• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Byron George Gordon Lord

    L'Homme

    Alphonse de Lamartine
    II

    L'HOMME

    À LORD BYRON.

    Toi, dont le monde encore ignore le vrai nom,
    Esprit mystérieux, mortel, ange, ou démon,
    Qui que tu sois, Byron, bon ou fatal génie,
    J'aime de tes concerts la sauvage harmonie,
    Comme j'aime le bruit de la foudre et des vents
    Se mêlant dans l'orage à la voix des torrents!
    La nuit est ton séjour, l'horreur est ton domaine:
    L'aigle, roi des déserts, dédaigne ainsi la plaine;
    Il ne veut, comme toi, que des rocs escarpés
    Que l'hiver a blanchis, que la foudre a frappés;
    Des rivages couverts des débris du naufrage,
    Ou des champs tout noircis des restes du carnage.
    Et, tandis que l'oiseau qui chante ses douleurs
    Bâtit au bord des eaux son nid parmi les fleurs,
    Lui, des sommets d'Athos franchit l'horrible cime,
    Suspend aux flancs des monts son aire sur l'abîme,
    Et là, seul, entouré de membres palpitants,
    De rochers d'un sang noir sans cesse dégouttants,
    Trouvant sa volupté dans les cris de sa proie,
    Bercé par la tempête, il s'endort dans sa joie.
    Et toi, Byron, semblable à ce brigand des airs,
    Les cris du désespoir sont tes plus doux concerts.
    Le mal est ton spectacle, et l'homme est ta victime.
    Ton oeil, comme Satan, a mesuré l'abîme,
    Et ton âme, y plongeant loin du jour et de Dieu,
    A dit à l'espérance un éternel adieu!
    Comme lui, maintenant, régnant dans les ténèbres,
    Ton génie invincible éclate en chants funèbres;
    Il triomphe, et ta voix, sur un mode infernal,
    Chante l'hymne de gloire au sombre dieu du mal.
    Mais que sert de lutter contre sa destinée?
    Elle n'a comme l'oeil qu'un étroit horizon.
    Ne porte pas plus loin tes yeux ni ta raison:
    Hors de là tout nous fuit, tout s'éteint, tout s'efface;
    Dans ce cercle borné Dieu t'a marqué ta place.
    Comment? pourquoi? qui sait? De ses puissantes mains
    Il a laissé tomber le monde et les humains,
    Comme il a dans nos champs répandu la poussière,
    Ou semé dans les airs la nuit et la lumière;
    Il le sait, il suffit : l'univers est à lui,
    Et nous n'avons à nous que le jour d'aujourd'hui!
    Notre crime est d'être homme et de vouloir connaître:
    Ignorer et servir, c'est la loi de notre être.
    Byron, ce mot est dur : longtemps j'en ai douté;
    Mais pourquoi reculer devant la vérité?
    Ton titre devant Dieu c'est d'être son ouvrage!
    De sentir, d'adorer ton divin esclavage;
    Dans l'ordre universel, faible atome emporté,
    D'unir à tes desseins ta libre volonté,
    D'avoir été conçu par son intelligence,
    De le glorifier par ta seule existence!
    Voilà, voilà ton sort. Ah! loin de l'accuser,
    Baise plutôt le joug que tu voudrais briser;
    Descends du rang des dieux qu'usurpait ton audace;
    Tout est bien, tout est bon, tout est grand à sa place;
    Aux regards de celui qui fit l'immensité,
    L'insecte vaut un monde: ils ont autant coûté!
    Mais cette loi, dis-tu, révolte ta justice;
    Elle n'est à tes yeux qu'un bizarre caprice,
    Un piège où la raison trébuche à chaque pas.
    Confessons-la, Byron, et ne la jugeons pas!
    Comme toi, ma raison en ténèbres abonde,
    Et ce n'est pas à moi de t'expliquer le monde.
    Que celui qui l'a fait t'explique l'univers!
    Plus je sonde l'abîme, hélas! plus je m'y perds.
    Ici-bas, la douleur à la douleur s'enchaîne.
    Le jour succède au jour, et la peine à la peine.
    Borné dans sa nature, infini dans ses voeux,
    L'homme est un dieu tombé qui se souvient des cieux;
    Soit que déshérité de son antique gloire,
    De ses destins perdus il garde la mémoire;
    Soit que de ses désirs l'immense profondeur
    Lui présage de loin sa future grandeur :
    Imparfait ou déchu, l'homme est le grand mystère.
    Dans la prison des sens enchaîné sur la terre,
    Esclave, il sent un coeur né pour la liberté;
    Malheureux, il aspire à la félicité;
    Il veut aimer toujours, ce qu'il aime est fragile!
    Tout mortel est semblable à l'exilé d'Eden:
    Lorsque Dieu l'eut banni du céleste jardin,
    Mesurant d'un regard les fatales limites,
    Il s'assit en pleurant aux portes interdites.
    Il entendit de loin dans le divin séjour
    L'harmonieux soupir de l'éternel amour,
    Les accents du bonheur, les saints concerts des anges
    Qui, dans le sein de Dieu, célébraient ses louanges;
    Et, s'arrachant du ciel dans un pénible effort,
    Son oeil avec effroi retomba sur son sort.
    Malheur à qui du fond de l'exil de la vie
    Entendit ces concerts d'un monde qu'il envie!
    Du nectar idéal sitôt qu'elle a goûté,
    La nature répugne à la réalité:
    Dans le sein du possible en songe elle s'élance;
    Le réel est étroit, le possible est immense;
    L'âme avec ses désirs s'y bâtit un séjour,
    Où l'on puise à jamais la science et l'amour;
    L'homme, altéré toujours, toujours se désaltère;
    Et, de songes si beaux enivrants son sommeil,
    Ne se reconnaît plus au moment du réveil.
    Hélas! tel fut ton sort, telle est ma destinée.
    J'ai vidé comme toi la coupe empoisonnée;
    Mes yeux, comme les tiens, sans voir se sont ouverts;
    J'ai cherché vainement le mot de l'univers.
    J'ai demandé sa cause à toute la nature,
    J'ai demandé sa fin à toute créature;
    Dans l'abîme sans fond mon regard a plongé;
    De l'atome au soleil, j'ai tout interrogé;
    J'ai devancé les temps, j'ai remonté les âges.
    Tantôt passant les mers pour écouter les sages,
    Mais le monde à l'orgueil est un livre fermé!
    Tantôt, pour deviner le monde inanimé,
    Fuyant avec mon âme au sein de la nature,
    J'ai cru trouver un sens à cette langue obscure.
    J'étudiai la loi par qui roulent les cieux:
    Dans leurs brillants déserts Newton guida mes yeux,
    Des empires détruits je méditai la cendre:
    Dans ses sacrés tombeaux Rome m'a vu descendre;
    Des mânes les plus saints troublant le froid repos,
    J'ai pesé dans mes mains la cendre des héros.
    J'allais redemander à leur vaine poussière
    Cette immortalité que tout mortel espère!
    Que dis-je? suspendu sur le lit des mourants,
    Mes regards la cherchaient dans des yeux expirants;
    Sur ces sommets noircis par d'éternels nuages,
    Sur ces flots sillonnés par d'éternels orages,
    J'appelais, je bravais le choc des éléments.
    Semblable à la sybille en ses emportements,
    J'ai cru que la nature en ces rares spectacles
    Laissait tomber pour nous quelqu'un de ses oracles;
    J'aimais à m'enfoncer dans ces sombres horreurs.
    Mais en vain dans son calme, en vain dans ses fureurs,
    Cherchant ce grand secret sans pouvoir le surprendre,
    J'ai vu partout un Dieu sans jamais le comprendre!
    J'ai vu le bien, le mal, sans choix et sans dessein,
    Tomber comme au hasard, échappés de son sein;
    Mes yeux dans l'univers n'ont vu qu'un grand peut-être,
    J'ai blasphémé ce Dieu, ne pouvant le connaître;
    Et ma voix, se brisant contre ce ciel d'airain,
    N'a pas même eu l'honneur d'arrêter le destin.
    Mais, un jour que, plongé dans ma propre infortune,
    J'avais lassé le ciel d'une plainte importune,
    Une clarté d'en haut dans mon sein descendit,
    Me tenta de bénir ce que j'avais maudit,
    Et, cédant sans combattre au souffle qui m'inspire,
    L'hymne de la raison s'élança de ma lyre.
    - « Gloire à toi, dans les temps et dans l'éternité!
    Éternelle raison, suprême volonté!
    Toi, dont l'immensité reconnaît la présence!
    Toi, dont chaque matin annonce l'existence!
    Ton souffle créateur s'est abaissé sur moi;
    Celui qui n'était pas a paru devant toi!
    J'ai reconnu ta voix avant de me connaître,
    Je me suis élancé jusqu'aux portes de l'être:
    Me voici! le néant te salue en naissant;
    Me voici! mais que suis-je? un atome pensant!
    Qui peut entre nous deux mesurer la distance?
    Moi, qui respire en toi ma rapide existence,
    A l'insu de moi-même à ton gré façonné,
    Que me dois-tu, Seigneur, quand je ne suis pas né?
    Rien avant, rien après: Gloire à la fin suprême:
    Qui tira tout de soi se doit tout à soi-même!
    Jouis, grand artisan, de l'oeuvre de tes mains:
    Je suis, pour accomplir tes ordres souverains,
    Dispose, ordonne, agis; dans les temps, dans l'espace,
    Marque-moi pour ta gloire et mon jour et ma place;
    Mon être, sans se plaindre, et sans t'interroger,
    De soi-même, en silence, accourra s'y ranger.
    Comme ces globes d'or qui dans les champs du vide
    Suivent avec amour ton ombre qui les guide,
    Noyé dans la lumière, ou perdu dans la nuit,
    Je marcherai comme eux où ton doigt me conduit;
    Soit choisi par toi pour éclairer les mondes,
    Réfléchissant sur eux les feux dont tu m'inondes,
    Je m'élance entouré d'esclaves radieux,
    Et franchisse d'un pas tout l'abîme des cieux;
    Soit que, me reléguant loin, bien loin de ta vue,
    Tu ne fasses de moi, créature inconnue,
    Qu'un atome oublié sur les bords du néant,
    Ou qu'un grain de poussière emporté par le vent,
    Glorieux de mon sort, puisqu'il est ton ouvrage,
    J'irai, j'irai partout te rendre un même hommage,
    Et, d'un égal amour accomplissant ma loi,
    Jusqu'aux bords du néant murmurer: Gloire à toi!
    - «Ni si haut, ni si bas! simple enfant de la terre,
    Mon sort est un problème, et ma fin un mystère;
    Je ressemble, Seigneur, au globe de la nuit
    Qui, dans la route obscure où ton doigt le conduit,
    Réfléchit d'un côté les clartés éternelles,
    Et de l'autre est plongé dans les ombres mortelles.
    L'homme est le point fatal où les deux infinis
    Par la toute-puissance ont été réunis.
    A tout autre degré, moins malheureux peut-être,
    J'eusse été... Mais je suis ce que je devais être,
    J'adore sans la voir ta suprême raison,
    Gloire à toi qui m'as fait! Ce que tu fais est bon!
    - «Cependant, accablé sous le poids de ma chaîne,
    Du néant au tombeau l'adversité m'entraîne;
    Je marche dans la nuit par un chemin mauvais,
    Ignorant d'où je viens, incertain où je vais,
    Et je rappelle en vain ma jeunesse écoulée,
    Comme l'eau du torrent dans sa source troublée.
    Gloire à toi! Le malheur en naissant m'a choisi;
    Comme un jouet vivant, ta droite m'a saisi;
    J'ai mangé dans les pleurs le pain de ma misère,
    Et m'as abreuvé des eaux de ta colère.
    Gloire à toi! J'ai crié, tu n'as pas répondu;
    J'ai jeté sur la terre un regard confondu.
    J'ai cherché dans le ciel le jour de ta justice;
    Il s'est levé, Seigneur, et c'est pour mon supplice!
    Gloire à toi! L'innocence est coupable à tes yeux :
    Un seul être, du moins, me restait sous les cieux;
    Toi-même de nos jours avais mêlé la trame,
    Sa vie était ma vie, et son âme mon âme;
    Comme un fruit encor vert du rameau détaché,
    Je l'ai vu de mon sein avant l'âge arraché!
    Ce coup, que tu voulais me rendre plus terrible
    La frappa lentement pour m'être plus sensible;
    Dans ses traits expirants, où je lisais mon sort,
    J'ai vu lutter ensemble et l'amour et la mort;
    J'ai vu dans ses regards la flamme de la vie,
    Sous la main du trépas par degrés assoupie,
    Se ranimer encore au souffle de l'amour!
    Je disais chaque jour: Soleil! encore un jour!
    Semblable au criminel qui, plongé dans les ombres,
    Et descendu vivant dans les demeures sombres,
    Près du dernier flambeau qui doive l'éclairer,
    Se penche sur sa lampe et la voit expirer,
    Je voulais retenir l'âme qui s'évapore;
    Dans son dernier regard je la cherchais encore!
    Ce soupir, ô mon Dieu! dans ton sein s'exhala;
    Hors du monde avec lui mon espoir s'envola!
    Pardonne au désespoir un moment de blasphème,
    J'osai... Je me repens: Gloire au maître suprême!
    Il fit l'eau pour couler, l'aquilon pour courir,
    Les soleils pour brûler, et l'homme pour souffrir!
    - «Que j'ai bien accompli cette loi de mon être!
    La nature insensible obéit sans connaître;
    Moi seul, te découvrant sous la nécessité,
    J'immole avec amour ma propre volonté,
    Moi seul, je t'obéis avec intelligence;
    Moi seul, je me complais dans cette obéissance;
    Je jouis de remplir, en tout temps, en tout lieu,
    La loi de ma nature et l'ordre de mon Dieu;
    J'adore en mes destins ta sagesse suprême,
    J'aime ta volonté dans mes supplices même,
    Gloire à toi! Gloire à toi! Frappe, anéantis-moi!
    Tu n'entendras qu'un cri: Gloire à jamais à toi!»
    Ainsi ma voix monta vers la voûte céleste:
    Je rendis gloire au ciel, et le ciel fit le reste.
    Fais silence, ô ma lyre! Et toi, qui dans tes mains
    Tiens le coeur palpitant des sensibles humains,
    Byron, viens en tirer des torrents d'harmonie:
    C'est pour la vérité que Dieu fit le génie.
    Jette un cri vers le ciel, ô chantre des enfers!
    Le ciel même aux damnés enviera tes concerts!
    Peut-être qu'à ta voix, de la vivante flamme
    Un rayon descendra dans l'ombre de ton âme?
    Peut-être que ton coeur, ému de saints transports,
    S'apaisera soi-même à tes propres accords,
    Et qu'un éclair d'en haut perçant ta nuit profonde,
    Tu verseras sur nous la clarté qui t'inonde?
    Ah! si jamais ton luth, amolli par tes pleurs,
    Soupirait sous tes doigts l'hymne de tes douleurs,
    Ou si, du sein profond des ombres éternelles,
    Comme un ange tombé, tu secouais tes ailes,
    Et prenant vers le jour un lumineux essor,
    Parmi les choeurs sacrés tu t'asseyais encor;
    Jamais, jamais l'écho de la céleste voûte,
    Jamais ces harpes d'or que Dieu lui-même écoute,
    Jamais des séraphins les choeurs mélodieux,
    De plus divins accords n'auront ravi les cieux!
    Courage! enfant déchu d'une race divine!
    Tu portes sur ton front ta superbe origine!
    Tout homme en te voyant reconnaît dans tes yeux
    Un rayon éclipsé de la splendeur des cieux!
    Roi des chants immortels, reconnais-toi toi-même!
    Laisse aux fils de la nuit le doute et le blasphème;
    Dédaigne un faux encens qu'on offre de si bas,
    La gloire ne peut être où la vertu n'est pas.
    Viens reprendre ton rang dans ta splendeur première,
    Parmi ces purs enfants de gloire et de lumière,
    Que d'un souffle choisi Dieu voulut animer,
    Et qu'il fit pour chanter, pour croire et pour aimer!
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Alphonse de Lamartine
    Poète français.
    Mots-clés
    George Gordon, lord Byron, génie, poésie, humanité
    Extrait
    Toi, dont le monde encore ignore le vrai nom, Esprit mystérieux, mortel, ange, ou démon, Qui que tu sois, Byron, bon ou fatal génie, J'aime de tes concerts la sauvage harmonie, Comme j'aime le bruit de la foudre et des vents Se mêlant dans l'orage à la voix des torrents!
    Documents associés
    Stendhal
    écrivain, aristocratie, noblesse, haute société, hypocrisie, persécution, Angleterre, Milan, Italie, opéra

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.