• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Dossier: Masse

    Le conformisme à l'âge des masses

    Gustave Thibon

    Ne prends pas exemple sur les autres, conseille Sénèque; consulte plutôt ton guide intérieur." Rien ne nous engage dans de plus grands maux que de nous conformer à la voix publique".

    Le conformisme des masses est un mal de tous les temps. Le mimétisme social, la docilité à l'opinion sont la rançon des bienfaits que nous apporte la vie en commun. Mais il est aussi très spécial à notre époque, d'abord à cause de l'accroissement démesuré et inédit dans l'histoire des concentrations humaines et aussi parce que nous disposons de moyens nouveaux et presque infaillibles pour fabriquer et diriger l'opinion. Ce que les tyrans d'autrefois nous imposaient par la contrainte extérieure s'obtient aujourd'hui sans violence par un maniement approprié des ficelles de la marionnette humaine. La propagande est d'un rendement plus sûr et plus universel que le glaive. "Plus un mensonge est gros, disait Hitler, plus il a de chances de s'imposer, à condition d'être crié assez fort et répété assez souvent." De fait, le contraste flagrant entre l'intensité matérielle des mouvements de masse et la pauvreté de leur contenu spirituel, témoigne assez haut de leur caractère impersonnel et mécanique: le "on" tout puissant (le règne du man, selon Heidegger) se substitue à la méditation et au dialogue. Le regard de l'homme des foules n'est plus qu'un reflet et sa voix qu'un écho: cet homme n'évolue plus parmi des signes qui l'invitent à la réflexion, il répond à des signaux par des réflexes.

    Sénèque vient nous rappeler que la vérité et le bien ne dépendent ni du nombre ni du temps: ils résident dans la profondeur inaltérable de l'âme où n'atteignent pas les remous de l'opinion. "Le bien de l'âme, il faut que l'âme le découvre. Et quant aux préférences de la foule, elles doivent nous être suspectes à (&&)priori en raison même de leur masse et de leur succès: "Ici, la voie la mieux frayée est aussi la plus trompeuse. Rien ne nous engage dans de plus grands maux que de nous conformer à la voix publique. Nous périssons en suivant l'exemple des autres, nous guérirons à condition de nous séparer de la foule. Car les choses humaines ne sont pas tellement bien orientées que le meilleur plaise au plus grand nombre: l'opinion de la foule est l'indice du pire.

    Cherchons donc ce qui est le meilleur et non ce qui est le plus commun" (De vita beata). L'analyse des pressions sociales qui, "là où les hommes sont très entassés les fait s'écrouler les uns sur les autres" et de leur pseudo- justification est admirablement conduite: "Si peu de gens faisaient cela, nous ne voudrions pas les imiter, mais quand plusieurs se mettent à le faire (comme si la fréquence et le bien ne faisait qu'un) nous prenons la suite et l'égarement nous tient lieu de droit chemin quand tout le monde s'égare (Luc, CXXIII).

    L'obéissance inconditionnelle aux moeurs et aux préjugés d'une époque n'est donc pas un bien, et, - nous irons plus loin - ce n'est même pas une excuse. On a coutume de répéter, pour atténuer l'horreur qu'inspirent les crimes ou les vices de certains personnages du passé: ne jugeons pas avec l'optique de notre époque, c'étaient les moeurs de son temps et de son pays, etc. À quoi Sénèque pourrait répondre que ce n'est pas l'histoire qui fait l'homme, mais l'homme qui fait l'histoire.

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-09-25
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Gustave Thibon
    Philosophe français né à St-Marcel d'Ardèche en 1903.
    Mots-clés
    Le conformisme selon Sénèque
    Extrait
    "Plus un mensonge est gros, disait Hitler, plus il a de chances de s'imposer, à condition d'être crié assez fort et répété assez souvent."

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.