• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Dossier: Intergénération

    Université d'été Intergénération 1999 - Allocution d'ouverture

    Dominique Grave
    Des nouvelles fraîches sur le Colloque sur l'intergénération qui se tient présentement à Mont-Évray

    Université d’été Intergénération 1999

    Introduction

    Du 23 au 26 août 1999

    Centre de Rencontre des Générations

    Nouan le Fuzelier

    (France)

    Allocution d’ouverture

    Dominique Grave


    Une Université d’été Intergénération : quelle idée ! !

    Dans quelle galère, me suis-je donc embarqué !

    C’est bien ce que je me suis dit ces derniers mois.

    Aujourd’hui, nous lançons ce bateau, mais permettez-moi de vous livrer un bref historique ainsi que de vous faire partager le sens et les espoirs que nous avons pour que cette semaine contribue à «une Société pour tous les âges».

    Il y a plus de cinquante ans, Armand Marquiset fonde les petits frères des Pauvres avec, entre autres, un objectif de lutte contre la solitude et l’exclusion de personnes âgées.

    Dès lors, ce fut une action de jeunes ou moins jeunes bénévoles présents au quotidien auprès de Personnes âgées mais aussi des actions de sensibilisation des individus, des pouvoirs publics, de la Société pour une action gérontologique plus proche des désirs des et des besoins des Personnes Agées.

    Tout en menant ces actions, les petits frères ont continué à réfléchir sur le sens de ce qu’ils faisaient, sur la vision d’une société multi-générationnelle avec plus de lien social.

    Ainsi, un certain nombre de projets ont vu le jour en France ou aux États-Unis. Je pense à Magic-me qui est devenu Grand Âge, nous voici en France, etc.

    Puis, la rencontre avec des donateurs, je pense à Monsieur et Madame Girard, a rendu possible la réalisation de ce projet du Centre de Rencontre des Générations.

    En effet, partant du constat que les jeunes et les vieux ne se rencontraient plus, le donateur avec quelques personnes des petits frères des Pauvres a imaginé de créer ce Centre en lui donnant comme mission de réaliser et de promouvoir la rencontre des valeurs et des savoirs de tous les âges.

    D’être un lieu d’accueil et de réflexion qui favorise le partage des connaissances et des expériences.

    Mont-Évray, c’est un véritable laboratoire, une ouverture concrète sur de nouvelles perspectives et sur la Vie à tous les âges.

    Alors, voilà qu’un beau jour de 1993, Mont-Évray voit le jour en plein milieu de l’année européenne des Personnes Agées et de la solidarité entres les Générations.
    Ce fut, en septembre, la tenue chez nos partenaires de la ville de Blois, d’un premier colloque International dont certains ici se souviennent encore.

    Nous y avions d’ailleurs accueilli Monsieur Dufresne, philosophe, Directeur du journal l’Agora à Montréal qui aura la lourde charge et je crois, la joie aussi de conclure cette Université ce jeudi après-midi.

    Depuis six ans, de multiples expériences ont été réalisées.

    Un réseau de partenaires s’est étoffé :

  • au sein du groupe petits frères
  • au sein de la Région Centre avec
  • la ville de Blois
  • Le CHR d’Orléans
  • La ville d’Ouzouer sur Loire
  • L’École St Joseph de Romorantin

  • Partenariat à travers la France avec des villes comme Saint-Étienne ou Chalons en Champagne ou avec des organismes comme le Cleirppa ou la Fondation de France.

    Partenariat européen avec l’association Générations et l’association Entr’Âges ;

    Ainsi qu’avec des partenaires privilégiés au Québec comme le CHSLD de Hull.

    Un jour, de ces multiples rencontres, échanges et partages d’expériences, nous lançons l’idée folle de créer une Université d’été Intergénération.

    Et, ceux qui me connaissent bien savent que je relève ce type de défis.

    Me voilà parti à discuter de cette idée autour de moi!

    Une nouvelle rencontre fait tilt : Monsieur Lancereau et Monsieur Ponsot de la Fondation Caisse d’Epargne, me proposent de participer à un séminaire à bord du Belem avec entre autres des personnes du mouvement ATD Quart monde qui ont alors présenté leur groupe de recherche Quart Monde-Université.

    En 1998, nous décidons donc avec Geneviève Everarts de réaliser une édition zéro ici à Mont-Evray qui fut surtout un échange de pratiques entre partenaires. Celle-ci a en fait permis de constituer le groupe de pilotage sans lequel il eût été difficile de construire ces quatre jours.

    Notre réflexion au sein de ce groupe a été de constater ce que tout le monde dit : Plus rien ne va dans cette société!

    Nous n’en sommes bien sûr pas resté à ses réflexions de café du commerce et avons essayé de regarder ce qui faisait le lien social. Il semble qu’il y ait une certaine désagrégation du lien social, soit, mais celui ci a différentes composantes et peut-être qu’une composante de ce problème est une perte de relation entre les générations.

    À l’heure où l’intergénération semble être à la mode, que signifie ce concept d’intergénération ?

    Est-ce une technique d’animation, une activité d’animation au même titre que l’activité pompon laine ? Un gadget d’animation ?

    Est-ce une qualité de vie ? Une valeur humaine de base qui disparaît ? (j’entends souvent les gens dire «c’est bien ce que vous faites mais avant les vieux, ils étaient plus acceptés dans leurs famille». )

    Où se situe l’Intergénération ?

    Nous constatons souvent que des lieux de vie (ou de retraite), ont sans doute été les premiers à alerter les acteurs sociaux sur ce problème. Ils avaient noté un manque : je pense aux maisons d’accueil de personnes âgées qui ont travaillé à leur humanisation. Et qui en arrivent à chercher le contact avec des jeunes. Certes, il y a eu des tâtonnements, des choses réussies d’autres moins qui ont permis une réflexion aboutissant au montage de projets de vie dans lesquels se retrouvent la composante relationnelle et notamment avec des personnes d’autres générations. Cela ne s’est pas fait sans poser de questions aux générations plus jeunes d’adultes et de jeunes qui ont intégré dans leurs réflexions que l’on pouvait dépasser la simple notion de B.A. pour se demander si dans l’éducation des enfants, à l’école, il n’y avait pas à prendre en compte cet aspect relationnel.

    Toujours partant du pôle personnes âgées, certains offices de retraités et personnes âgées ou des seniors... ou des associations de grands-parents... ont développé un certain nombre d’activités et une réflexion avec des jeunes...

    Petit à petit, un certain nombre de villes, dans leur action de dynamisation du tissu local réfléchissent à l’intergénération en matière d’urbanisme par exemple..

    D’autres acteurs de la Société que sont les personnes du monde de l’Entreprise se mobilisent parfois pour mixer les générations de manière harmonieuse dans l’entreprise. Après tout, nous passons un pourcentage non négligeable de notre temps de vie «d’actif» au travail.

    Il nous est donc apparu indispensable, surtout en cette Année Internationale des Personnes âgées, «une société pour tous les âges», de partager avec les acteurs de ces différents mondes nos expériences de terrain quelles qu’elles soient.

    Il nous a semblé important que nous abordions la question du lien social notamment avec les «lunettes» de la problématique des relations entre les générations.

    Il nous a semblé important aussi de se donner la possibilité de prendre la distance d’avec notre action quotidienne et de retrouver ce qui donne sens à celle-ci.

    Et, à l’instar du groupe de recherche Quart Monde-Université, de permettre un croisement des savoirs, des expériences, une interactivité entre les acteurs de terrain de tous âges, de cinq nationalités différentes et entre les «universitaires» de différentes disciplines (démographe, sociologues, philosophe, etc.)

    Et, le principe d’une Université d’été correspond bien à cela.

    L’Université d’été Intergénération sera un temps de travail et de réflexion privilégié, mais, c’est encore l’été, c’est la fin des vacances.

    Nous avons donc estimé important d’inclure des temps de convivialité favorisant les rencontres informelles...

    Nous croyons que cette rencontre peut contribuer à faire évoluer les comportements, les mentalités, les concepts, voire les visions politiques relatives à une société multi-générationnelle (notre ami, Michel Loriaux, nous dressera un tableau plus précis de ces enjeux avec ses lunettes de socio-démographe).

    L’intergénération, vaste sujet, par où l’aborder, faut-il être généraliste ou cibler un thème de travail plus étroit quitte à ne voir que par le petit bout de la lorgnette.

    D’ores et déjà, le Centre de Rencontre des Générations organisera d’autres universités d’été intergénération les prochaines années, qui permettront de cibler un thème précis.

    Alors, nous avons fait le choix, pour cette année, d’analyser quatre lieux de Vie ou Temps de Vie dans lesquels nous sommes ou nous ne sommes pas en relation avec des personnes d'autres générations.

    Cela a défini les quatre ateliers ou groupes de travail qui sont constitués pour les quatre jours.

    L’École ou le temps de la formation

    L’Entreprise ou le temps de la vie «productive»

    La Maison de Retraite ou le temps du bilan et de la transmission

    La Cité ou le temps de la vie sociale

     Nous avons essayé de construire une progression dans le travail et la réflexion des ateliers, c’est pourquoi, nous vous demanderons de ne pas papillonner de l’un à l’autre et nous avons proposé que les personnes qui viennent d’un même lieu se répartissent sur les quatre, trois thèmes.

    Par ailleurs, nous aurons des assemblées plénières qui permettront des mises en commun.

    Nous avons installé dans les halls d’accueil du Centre, des supports afin que chacun puisse présenter son action.

    Nous sommes plus de 100 participants et comme nous souhaitons que la réflexion aille au fond des choses et dépasse le simple échange de pratiques, nous avons sollicité des «sites phares» qui ont accepté d’être regardés au microscope

    Pour l’école, il s’agit d’une école de Blois, nous ferons également une place à une représentante d’un lycée professionnel d’Armentières ;

    Pour la maison d’accueil des personnes âgées, nous avons fait appel à nos amis du CHSLD de Hull au Québec ;

    Pour la Cité, c’est la ville de Chalons en Champagne qui s’y colle…

    Pour nous aider à prendre la distance, à regarder de plus haut, à faire le lien avec les concepts, nous avons demandé à des «universitaires» de venir nous livrer leurs réactions. Il s’agit de :

    Charlotte Herfray, psychanalyste à Strasbourg ;

    Dominique Argoud, sociologue au Cleirppa à Paris,

    Jacques Gautrat, Sociologue à Paris.

    Enfin, les mises en commun en assemblées plénières seront animées par Bernadette Puijalon, Sociologue à Paris XII à Créteil.

    Les médiateurs, animateurs de ces ateliers sont des professionnels de terrain qui essaieront et je les en remercie de faire le lien entre la pratique et la théorie.

    Au fur et à mesure, je vous informerais du déroulement exact des travaux.

    L’un des objectifs prioritaire de cette Université est aussi de sensibiliser tous les acteurs de la société au réel besoin de relations intergénérationnelles.

    C’est pourquoi, nous aurons Maurice Passemard qui «croquera» quelques instantanés ;

    C’est pourquoi, Marlène Tuininga sera présente ;

    C’est pourquoi, notre ami Jean-Pierre Allard répondra à une interview téléphonique pour Radio Canada ce mercredi

    C’est pourquoi, nous aurons une équipe de France 3 mercredi ;

    C’est pourquoi, nous accueillerons Olivier Harland, chargé de mission auprès de France Télévision pour la journée de jeudi.

    En effet, ce jeudi, nous souhaitons élargir notre réflexion et nos conclusions en les partageant avec, entre autres, les décideurs politiques.

    La conclusion, c’est un Sage qui nous l’apportera, je ne sais pas si Jacques Dufresne est un Sage, mais sa discipline est censée être la science de la sagesse.

    Je pense que ses réflexions donneront sens à nos actions futures.

    Alors, puisque le bateau est lancé, je nous souhaite bon vent afin que vogue la galère d’une Société pour tous les âges.

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.