• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Dossier: Gaston Miron

    Le forcéné magnifique

    Yannick Gasquy-Resch
    L'auteur fait admirablement bien ressortir la personnalité de ce dammned Canuck fustigeant volontiers le «Québécanthrope»: «Dans l'autre vie il fut pauvre comme un pauvre / vrai de vrai dépossédé / Oubliez le Québécanthrope / ce garçon qui ne ressemble à personne» («Self défense», L'Homme rapaillé, p. 156.
    «Qui était Gaston Miron? Pour tous ceux qui l'ont connu, l'homme était d'abord une présence charnelle, charismatique, que traversait la passion du dire vrai. Une présence que l'on entendait de loin et que l'on écoutait avec attention. Le verbe était abondant, le rire, sonore, la voix emportée qui ramenait à l'essentiel: la langue, le pays, l'indépendance, la liberté, l'amour. C'était une voix faite pour le débat: "Et j'élève une voix parmi des voix contraires". Il se disait "agitateur d'idées plus que poète", voué à l'oralité plus qu'à l'écriture, affirmant n'être qu'"un pauvre et un malheureux en poésie". Il se sentait empêché dans ses mots, «malade d'un cauchemar héréditaire», mais le poète était hanté par "le mot juste". Trop exigeant pour se contenter de l'à peu près, trop passionné pour se taire, Gaston Miron a vécu sa vie sans jamais cesser, comme il sut l'écrire, d'"amironner" (1).

    Il faut lire ses poèmes à haute voix, écouter celui qui confessa avancer "en poésie comme un cheval de trait" pour que s'impose à l'oreille, violente, lyrique ou épique, la parole d'un poète qui mit toute son énergie et son art à lutter contre "la quotidienne altérité" où le plongeait un "bilinguisme de naissance". Il eut droit, à sa mort en 1996, à des funérailles nationales. L'adieu solennel du Québec fut peut-être moins important que celui, recueilli et innombrable, de ses amis en poésie. Pourtant, malgré les témoignages et les textes critiques qui ont entouré l'homme et le poète, l'oeuvre reste encore à découvrir hors des frontières qui l'ont vu naître. Elle fait écho, dans le projet anthropologique et existentiel qui la traverse, aux oeuvres de ceux qui ont lutté contre toutes les formes d'humiliation et de dépossession. On pensera à Senghor, à Césaire, à Glissant, bien sûr, mais aussi à ces poètes hantés par une écriture qui dit l'intranquillité de l'être, tel André Frénaud que Miron aura l'occasion de lire et de connaître.»
    Yannick Gasquy-Resch, Gaston Miron le forcéné magnifique, préface de André Brochu, éditions Hurtubise HMH, collection amÉrica, 2003, p. 16-17.

    Note
    (1) Voir le poème Séquences: «Laissez-moi donner la main à l'homme de peine et amironner», L'Homme rapaillé, Paris, Gallimard, coll. «Poésie», 1999, p. 77.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Yannick Gasquy-Resch
    L'auteure est une spécialiste française de la littérature québécoise. Elle a publié en France un manuel: Littérature du Québec (EDICEF, 1994). Connue aussi pour ses travaux sur Colette, Mme Gasquy-Resch enseigne à Aix-en-Provence et à Paris (Sorbonne).
    Mots-clés
    identité, pauvreté, oralité
    Extrait
    «... malgré les témoignages et les textes critiques qui ont entouré l'homme et le poète, l'oeuvre reste encore à découvrir hors des frontières qui l'ont vu naître. Elle fait écho, dans le projet anthropologique et existentiel qui la traverse, aux oeuvres de ceux qui ont lutté contre toutes les formes d'humiliation et de dépossession.»
    Documents associés
    Jean-Philippe Trottier
    colonisé, deuil, idéal, Trudeau, Miron, Québec

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.