• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Falla Manuel de

    Le Tricorne enchanté

    Jean Marnold
    Le célèbre Tricorne, par un témoin de la création de l'oeuvre.
    Les Ballets russes sont revenus nous offrir les spectacles sensationnels auxquels ils nous ont habitués, (…) Des trois nouveautés qu'ils nous octroyèrent cette fois, je ne pus assister à la Boutique fantasque que tardivement et d'une place où j'entendais sans rien voir. A ce propos, j'oserai suggérer que, lorsque l'affluence du public l'oblige à restreindre les services à la critique indépendante, il serait excellent que l'administration de notre Opéra en prévînt à temps les intéressés par une communication à la presse, de sorte qu'il leur soit possible de se payer un fauteuil au bureau, afin d'informer leurs lecteurs, au lieu, comme il m'advint, d'attendre inutilement sous l'orme d'une promesse aimable, mais envolée sans doue dans la bourrasque de la Grange-aux-Belles. Je ne saurais donc parler des décors et costumes de M. Derain que par ouï-dire et j'en suis fort marri, car on m'en a dit le plus grand bien. La musique « de Rossini », provenant d'un mystérieux « manuscrit découvert à Londres », est charmante. Si c'était par hasard un pastiche, il est merveilleusement réussi et celui qui y adapta cette orchestration fine et pimpante connaît son Barbier dans les coins. Le Tricorne enchanté régalait tout d'abord les regards par un savoureux décor de M. Picasso, dont le cubisme intransigeant s'y semble être laissé sensuellement amadouer par les blandices de « la couleur » anathème et l'harmonie de nuances délicates. L'importante partition de M. Manuel de Falla est d'un espagnolisme pittoresque et verveux intimement lié à l'amusante pantomime, et qui m'avait beaucoup séduit à première audition. Après une seconde en aveugle, la vérité m'oblige à confesser qu'il ne gagne pas à en être séparé. Réentendue ainsi comme au concert, la musique déçoit et lasse par son « nationalisme » étroit. Les rythmes stéréotypés de danse et les mélismes inhérents y annihilent à bien peu près la personnalité du compositeur, la masquent à tout le moins d'un visage postiche, collectif et désormais tellement exploité qu'il en devint banal. Il est vrai qu'il s'agit d'un ballet espagnol où tout ceci s'imposait nécessairement à un musicien espagnol. Celui-ci toutefois aurait pu s'évertuer à en renouveler la substance purement musicale. Mais on fut bien forcé de se convaincre que M. de Falla n'a pas évolué harmoniquement depuis la Vie brève, qui reste ce qu'il fit de meilleur. A cet égard autant que pour le jeu des sonorités orchestrales, le Tricorne enchanté marquerait plutôt quelques pas en arrière. Ce ballet n'en forme pas moins un spectacle, non seulement réjouissant à la vue, mais d'une haute qualité artistique. La chorégraphie, ou le trémoussement perpétuel miassinien s'avère ici fort pertinent, est d'une originalité rare. Les gambades du vieux seigneur paillard et ankylosé sont d'une clownerie magistrale et, après le classicisme hiératique des pointes et enlèvements de Sylphides, il était piquant d'admirer, dans la trivialité picaresque, l'immuable et suprême virtuosité de la Karsawina. (...)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Jean Marnold
    Critique musical (1859-1935).
    Mots-clés
    ballet, musique espagnole, Pablo Picasso, Ballets russes, Serge Diaghilev

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.