• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Dossier: Espérance

    La résilience ou le réalisme de l'espérance

    Florence du Cosquer
    L’auteur de cet article prépare en France un diplôme en psychologie sur l’idée de résilience qui commence à se répandre également en Europe. Elle nous résume la pensée de Stefan Vanistendael1 à cet égard. Les êtres humains confrontés aux difficultés de la vie, nous dit-il, réagissent de façons diverses. Les uns cèdent à l’accablement. D’autres, mus par une force étonnante, manifestent dynamisme et épanouissement ce sont des résilients. Ils expriment une capacité à résister et aussi à se construire en dépit des circonstances adverses. Le concept de résilience est formé de ces deux composantes.
    «"Blessé mais pas vaincu"
    Stefan Vanistendael

    L’auteur du document que nous présentons exerce une activité importante dans le cadre du Bureau International Catholique de l’Enfance, à Genève. Il livre la synthèse de son expérience et des acquis de la recherche scientifique. Quoique certaines découvertes concernant la résilience dépassent le domaine de l’enfance, le texte concerne ici principalement l’enfant en difficulté. Au fil des pages se développe l’idée force selon laquelle le combat pour son bonheur passe par la stimulation des forces de résilience qui restent latentes ou grandissent en lui.

    Qu’est ce que la résilience? Comment la stimuler? La résilience est la “capacité d’une personne ou d’un système social à vivre et à se développer positivement malgré des conditions de vie difficiles, et ce de manière socialement acceptable.

    Les recherches, l’expérience font découvrir des “éléments de construction de la résilience liés à de nombreuses variables. L'auteur les groupe en cinq «domaines» sur lesquels il est possible d’agir et que nous allons d’abord présenter. Ces «domaines» semblent être les grands rouages interactifs d’un dispositif complexe qui tout à la fois stimulent et entretiennent le processus de résilience. Une lecture au second degré conduit inéluctablement à s’interroger sur la nature profonde de la force qui initie la marche de l’ensemble. L’auteur suggère une réponse.


    Premier domaine: réseaux sociaux et acceptation inconditionnelle

    L'acceptation inconditionnelle de l’enfant en tant que personne, qui lui donne la certitude d’être aimé, constitue la contribution essentielle à la résilience de l’enfant. Mais cette acceptation ne signifie pas l’acceptation de n’importe quel comportement de l'enfant, laquelle est souvent preuve au contraire d’une indifférence totale. Cette acceptation se trouve normalement plus facilement dans des relations informelles–amis, membres proches ou éloignés, parfois des professeurs ou des personnes de la communauté environnante – que dans une relation professionnelle.


    Deuxième domaine: la capacité à trouver une logique, une raison et un sens à la vie

    Trouver le sens à sa vie, c’est peut-être comprendre au fond de soi que toute vie comporte un aspect positif. L’ancrage dans la réalité représente le socle de la quête du sens, préserve de l’illusion et des manipulations, y compris dans le domaine de la foi religieuse, dont les liens avec la résilience sont analysés.

    La découverte du sens peut être favorisée de nombreuses manières. La philosophie pour les enfants, qui cherche à renforcer leur capacité cognitive, en développant leur pensée dans différents domaines, et en encourageant des attitudes de respect mutuel et de tolérance, présente une méthode très intéressante.


    Troisième domaine: une gamme d’aptitudes

    Il s’agit de toutes sortes d’aptitudes relationnelles, artistiques, techniques, etc., qu’une pédagogie appropriée peut développer utilement, dans la mesure où l’individu peut et veut bien les utiliser. La formation peut se révéler parfaitement inutile si elle n’est pas précédée d’une acceptation inconditionnelle de l’enfant et si l’enfant ne voit aucun sens à sa vie.


    Quatrième domaine: l’estime de soi

    Le regard porté sur l’enfant, le sens que lui-même donne à sa vie, le développement des aptitudes, sont des facteurs déterminants du point de vue de l’estime de soi. L’auteur cite plusieurs exemples, dont l’un est donné par le fondateur de la philosophie pour les enfants un enfant très pauvre, dénué de tout, qui acquiert le pouvoir de créer ses propres pensées y trouve une raison d’estime de soi il est fier de ses pensées qui sont de lui et que personne ne peut lui dérober.


    Cinquième domaine: l’humour

    L’humour n’est pas une attitude de fuite devant une réalité déplaisante mais un recul par rapport à cette réalité permettant de la transformer en un élément plus supportable. Ses composantes sont multiples tendresse envers l’imperfection, acceptation réfléchie de l’échec, renversement de la perspective, paradoxe, jeu…

    Pour favoriser la résilience, l’action sera de créer une atmosphère propice à l’éclosion de l’humour au moyen de jeux, d’activités stimulant ses composantes. Il faut un climat de confiance. Hors ce climat, l’humour pourrait devenir un mode d’agressivité ironique menaçant celui qui le pratique d’un risque d’isolement par rapport à la réalité.

    L’analyse de ces rouages fait ressortir certains points.

    Les domaines précités composent un ensemble appelé à s’enrichir de découvertes, d’expériences nouvelles. (Ainsi, d’autres domaines peuvent apparaître importants comme modèles à imiter.)

    La résilience est un processus intrinsèquement mouvant, elle se développe à partir d’une interaction entre la personne et son environnement, dans un contexte de conditions locales concrètes, tous facteurs susceptibles de variations avec risque de déstabilisation le phénomène de résilience n’est ni absolu, ni stable.

    L’importance des réseaux informels (famille, école, communauté) est fondamentale. Il faut les préserver impérativement, le tissu social étant menacé par tant de bouleversements. Le concept résilience a la capacité de les préserver en facilitant leur fonctionnement interne et en suggérant, pour leur donner un cadre solide, les mesures législatives, politiques, qu’il revient aux autorités compétentes de prendre en harmonie avec ce concept.

    Tout naturellement, des questions se posent Quelle est la source de la résilience, quel sens lui donner?

    L’auteur présente ici un point de vue chrétien sur la résilience, à la fois très proche de la résilience et de la foi chrétienne.
    Le Christ a libéré l’Homme de l’aliénation qui consiste à rechercher le paradis terrestre, perdu aux origines, dont il garde la nostalgie. Une illusion en fait génératrice de désespoir car, dans cet idéal paradisiaque, toute blessure signifie l’échec.

    Par sa résurrection, le Christ a révélé que finalement, quoiqu’il advienne, la vie est plus forte que la mort. “En termes chrétiens, on peut dire que la résilience exprime l’Espérance fondée sur une certitude celle de la victoire de la vie au-delà du temps et de l’espace, de la mort, de nos limites naturelles. La résilience expérience de la ténacité de la vie est peut-être le pressentiment naturel le plus fort du message du Christ, de la croix et de la résurrection.

    Il y a dans le concept de résilience une source d’inspirations multiples pour éclairer la recherche et la pratique L’approche par la résilience ouvre des perspectives réalistes, car elle considère plutôt la vie comme un processus d’évolution où plusieurs dénouements sont possibles.

    Elle rappelle l’importance de l’amour accueil de l’autre dans sa vie de manière profonde et stable.

    Elle propose de ne jamais réduire l’individu à son problème mais cherche à déceler le potentiel qui se trouve en lui, elle tient compte des solutions qu’il avance par lui-même.

    Elle nous montre que l’on ne peut vivre pleinement sa vie que si l’on en accepte les limites et les contraintes inhérentes.

    Une conception réaliste et constructive de la santé découle du concept résilience la santé n’est pas l’absence de tout problème mais la capacité de résoudre les problèmes ou de trouver des manières constructives de vivre avec des problèmes insolubles.

    Telle une synthèse pratique, un jeu de construction, la casita, clôt ce document.

    La résilience de chaque enfant se construit comme une maison, sur un sol (besoins élémentaires), des fondations (réseaux de contact), avec des matériaux locaux (les moyens d’action correspondant aux cultures locales). La casita comporte des chambres figurant les domaines étudiés plus haut, reliées par de nombreuses passerelles, un grenier où engranger les acquisitions nouvelles… Elle aide les personnes du terrain à approfondir et systématiser concrètement leurs intuitions et leurs expériences. Surtout, la casita incite à ne pas perdre de vue que la résilience est une construction d’ensemble et à identifier les “éléments à reconstruire au lieu de se laisser guider entièrement par les problèmes observés.»


    Note

    1. STEFAN VANISTENDAEL, "La résilience ou le réalisme de l’espérance. Blessé, mais pas vaincu", Les Cahiers du BICE, Bureau International Catholique de l'Enfance, 63, rue de Lausanne, CH-1202 Genève Suisse Fax 41-22/731 77 93 tél. 41-22/731 32 48.

    Original en anglais, disponible en italien, espagnol, néerlandais, etc. Stefan Vanistendael est Secrétaire général adjoint, responsable de la division Recherche et Développement du BICE. Il est diplômé en sociologie et démographie de l’Université de Louvain, en Belgique.

    Il a été chercheur au Centre d’Études sur la Population et la Famille à Bruxelles avant de rejoindre le BICE en 1979.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Florence du Cosquer
    Mots-clés
    Résilience, enfant, humour, sens (philos.)
    Extrait
    «L’acceptation inconditionnelle de l’enfant en tant que personne, qui lui donne la certitude d’être aimé, constitue la contribution essentielle à la résilience de l’enfant. Mais cette acceptation ne signifie pas l’acceptation de n’importe quel comportement de l’enfant, laquelle est souvent preuve au contraire d’une indifférence totale.»
    Documents associés
    Friedrich Hölderlin
    Espoir, Nature, Esprit, âme, dieu, fleur, flamme, lumière, Terre, Amour

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.