• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Dossier: Daumier Honoré

    Daumier vu par les frères Goncourt

    Goncourt (frères)
    C’est que ce n’est pas seulement un dessinateur charivarique, c’est un grand artiste que Daumier. Il a sa place marquée dans la petite pléiade de ces maîtres du crayon, dont la postérité accueillera la popularité et qui signifieront de la façon la plus originale et la plus nouvelle l’art du dix-neuvième siècle. Daumier descend du Bandinelli par le Puget. Il retrouverait, s’il voulait, le Thersite d’Homère, comme Cuvier a retrouvé le plésiosaure. Et ce serait lui que Dante eût choisi, s’il eût rêvé une parodie de son poème, pour faire un Enfer comique !

    Feuilletez tant d’images qu’il a jetées dans le journal, amusements des tables de café balayés par le vent de chaque jour, vous aurez sous les yeux la grimace vivante que fait, derrière une époque, l’ombre de ses ridicules en train de mourir. Sa caricature n’a ni la naïveté enfantine de Töpffer, ni l’humour de Cruikshank; chez lui point d’épigramme apprêtée, rien de petit, rien de menu, rien de pointu : tout ce qui jaillit de sa veine semble crayonné à outrance sur un mur par un gamin de génie et une main de Titan.

    Quelle proie ç’a été pour ce crayon que la vulgarité, le commun, cette marque et ce caractère des civilisations modernes ! Sous le style furieux de son dessin, la trivialité devient épique. Ce masque humain que chaque siècle, chaque état social laisse fouler et remanier par ses passions, ses vices, ses tendances, ses institutions, ses appétits, ses habitudes; ce masque dont un Anglais a remarqué les changements et les renouvellements dans les périodes guerrières et religieuses – le voici pendant les années de grâce de la rente, de la bureaucratie, de l’industrie et de la boutique.

    C’est le miroir grossissant de nos laideurs morales aussi bien que de nos laideurs physiques, cet œuvre de Daumier où le grotesque va jusqu’à l’épouvante et où le comique s’élève au châtiment d’un vers de Juvénal. Et je ne sais si notre siècle produira une satire plus saisissante que cette satire dessinée qui touche à tout, qui va de l’alcôve à la tribune et qui aura dressé sur le piédestal de Pasquin, la grande figure du temps, le Prudhomme-Farnèse !

    Et quel jet ! quelle abondance dans cette Ménippée aux mille feuilles. Quelle improvisation sans lassitude ! Que franc rire, toujours ouvert, toujours également sonore comme un rire du vieux temps ! Il y a, par toutes ces lithographies, un épanouissement dans la force, une santé dans la gaîté, une verve de nature, une personnalité carrée, une brutalité puissante, quelque chose de gaulois, de dru et de libre que l’on ne trouverait peut-être nulle part ailleurs que dans Rabelais.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Goncourt (frères)
    Écrivains et critiques d'art
    Mots-clés
    Satire, caricature, critique sociale, grotesque, bourgeois, laideur
    Extrait
    «C’est le miroir grossissant de nos laideurs morales aussi bien que de nos laideurs physiques, cet œuvre de Daumier où le grotesque va jusqu’à l’épouvante et où le comique s’élève au châtiment d’un vers de Juvénal. Et je ne sais si notre siècle produira une satire plus saisissante que cette satire dessinée qui touche à tout, qui va de l’alcôve à la tribune (...).»
    Documents associés
    Albert Mérat
    Peinture française, caricature, critique sociale, pauvreté
    Charles-Pierre Baudelaire
    Caricature, rire, satire, critique sociale, mal
    Gustave Kahn
    Dessin, caricature, satire, critique sociale, bourgeois, avocat

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.