Osman Pasha est particulièrement belle. Le souk le plus étendu est celui d'el Turk, et le souk al-Rabaa se distingue parce qu'il est couvert et vožté. La vieille ville possède aussi des synagogues et deux églises (des XVIIe et XVIIIe siècles). On trouve d'autre part des moulins à grains et des fontaines publiques. Les bâtiments sont traditionnellement construits avec un mélange de terre et de chaux. Il arrivait aussi que l'on importe du marbre de Malte pour les monuments et les riches demeures. Les finitions étaient faites à la chaux et les motifs étaient obtenus avec des céramiques colorées et vernies.

    Source

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Centre du patrimoine mondial de l'Unesco
    Mots-clés
    patrimoine, Afrique du Nord, islam
    Documents associés
    Centre du patrimoine mondial de l'Unesco
    ville, patrimoine, islam, Tunisie, Afrique du Nord
    Centre du patrimoine mondial de l'Unesco
    ville, patrimoine, islam, Maroc, Afrique du Nord
    Centre du patrimoine mondial de l'Unesco
    ville, patrimoine, islam, Algérie, Afrique du Nord

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.