• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Jésuites

    Les Jésuites et l'éducation: Ignace de Loyola et les fondements de la jésuitique

    Gabriel Compayré
    Le plus grand événement pédagogique du seizième siècle fut la création de l'institut des jésuites et l'organisation immédiate des écoles de la nouvelle Société.

    C'est au mois de mars 1522 qu'Ignace de Loyola conçut pour la première fois ses grands projets 1. On le vit, à cette époque, se rendre en habits de mendiant dans le monastère que les bénédictins avaient bâti à mi-côte sur le Montserrat, en Catalogne, s'agenouiller devant 'l'image de la Vierge et rester en prières toute une nuit avec une ferveur qui lui arrachait des larmes. Il avait vingt-neuf ans, et sa jeunesse s'était écoulée au milieu des plaisirs du monde et des aventures de la guerre. Il était boiteux des suites d'une blessure qu'il avait reçue en défendant, pour le compte de Charles-Quint, la ville de Pampelune contre les Français. La bravoure qu'il avait mise jusque-là au service des princes de la terre, il songeait à l'employer désormais pour la défense de l'Église et la gloire de Dieu. Il était, d'ailleurs, aussi ignorant que brave, et quelques années après, à trente-trois ans, il revenait à l'école de Barcelone pour y apprendre le latin 2. Dans l'inaction physique que lui avait imposée la guérison de sa blessure, son imagination ardente s'était exaltée. Il avait rêvé à de nouveaux combats, livrés cette fois contre les hérétiques et les infidèles. Son enthousiasme était tel, qu'on le vit s'enfermer dans une caverne, à Manresa. Là, dans une retraite austère, dans un recueillement ascétique, son âme, que hantaient à la fois les souvenirs d'un passé frivole et l'espérance d'un pieux avenir, son âme passait du plus sombre désespoir aux ravissements les plus ineffables; dans ses visions mystiques, elle se sentait tour à tour harcelée par le fantôme du Tentateur et réjouie par les apparitions miraculeuses de la Vierge et du Sauveur lui-même.

    Mais ce pénitent, ce visionnaire, n'avait pas moins d'énergie dans le caractère que de fougue dans l'imagination, et, loin de s'attarder dans les contemplations un peu oisives, chères à certains ordres monastiques, il allait devenir le chef, l'organisateur d'une, société faite à son image et créée surtout pour l'action, de cette Compagnie de Jésus, véritable milice de combat, dont le double but devait être de conquérir de nouvelles provinces à la foi par les missions et de lui conserver les anciennes par les écoles.

    Après une série de péripéties, trop longues pour être racontées ici, le pénitent du Montserrat se trouva à la tête d'un petit nombre d'hommes déterminés, dont quelques-uns ont marqué dans l'histoire, François-Xavier, Lainez, Salmeron. En 1540, le pape Paul III consacrait solennellement la nouvelle congrégation, après des hésitations qu'il n'eût pas connues s'il avait pu prévoir l'avenir et deviner les destinées d'un ordre qui a toujours confondu l'amour de Dieu et les intérêts du pape 3.

    Aussitôt la Société se met à l'œuvre. Dès le milieu du siècle, plusieurs collèges de jésuites existent déjà en France: à Billom, en Auvergne; à Mauriac, dans le Cantal; à Rodez, à Pamiers, à Tournon. En 1559, trois ans après la mort d'Ignace de Loyola, les Constitutions 4, vraisemblablement écrites par Loyola lui-même, mais revues par son successeur Lainez, et acceptées dans la première assemblée générale de l'ordre, sont publiées en, latin. Des dix parties dont elles se composent, la plus longue, la quatrième, est consacrée à l'organisation des études. En parcourant ce livre, dit Michelet, on est effrayé de l'immensité des détails. Ce qui y règne est un esprit scribe, une manie réglementaire infinie, une curiosité gouvernementale qui ne s'arrête jamais. En 1561, malgré l'opposition du Parlement, dont le gallicanisme se défiait d'un ordre ultramontain, malgré la, résistance des évêques, qu'effarouchaient les prétentions d'une société religieuse qui dépendait directement du pape, malgré les protestations de l'Université, qui redoutait une concurrence dangereuse, la Société de Jésus arrivait au but et s'installait à Paris grâce à la protection du roi 5.

    Dans les luttes qu'elle soutint jusqu'à la fin du siècle pour maintenir ses droits nouveaux contre la jalousie de l'Université, la Compagnie de Jésus fit déjà preuve de cet esprit politique qui fut toujours son mot d'ordre, et qui consiste à allier la ténacité et la souplesse: la ténacité dans la poursuite du but, la souplesse dans l'emploi des moyens, et par suite la modération feinte, les concessions provisoires, afin de mieux assurer le triomphe définitif. Compromis dans les dernières années du siècle par l'attentat de Châtel, élève du collège de Clermont, et par les écrits de Mariana, membre distingué de la Compagnie, — Mariana écrivait sur le régicide la théorie que Jacques Clément et Ravaillac se chargeaient de mettre en pratique, — les jésuites furent un moment expulsés du royaume ou plutôt de Paris: ils conservèrent toujours leurs collèges de province. Ce ne fut qu'une éclipse passagère de leur fortune. Henri IV les rappela en 1604 et crut bien faire en choisissant dans leurs rangs son confesseur, le P. Cotton. En 1610 la France changeait de roi, mais non pas de confesseur du roi: le P. Cotton dirigea la conscience de Louis XIII. Après lui le P. La Chaise et le P. Le Tellier eurent auprès de Louis XIV la même qualité et exercèrent sur les destinées du pays une incontestable influence.

    En un mot, après cinquante ans d'efforts, les jésuites étaient les maîtres. Malgré la réforme louable que le roi, en 1598, avait introduite dans l'Université, les collèges des jésuites avaient le dessus. En 1651 le collège de Clermont comptait plus de deux mille élèves; en 1675, il en avait près de trois mille. Dès le commencement du siècle, les jésuites réunissaient près de quatorze mille pensionnaires dans la seule province de Paris. Et, parmi ces élèves, les pères pouvaient citer, à la gloire de leurs méthodes, quelques-uns des noms les plus célèbres de notre pays. Certes, la Société a raison de s'enorgueillir quand elle jette les yeux sur la liste de ses élèves d'élite. Dans ce tableau d'honneur général de ses classes, on trouve des noms comme ceux-ci: pour l'art de la guerre, Condé, Luxembourg, Villars; dans l'épiscopat, Fléchier et Bossuet; dans le droit, Lamoignon, Séguier, Hénault; dans la philosophie, Descartes et Montesquieu; dans les lettres, Corneille, et Molière, Fontenelle et Voltaire... Mais quelques-uns de ces noms, le dernier surtout, nous avertissent qu'il ne faut pas juger des maîtres d'après les disciples. Le génie n'est l'élève de personne, et c'est à la nature plutôt qu'à l'éducation qu'appartient l'honneur de l'avoir produit et formé. Les hommes que nous venons de nommer ont souvent agi et pensé dans un sens précisément inverse à celui de l'enseignement jésuitique. Quelques-uns ont formellement renié leurs professeurs. Celui de leurs élèves qui a eu le plus d'esprit, Voltaire, disait: «Les pères ne m'ont appris que des sottises et du latin.»

    Cet état-major de grands hommes, sortis des écoles des jésuites, prouve donc moins l'excellence de leurs méthodes que le rapide accroissement de leur clientèle. Ce qui est certain, c'est que les familles avaient confiance en eux, que les élèves affluaient dans leurs écoles; c'est qu'ils recevaient des témoignages considérables d'approbation. Descartes et Bacon, le premier avec l'autorité de ses souvenirs personnels, ont adressé les plus vifs éloges à l'enseignement des pères. «Pour ce qui regarde l'instruction de la jeunesse, disait Bacon, consultez les classes des jésuites, car il ne se peut rien faire de mieux 6

    On ne saurait donc le nier: le succès de la pédagogie jésuitique fut aussi grand que rapide 7. Un véritable prestige s'attache, pour qui étudie l'histoire, à l'ordre enseignant qui a excité de si vives admirations et qui a organisé en France et en Europe un si grand nombre d'écoles. Il possédait, en 1710, six cent douze collèges, cent cinquante-sept pensionnats et une foule d'universités. Mais, dès le dix-septième siècle, les juges les plus désintéressée et les plus impartiaux traitaient sévèrement la pédagogie jésuitique. Aux applaudissements de Bacon et de Descartes il convient d'opposer les critiques de Leibnitz: «Les jésuites, dit ce dernier, sont restés au-dessous de la médiocrité 8

    Au milieu de ces jugements contradictoires, le mieux est de considérer les choses en elles-mêmes. Cherchons donc, par l'examen critique des méthodes employées chez les jésuites, à nous rendre compte de la valeur réelle de leur système d'éducation. La question est double: en premier lieu, il s'agit de savoir si leur enseignement a été le plus approprié, le plus conforme aux besoins des siècles passés. La chose fût-elle démontrée, et elle ne l'est pas, il resterait à décider si ce qui a été bon autrefois l'est encore aujourd'hui, et nous avouons d'avance que sur ce point nos conclusions seront négatives 9.

    II


    Les sources où il faut puiser pour étudier et juger l'éducation des jésuites sont assez nombreuses. Les principales sont le quatrième livre des Constitutions et le règlement des études, le Ratio studiorum, publié en 1599 10. Dans les Constitutions il s'agit surtout des travaux qui concernent les novices, les futurs membres de l'ordre 11. Le Ratio est au contraire un véritable programme scolaire destiné aux collèges où la Société donne l'instruction. On y indique avec une extrême minutie l'ordre et la division des études, l'objet de l'enseignement dans chaque classe, les devoirs et les fonctions de chaque professeur, les attributions du préfet des études et du recteur qui dirigent chaque maison, et qui correspondent à peu près, le premier au censeur de nos lycées modernes, le second au principal ou au proviseur.

    Ce qui manque au Ratio, mais on n'en sera pas surpris, — c'est un exposé de vues générales, une déclaration de principes. Certes ce n'est ni l'unité d'esprit ni la netteté des tendances qui fait défaut à l'ordre des jésuites. Mais les pères ont toujours préféré les actes aux déclarations, et c'est au lecteur de deviner, derrière les applications particulières et les préceptes de détail, la pensée générale qui est l'âme du système.

    Le préambule du Ratio donne quelques renseignements sur la composition de ce plan d'études qui fut, non l'œuvre improvisée d'un jour d'inspiration, mais le résultat de quatorze ans de discussions et de travaux. Une commission s'était réunie en 1581 et avait rédigé un premier projet 12. Ce plan fut communiqué aux professeurs de toutes les provinces: on leur demandait de présenter, avant de l'appliquer, leurs observations et leurs critiques. Amendé dans une nouvelle assemblée tenue à Rome, le projet ne fut pas encore considéré comme définitif. Tout en recommandant aux maîtres d'en suivre exactement les prescriptions, le général de l'ordre les priait de noter avec soin tout ce que l'expérience leur apprendrait sur les défauts de l'organisation proposée, afin d'aviser plus tard à des réformes:

    «Car, dit le Ratio, les institutions nouvelles s'amendent et s'améliorent, grâce à l'expérience 13».

    C'est seulement en 1599 que le règlement fut achevé 14 Dans ces précautions, dans ces lenteurs prolongées des rédacteurs du Ratio studiorum, nous trouvons déjà profondément marqué le caractère d'une corporation qui a toujours cherché à tenir compte des exigences, des nécessités de l'époque ou du pays, et à s'accommoder aux circonstances sans renoncer à ses principes. Les jésuites ne sont pas plus absolus dans leurs règles pédagogiques, qu'ils ne l'ont été dans leurs préceptes moraux. Aussi ont-ils mis un demi-siècle à ajuster les diverses pièces de leur machine scolaire. Mais une fois promulgué le code classique des jésuites a été invariablement et ponctuellement obéi dans leurs écoles 15.

    On n'y a fait en trois siècles que de forts légers changements 16. En 1832, le général Roothan introduisit quelques modifications que rendaient nécessaires les conditions nouvelles du monde moderne. Mais l'esprit général du Ratio n'a pas changé. Le P. Beckx, général actuel de l'ordre, dans une lettre écrite en 1854 au ministre des cultes de l'empire d'Autriche, déclare que le Ratio est la règle universelle de la Société et qu'il ne peut être modifié que sur quelques points de détail. C'est donc l'éducation jésuitique dans sa forme invariable, dans ses traits essentiels et immobiles que les progrès du temps ne peuvent altérer; c'est l'éducation jésuitique de notre siècle, comme des siècles passés, que nous allons faire connaître en remontant à la source, en essayant de dégager des regulæ du Ratio une doctrine et un système d'instruction.

    Remarquons-le tout d'abord, des trois grandes parties de l'enseignement les jésuites n'ont guère cultivé avec succès que l'instruction secondaire. Pour l'enseignement primaire, ils n'ont volontairement rien fait; pour l'enseignement supérieur, malgré leur bonne volonté, ils n'ont su rien faire 17. Il est facile de comprendre pourquoi d'une part ils ont abdiqué, pourquoi d'autre part ils n'ont pas réussi.

    Donner ses soins à l'instruction élémentaire du peuple, cela suppose qu'on hait l'ignorance, qu'on aime les lumières pour elles-mêmes, qu'on croit à l'obligation d'élever et d'agrandir l'humanité par le développement de la conscience individuelle, comme à la nécessité de former la conscience par le développement de l'intelligence. Or, les jésuites n'admettent guère la valeur intrinsèque de la culture intellectuelle. Ils ne comprennent cette culture que comme une convenance imposée par le rang à certaines classes de la nation. Loin de l'estimer par-dessus toutes choses et comme le but suprême des efforts de l'homme, ils s'en défient; ils y voient une arme dangereuse qu'il est bon de ne pas mettre dans toutes les mains. Pour Loyola, tout se subordonne à la foi, et la foi du peuple n'a pas de meilleure sauvegarde que son ignorance. Il en était peut-être ainsi au seizième siècle! Si Loyola avait vécu de notre temps, sans doute il eût compris que c'est le peuple surtout qui a besoin d'être éclairé, si l'on veut défendre sa moralité contre les mauvaises passions. Plus l'ombre s'épaissit autour des consciences populaires, plus le mal s'y glisse avec aisance et s'y implante avec force. Rassurés sur l'orthodoxie des classes inférieures, les jésuites ne songent pas à travailler pour elles. Ils veulent bien reconnaître que ce serait charité d'apprendre à lire et à écrire aux ignorants. Mais, disent-ils, notre personnel est trop peu nombreux pour suffire à cette tâche: nous ne disposons pas des ressources nécessaires. Faut-il prendre cette excuse au sérieux chez un ordre qui a toujours su proportionner ses forces à son ambition, équilibrer ses ressources et son but? Non, la vérité, c'est que les jésuites ne désirent pas l'instruction du peuple. Nous en trouverions la preuve, si elle était nécessaire, dans ce passage des Constitutions: «Nul d'entre ceux qui sont employés à des services domestiques pour le compte de la Société ne devra savoir lire et écrire, ou s'il le sait, en apprendre davantage; on ne l'instruira pas sans l'assentiment du général, car il lui suffit de servir en toute simplicité et humilité Jésus-Christ notre maître.»

    Les jésuites accordèrent plus d'attention à l'enseignement supérieur, et ils s’efforcèrent, en s'emparant des universités partout où cela leur fut permis, de garder la haute main sur l'esprit des hommes. Ajoutons cependant qu'ils ne voulurent jamais enseigner, ni le droit ni la médecine. En. Allemagne, ils occupèrent soit partiellement, soit en totalité, les facultés d'Ingolstadt, de Vienne, de Prague, de Heidelberg, de Breslau, de Wurzbourg. Mais les résultats ne répondirent nulle part à l'activité déployée. La stérilité la plus complète, tel est le caractère général des universités jésuites. Les principes de l'ordre furent sur ce point plus forts que les bonnes intentions de ses membres. C'est que la science vit de liberté et ne progresse que si l'on accorde à la raison humaine le droit de se frayer sa voie dans l'inconnu, à ses risques et périls. Proclamez la pleine indépendance de la pensée scientifique, et vous verrez alors s'épanouir et fleurir une riche moisson de vérités, de découvertes. Mais si vous prétendez tenir l'esprit humain en tutelle et l'asservir à des lois immuables, en l'immobilisant, vous le tuez.

    N'insistons pas sur la faiblesse nécessaire des hautes études dans une corporation qui interdisait toute opinion nouvelle, qui semblait vouloir supprimer le progrès, qui, enfin, était condamnée par ses principes à voir l'idéal de l'enseignement supérieur dans la monotone répétition des mêmes doctrines, rajeunies quelquefois par un verbiage élégant, mais le plus souvent usées et affaiblies par de mesquines interprétations. Suivons plutôt les jésuites sur un terrain qui est le leur, sur le terrain de cette éducation moyenne, de cette instruction classique qui a fait leur réputation, et où ils passent, non sans quelque raison, pour des maîtres. Venus au moment où la Réforme faisait de si rapides conquêtes dans les rangs de la bourgeoisie et de la noblesse française, et où, en même temps, la Renaissance paraissait menacer la société chrétienne d'un retour pur et simple aux lettres païennes, les jésuites ont voulu parer à ce double péril. Il n'était plus possible de maintenir dans sa sécheresse et sa raideur la discipline scolastique. L'esprit humain s'était émancipé, les hommes du seizième siècle avaient salué avec émotion leurs ancêtres dans les auteurs grecs et latins. L'étude de la littérature ancienne était devenue une nécessité: la Réforme et quelques membres des universités lui avaient fait bon accueil. Les jésuites, obéissant au goût du temps, n'hésitèrent pas à introduire les lettres classiques dans les programmes de leur enseignement. Leur effort porta sur la recherche des moyens qui devaient permettre de raviver, d'égayer l'instruction par la variété et le charme des lectures antiques, sans compromettre pourtant la fin suprême de l'éducation, à savoir l'orthodoxie catholique. Accaparer les lettres grecques et latines au profit de la foi, tel fut le but avoué de la Société de Jésus 18.


    Notes
    1. Voyez le remarquable ouvrage de J. Huber, professeur de théologie catholique à l'université de Munich: les Jésuites, traduction d'Alfred Marchand. 2 vol. Paris 1875.
    2. Ignace de Loyola acheva ses études à Paris au collège de Montaigu et à Sainte-Barbe. Voyez Orlandini, Historia Societatis Jesu (1620), p 13. Il avait trente-cinq ans quand il vint s'asseoir sur les bancs de l'Université de Paris. Il fit ensuite sa théologie chez les dominicains.
    3. La bulle Regimini militantis Ecclesia qui instituait la Compagnie est du 27.septembre 1540. «La Société, disait-elle, est principalement instituée pour travailler à l'avancement des âmes dans la vie et dans la doctrine chrétienne.» Les membres de la Société ne devaient pas être plus de soixante.
    4. Voyez les Constitutions, traduction Génin,1843.
    5. Sous la réserve de quitter leur nom de jésuites, les disciples de Loyola obtinrent de l'assemblée des prélats réunis au colloque de Poissy, un acte d'approbation. Le Parlement céda et enregistra des lettres patentes du roi, à, la date du 13 février 1562. Aussitôt les jésuites achetèrent un hôtel dans le haut, de la rue Saint-Jacques et y établirent le collège de Clermont, aujourd’hui Louis-le-Grand. Voyez l'opuscule récent de M. F. Desjardins, les Jésuites et l'Université devant le Parlement de Paris, 1877.
    6. «Ad pœdagogicam quod attinet, brevissimum foret dictu: consule scholas jesuitarum: nihil enim quod in usum venit, his melius.» (De Augmentis Scientiarum, livre VI, chap. IV.) Ailleurs, Bacon dit encore : «Jesuitarum oum intucor industriam solertiamque, tam in doctrina colenda quam in moribus informandis, illud occurrit Agesilai de Pharnabazo:Taliss quam sis, utinam noster esses! (De Augm., livre I, ,17.)
    7. Macaulay, dans un de ses Essais, a tracé le plus brillant tableau de cette prospérité de la Société de Jésus, «dans laquelle, dit-il, vint se concentrer la quintessence de l'esprit catholique... Partout où un jésuite prêchait, l'église était trop petite pour l'auditoire. Le nom d'un jésuite sur le titre d'un livre lui assurait le succès. C'était aux jésuites que les seigneurs, que les gens puissants, que les nobles dames venaient révéler la secrète histoire de leur vie. C'était aux pieds des jésuites qu’on plaçait, depuis l'enfance jusqu'à la virilité, les jeunes gens des classes moyennes et des classes élevées…
    8. «Jesuitoe, quantum hodie apparet, infra mediocritatem stetere, ut Verulanium valde falli putem, cum illuc tantum ablegat.» (Lebnitii Opera, Genevae, 1768, t. Vl, p. 65.)
    9. Il faut ajouter que de notre temps un grand nombre de voix se sont élevées pour constater la décadence des études dans les collèges des jésuites. Voyez notamment le livre publié par l'ex-père Robiano, sous ce titre: Décadence et dangers du jésuitisme moderne, Bruxelles, 2e éd., 1853.
    10. Nous avons sous les yeux: 1er Ratio atque institutio studiorum Societatis Jesu, superiorum permissu, Tournon, 1603; 2e le même ouvrage, édition d'Anvers, 1635. Ratio, etc., auctoritate septimae oongregationis generalis aucta.
    11. Ce sont les études des scholastici nostri, des religieux, que règle le quatrième livre des Constitutions: Après deux années de noviciat, consacrées aux exercices spirituels, deux années sont données à la littérature et à la rhétorique, puis trois autres années à la philosophie et aux sciences.
    12. Cette commission était composée de six personnes: Quidquid initio a sex deputatis patribus de omni studiorum nostrorum ratione, magno labore atque industria, disputatum atque constitutum fuerat, ad provincias missum. L'ouvrage définitif fut rédigé en partie par le P. Étienne, Fuccio, l'un des six pères qui avaient été appelés à Rome par Aquaviva pour le travail préparatoire.
    13. Ratio, p. 4: «Novae institutiones ab experimento solidiorem; firmi. tatem accipiunt»
    14. «Universa studiorum nostrorum ratio, ante quatuordeôim annos fieri atque institui cœpta, nunc tandem absoluta et plane constituta ad provincias mittitur...»Datum Rome, 8 januarii 1599. C'est après la cinquième congrégation générale que le Ratio studiorum fut promulgué.
    15. On a essayé de nous mettre en contradiction avec nous-même, parce que nous signalons à la fois chez les jésuites l'invariabilité des principes et la mobilité des moyens Nous pensions ne pas être le premier à noter le trait caractéristique de la politique des jésuites, poursuivant obstinément le même but par les procédés les plus complaisants et les plus variés.
    16. À la suite de la septième congrégation générale fut donnée une nouvelle édition du Ratio, avec quelques changements qui portaient sur les examens de philosophie et de; théologie. Les Reguloe de 1636 établissent un examen par année; trois pour la philosophie, quatre pour la théologie. Voyez Ratio studiorum, édition de 1635, Reguloe provinciales, pp. 10, 11 et suivantes.
    17. «La mécanique des jésuites, dit Michelet, a été active et puissante; mais elle n'a rien fait de vivant:.. Il lui a manqué le grand homme!.. Pas un homme en trois cents ans !» Les savants surtout sont rares dans la Compagnie: quand on a cité Sirmond, Kircher, et, de nos jours, le P. Secchi, on a à peu près tout dit. Diderot, dans sa Réfutation du livre de l'Homme d'Helvétius, discute les causes de l'absence de grands hommes parmi les pères jésuites. «Helvétius, dit-il, en donne plusieurs bonnes raisons; mais la principale qu'il a omise, c'est qu'ils étaient rapetissés, épuisés, abrutis par douze années de préceptorat: ils employaient à ramper avec des enfants le temps propre à étendre les ailes du génie.» (Diderot: édition Assézat, t. II, p. 291)
    18. Nous avons lu, avec l'attention qu'il mérite, le livre du P. Ch. Daniel: les Jésuites instituteurs de la jeunesse française (Paris, 1880), ouvrage de polémique plus que de science, où nous sommes souvent pris à partie On nous reproche, non sans aigreur, d'avoir parlé des jésuites, sans citer les pères Sacchini, Jouvency et Cordara. Outre que l'allégation est inexacte (voyez pages 183, 188, 190, 194, 204, 205, etc.), nous ferons remarquer que, ayant à traiter uniquement des méthodes pédagogiques de la société de Jésus, il nous a paru légitime de nous en tenir au Ratio studiorum, qui est depuis 1599 le code scolaire des jésuites. Les historiens de la compagnie de Jésus nous auraient renseigné moins sur les études de ses collèges que sur les destinées générales de l'ordre, et ce n'était pas notre affaire d'en parler. On nous reproche encore de ne pas mentionner les noms des pères Petau, Labbe, Tournemine, Sanadon, Brumoy. Mais nous n'avons pas nommé non plus quelques-uns des professeurs le plus justement célèbres de l'Université, notre livre étant, non un catalogue historique, mais une exposition de doctrines. L'originalité est chose rare chez les membres de la Société de Jésus: cependant, quand l'occasion s'en est présentée, nous nous,sommes empressé de la signaler dans les méthodes du P. Bouhours et du P. Buffier. (Voyez t. II, pp. 168, 181). Il est commode de dire: «On aurait fort à faire si l'on entreprenait de signaler toutes les inexactitudes, ce mot est doux, où se laisse entraîner M. Compayré.. » Mais ces inexactitudes si nombreuses et qu'il eût été sans doute si facile d'énumérer, on nous épargne la confusion de les relever. On se contente d'en signaler une, un prétendu contresens, que nous discutons plus loin. — Nous avons répondu aux critiques, on nous permettra de ne pas répondre aux injures.
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Gabriel Compayré
    Gabriel Compayré (1843-1913) fut, au XIXe siècle, le grand spécialiste français de l'histoire de la pédagogie. Auteur de plusieurs ouvrages sur l'éducation en France depuis le XVIe siècle, il fut également recteur de l'Université de Lyon et membre de l'Institut.
    Mots-clés
    Saint Ignace de Loyola, les Jésuites à la conquête de l'Europe, Ratio studiorum, jésuitique, l'éducation subordonnée à la foi
    Extrait
    «Donner ses soins à l'instruction élémentaire du peuple, cela suppose qu'on hait l'ignorance, qu'on aime les lumières pour elles-mêmes, qu'on croit à l'obligation d'élever et d'agrandir l'humanité par le développement de la conscience individuelle, comme à la nécessité de former la conscience par le développement de l'intelligence. Or, les jésuites n'admettent guère la valeur intrinsèque de la culture intellectuelle. Ils ne comprennent cette culture que comme une convenance imposée par le rang à certaines classes de la nation. Loin de l'estimer par-dessus toutes choses et comme le but suprême des efforts de l'homme, ils s'en défient; ils y voient une arme dangereuse qu'il est bon de ne pas mettre dans toutes les mains. Pour Loyola, tout se subordonne à la foi, et la foi du peuple n'a pas de meilleure sauvegarde que son ignorance.»
    Documents associés
    Louis de Bonald
    Défense des Jésuites, d'Alembert, Voltaire
    Gabriel Compayré
    Histoire de l'éducation, le zèle religieux au service de l'éducation, forces et faiblesses de la pédagogie
    Gabriel Compayré
    Histoire de l'éducation, enseignement des langues, latin, grec, humanités, enseignement de l'histoire, enseignement de la philosophie, enseignement des sciences, pédagogie

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.