• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Dossier: Jean-Paul II

    Nous venons de perdre un père

    Jean-Philippe Trottier
    Nous venons de perdre un père.

    Nombreux sont ceux, les jeunes notamment, qui l'auront aimé profondément. Car il leur disait des choses qu'ils ne pouvaient imaginer. Et c'est tant mieux.

    Nombreux sont ceux qui l'auront haï profondément. Car il était un adversaire redoutable. Et c'est tant mieux.

    Nombreux sont ceux, en Occident surtout, qui auront été profondément indifférents. Car leur humanisme « humain » a remplacé l'humanisme fondé sur Dieu de Jean Paul II. Et c'est tant mieux aussi.

    Car cet homme à la profondeur insoupçonnée ne pouvait atteindre l'autre que dans sa profondeur, fût-elle faite d'indifférence, de détestation ou d'amour, et même au-delà. « Scandale pour les Juifs, folie, pour les Grecs, » son témoignage courageux sur les inaliénables liberté et dignité de l'homme, fondées sur son image et sa ressemblance à Dieu, est appelé à un retentissement profond, insoupçonné lui aussi. Car il se peut fort bien que la mort de ce géant amplifie les ondes de choc de sa parole vivante. Et pas seulement au sein de la chrétienté.


    Nous venons de perdre un père.

    Un père, c'est justement celui qui incarne la Loi, sans pour autant être la Loi, à l'instar du Christ de l'Évangile de saint Jean « qui ne cherche pas sa volonté, mais la volonté de celui qui l'a envoyé. » C'est celui auquel on doit s'opposer pour dialoguer. C'est celui qui dit seulement une parole pour que l'on soit guéri. Un Occident déchristianisé aura beau dénigrer Jean Paul II, il y a là, semble-t-il, un symptôme plutôt encourageant. Car l'homme de bonne volonté a tué Dieu mais celui-ci est revenu car l'homme l'a remplacé par des substituts dégradés tels que le communisme, le nazisme, le matérialisme, le consumérisme ou le relativisme. Ce faisant, l'homme de bonne volonté, devenu sa propre origine et sa propre fin, a librement absolutisé sa liberté et se débat triomphalement dans la nuit obscure de sa recherche identitaire. L'homme de bonne volonté s'est dégagé de l'autoritarisme d'une Église moralisatrice pour en remplacer l'arsenal doctrinal par un autre, fait d'individualisme et de tolérance, au nom duquel il lui renvoie ses nouveaux anathèmes. Et c'est une Église appauvrie qui attendra le fils prodigue au détour et le déconcertera.


    Nous venons de perdre un père.

    « Progressiste » sur le plan politique et médiatique, « rétrograde » sur le plan moral. Il n'aura en fait été ni l'un ni l'autre car la fonction d'un père est de transcender les catégories culturelles, par essence passagères. « Ni à gauche, ni à droite, mais droit devant, là où personne n'a jamais osé regarder, » telle pourrait être sa devise. La parole et l'espérance de Jean Paul II ont mis au jour les plaies d'un Occident, tenté par le matriarcat androgynique, où le père n'a conservé que sa capacité d'encaisser le reproche moral.

    L'Église a certes beaucoup péché et l'homme le lui rend bien. Et là aussi, c'est tant mieux. Mais l'Église se repent sans plier et demande pardon : comment répondra l'homme? On a longtemps enseigné que le Christ avait condamné les pharisiens, les scribes et autres hypocrites accrochés au pouvoir et aux privilèges. Ce n'était pas une condamnation mais une expression de détresse : « Hélas, malheur à moi qui n'ai pas réussi à faire en sorte qu'ils me comprennent! » L'Église n'a pas encore fini de s'appauvrir ni de pleurer tout en poursuivant son magistère. C'est là sa force. Une Église de tristesse, de joie et de paix est l'eau vive dans laquelle nous sommes appelés à nous réconcilier avec celle qui a, à la fois, transmis une fidélité et blessé tant de monde.


    Nous venons de perdre un père.

    Car un père enseigne la limite et la souffrance. Pour voir au-delà et dans la profondeur des choses. Nous devons à Jean Paul II de nous avoir rappelé que le filigrane de la mort, c'est l'espérance.


    Mais nous gagnerons sans doute un saint et un docteur de l'Église qui pourrait même s'appeler Jean Paul le Grand.

    Nous l'avons, pour notre part et au-delà de ce qui pouvait profondément heurter, encore plus profondément aimé.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Jean-Philippe Trottier

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.