• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Dossier: Richepin Jean

    Oiseaux de passage

    Jean Richepin
    Aux valeurs conventionnelles du bourgeois immobile, le poète oppose ses propres valeurs, fondées sur le désir et la chimère.
    Oh! Vie heureuse des bourgeois! Qu'avril bourgeonne
    Ou que décembre gèle, ils sont fiers et contents.
    Ce pigeon est aimé trois jours par sa pigeonne;
    Ça lui suffit, il sait que l'amour n'a qu'un temps.

    Ce dindon a toujours béni sa destinée.
    Et quand vient le moment de mourir, il faut voir
    Cette jeune oie en pleurs: «C'est là que je suis née;
    Je meurs près de ma mère et j'ai fait mon devoir.»

    Elle a fait son devoir! C'est-à-dire que oncque
    Elle n'eut de souhait impossible, elle n'eut
    Aucun rêve de lune, aucun désir de jonque
    L'emportant sans rameurs sur un fleuve inconnu.

    Et tous sont ainsi faits! Vivre la même vie
    Toujours, pour ces gens-là cela n'est point hideux.
    Ce canard n'a qu'un bec, et n'eut jamais envie
    Ou de n'en plus avoir ou bien d'en avoir deux.

    Ils n'ont aucun besoin de baisers sur les lèvres
    Et, loin des songes vains, loin des soucis cuisants,
    Possèdent pour tout coeur un viscère sans fièvres,
    Un coucou régulier et garanti dix ans !

    Oh ! les gens bienheureux !... Tout à coup, dans l'espace,
    Si haut qu'il semble aller lentement, un grand vol
    En forme de triangle arrive, plane et passe.
    Où vont-ils? Qui sont-ils? Comme ils sont loin du sol!

    Regardez-les passer! Eux, ce sont les sauvages.
    Ils vont où leurs désir le veut, par-dessus monts,
    Et bois, et mers et vents, et loin des esclavages.
    L'air qu'ils boivent ferait éclater vos poumons.

    Regardez-les! Avant d'atteindre sa chimère,
    Plus d'un l'aile rompue et du sang plein les yeux,
    Mourra. Ces pauvres gens ont aussi femme et mère,
    Et savent les aimer aussi bien que vous, mieux.

    Pour choyer cette femme et nourrir cette mère,
    Ils pouvaient devenir volailles comme vous.
    Mais ils sont avant tout des fils de la chimère,
    Des assoiffés d'azur, des poètes, des fous.

    Regardez-les, vieux coq, jeune oie édifiante!
    Rien de vous ne pourra monter aussi haut qu'eux.
    Et le peu qui viendra d'eux à vous, c'est leur fiente.
    Les bourgeois sont troublés de voir passer les gueux.

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Jean Richepin
    Poète français ami de Ponchon.
    Mots-clés
    Bourgeois, désir
    Extrait
    «Oh! Vie heureuse des bourgeois!»
    Documents associés
    Jean Richepin
    Jean Richepin
    Amitié, poésie
    Jules Barbey d'Aurevilly

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.