• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Euthanasie

    La liberté avant tout ?

    Benoît Lemaire

    J’ai lu dans votre journal du 3 juin dernier un article de Thérèse Nadeau-Lacour, de l’UQTR, sur l’euthanasie. Afin de préciser le débat, elle distinguait l’euthanasie de toutes interventions visant soit à atténuer les douleurs du malade soit à prolonger artificiellement la vie. Elle insistait sur la primauté à donner au respect de la vie comme l’ont affirmé la plupart des grands philosophes et comme le reconnaît aujourd’hui la Charte des droits de l’Homme.

    Quelques jours plus tard, Paul-André Quintin de la même université a réagi à cet article. À la valeur du respect de la vie, il oppose la liberté individuelle comme « valeur ultime ». J’interviens à mon tour pour vous faire part des réflexions que m’ont inspirées ces deux articles concernant l’euthanasie mais aussi l’avortement.

    N’est-il pas étrange et même déroutant d’être perçu comme outrancier, excessif, radical, si l’on prend nettement position pour le respect de la vie humaine, depuis la conception jusqu’à la mort ? Ceux qui affirment que la vie est sacrée, que l’avortement et l’euthanasie sont des meurtres, sont parfois assimilés aujourd’hui à des rétrogrades, voire des fascistes et, pourquoi pas, des papistes intolérants. Par contre, le fait d’être « pro-choix » ou de favoriser l’aide au suicide dénoterait une ouverture, un respect de l’autre, une largeur de vue tout à fait à la mode !

    Comment légitimer aux yeux de la science, de la raison ou de la foi que la liberté individuelle prime sur la vie ? La liberté individuelle n’est-elle pas le cheval de bataille d’un certain néo-libéralisme qu’en d’autres temps, Paul-André Quintin avait fustigé ? Je l’ai déjà entendu se faire le promoteur de droits collectifs en matière sociale ou en matière d’autodétermination des peuples.

    Ceux qui sont en faveur d’une libéralisation des lois concernant l’avortement et l’euthanasie invoquent souvent l’argument du pluralisme et de la neutralité de l’État. Ils affirment que dans une société pluraliste, la loi ne doit pas imposer telle conception de la vie plutôt que telle autre. Selon eux, dans le débat sur la conception de la vie humaine, l’État ne devrait favoriser aucune position : l’État devrait être ni pro-vie, ni pro-choix. Une telle position me paraît à la fois illogique et contradictoire.

    a) Illogisme d’un État qui adhère à la Charte des droits de l’Homme, qui réhabilite ses handicapés, éduque ses orphelins, traite ses déficients mentaux, supprime la peine de mort, favorise les efforts pour prolonger la vie humaine par des greffes et des interventions risquées et poussées jusqu’à l’avortement thérapeutique et qui ne s’abstient pas d’intervenir pour permettre l’avortement et l’euthanasie;

    b) Contradiction d’un État qui, dans une société pluraliste, ne veut privilégier aucune des conceptions sur la nature de la vie intra-utérine ou sur une vie diminuée par la dégénérescence ou un accident et, d’autre part, qui légifère comme si, de fait, l’embryon ou l’être diminué n’était pas un être humain puisqu’il permet en certains cas de le supprimer ou de l’aider à se supprimer.

    Je pense que l’État se doit d’intervenir dans le domaine de la vie humaine mais il ne faut pas trop en demander au politique. La place du politique étant de faire régner l’ordre et la justice le moins mal possible et de protéger les citoyens, en particulier les plus vulnérables. D’autre part, les lois qu’édicte une société ne sont pas humainement neutres. Et qu’on le désire ou non, la loi a une portée pédagogique surtout que plusieurs ont l’air de croire que ce qui est légal est nécessairement moral.

    En d’autres termes, autant il convient de tenir ferme le respect de la vie humaine lorsque la vie des plus vulnérables est menacée, et si nécessaire légiférer en ce sens, autant il est nécessaire de respecter la réalité des relations interpersonnelles qui relève de la vraie liberté et de la compassion qui ne saurait donner la mort.

    Source

    « La liberté avant tout ? », Le Nouvelliste, Trois-Rivières, 14 juillet 1994, p. 6.

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Benoît Lemaire
    Né à Saint-Bonaventure, enseignant en philosophie, professeur pendant toute sa carrière au Cégep de Drummondville, l’auteur est spécialiste de Gustave Thibon.
    Mots-clés
    avortement, euthanasie, droit à la vie, liberté individuelle, État, biopouvoir
    Extrait
    « N’est-il pas étrange et même déroutant d’être perçu comme outrancier, excessif, radical, si l’on prend nettement position pour le respect de la vie humaine, depuis la conception jusqu’à la mort ? [...] Comment légitimer aux yeux de la science, de la raison ou de la foi que la liberté individuelle prime sur la vie ? »
    Documents associés
    Hector Berlioz
    Maladie, cancer, douleur, souffrance
    Jacques Dufresne
    mort, handicapés, compassion, pragmatisme, mère
    Académie pour la vie (Église catholique)
    bioéthique, suicide assisté, mort
    ZENIT
    Thomas De Koninck
    Léon Daudet
    Pascal, rage

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.