• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Dossier: Rousseau Henri

    Rousseau et la joie de peindre

    Gustave Kahn
    Commentaire au sujet d’une rétrospective Henri Rousseau organisée à la galerie Bernheim-jeune en 1912.
    Voici le bon douanier entré dans la gloire. On lui a consacré des volumes; on lui en dédiera peut-être encore; il deviendra légendaire. On répétera comment les meilleurs techniciens de son temps, un Camille Pissarro, par exemple, s’intéressèrent, peut-être outre mesure, à ses visions naïves. On s’étonnera que cette sympathie un peu paradoxale ait provoqué des admirations très vives à l’endroit de Rousseau et que tant de peintres très savants aient goûté les involontaires fraîcheurs de sa gaucherie et de sa timidité. Il y a naturellement une raison (il y en a toujours) à ce que ce petit art maladroit ait eu ses zélateurs.

    La raison en est dans la réalité et la vérité de la naïveté de Rousseau. Il a eu des dons de joliesse. Il a serti des feuilles d’arbres, avec une patience touchante. Il a audacieusement harmonisé des tons francs qui ne se souciaient pas de vivre ensemble; et ces bariolages de couleurs ne sont point désagréables. Il a fignolé des portraits bourgeois avec une implacable sincérité qui était de l’amour de l’art, et son exposition est mieux que désarmante.

    On sent que ce bonhomme connut au plus haut degré la joie de peindre. Son manque de sens critique l’empêcha de jamais voir ses défauts, et ses défauts c’est à peu près tous les défauts que pouvait avoir un peintre; mais il eut avec excès cette qualité de n’être point académique, ce qui fait que les personnes n’ont point tort qui, devant ces maigres effigies, ces feuillages qu’on taxe de décoratifs pour ne point parler de leur minutieuse inexactitude, ces paysages de guinguois, ces anecdotes saugrenues, ces enfants à tête de vieillard disent qu’au moins cela ne sent pas le pensum fait pour le Salon, et que cela vaut mieux que maints tableaux d’histoire exécutés pour la seule joie de la commande et pour donner à des municipalités le prétexte d’arborer de la mauvaise couleur sur dessin déjà vu dans des mairies mal construites.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Gustave Kahn
    Mots-clés
    art naïf
    Extrait
    On sent que ce bonhomme connut au plus haut degré la joie de peindre. Son manque de sens critique l’empêcha de jamais voir ses défauts, et ses défauts c’est à peu près tous les défauts que pouvait avoir un peintre; mais il eut avec excès cette qualité de n’être point académique (...)

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.