• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Dossier: Érythrone d'Amérique

    Découverte de l'ail doux

    Rumilly Robert
    L'érythrone d'amérique, ou "ail doux".
    Le frère Marie-Victorin a 18 ans. Il s'intéresse déjà à la botanique, tout en se préparant à enseigner de cathéchisme et les rudiments de la science aux enfants. On l'envoie à Saint-Jérome dans une classe de quatrième année. C'est dans ce pays sauvage qu'il commencera à préférer les fleurs aux livres.
    Le jeune Frère Victorin est à Saint-Jérôme un ferment de zèle et de joie. Il échange avec ses soeurs des livres, dont toute la communauté profite. Il est le boute-en-train du Collège, dans les promenades le long de la rivière du Nord. Il a le don de faire causer les habitants, dont il note les expressions typiques. Le Frère Palasis est enchanté de sa recrue.

    Le Frère Victorin présente cependant un point vulnérable : sa santé. Atteint d'une faiblesse pulmonaire, il subit une sérieuse hémorragie. Sur l'avis du médecin, le directeur le retire de sa classe pour le charger de la bibliothèque. Faudra-t-il renoncer à la noble tâche entrevue, pour vivre en parasite dans cette maison laborieuse ? Le Frère s'est engagé envers la Très Sainte Trinité « autant qu'il me sera possible et que vous le demanderez de moi ». Mais quelle humiliation et quelle détresse que de réduire, si tôt, ce possible et cette exigence au minimum ! « Bon Maître, vous savez que je travaille pour vous, daignez me mettre en mesure de vous prouver que je ne veux pas être un membre inutile dans votre maison, une fleur d'ornement dans votre jardin. »

    Le Frère Palasis et le Dr Prévost sont formels. Ils ordonnent une cure de repos et de grand air. « Flânez », commande le directeur, « quittez la bibliothèque même, pour vous promener sans souci. » Il donne en même temps le même ordre, pour les mêmes raisons, au Frère Alexandre, arrivé le même jour que le Frère Victorin.
    Le Frère Alexandre et le Frère Victorin aménagent l'érablière du Collège, entaillent les premiers arbres. Ils se juchent sur la charrette des habitants transportant un « voyage » de bois. Le Frère Victorin fait parfois arrêter pour cueillir une fleur intéressante, aperçue de la route. Les habitants s'en amusent « Sitôt qu'il voit un pissenlit dans le côté du chemin, faut qu'il débarque pour aller le cueillir. » D'autres jours, le Frère Victorin parcourt la campagne à pied, la Flore de Provancher sous le bras. Il s'est fait adapter une boîte par le ferblantier, pour la porter en bandoulière. Il identifie les plantes, étudie leur vie, leurs moeurs, établit des comparaisons avec la vie et les moeurs des hommes. Pour certains tempéraments, même menacés de phtisie, le repos ne peut être qu'un changement de travail.

    Mais cet amateur manque de guides. Sans doute, la botanique américaine a des précurseurs canadiens-français. Le nom de Michel Sarrazin a surnagé. L'abbé Léon Provancher a publié la Flore Canadienne, en 1862. Il faut juger cette oeuvre de mérite, ainsi que le Frère Marie-Victorin le fera lui-même quand il aura dépassé Provancher de cent coudées, en tenant compte de l'époque et des circonstances où elle a été écrite. La botanique américaine naissait péniblement et, malgré les précurseurs isolés, presque personne, au Canada, ne s'intéressait aux sciences naturelles. La Flore Canadienne a éveillé l'attention des Canadiens français, créé un semblant d'atmosphère botanique. Un Sulpicien français, l'abbé Moyen, a publié un « Cours élémentaire de botanique, et flore du Canada, à l'usage des maisons d'éducation », en 1871. Mais la curiosité s'est vite assoupie. Vers 1903, il n'existe pas de véritable enseignement de la botanique au Canada français. L'abbé Victor-Alphonse Huard, Supérieur du Séminaire de Chicoutimi, transféré à l'archevêché de Québec où il rédige la Semaine Religieuse, publie le Naturaliste Canadien, vaille que vaille. Une religieuse de Sainte-Croix, Mère Marie de Sainte-Amélie, se constitue un assez bel herbier à Ville-Saint-Laurent. Quelques collèges possèdent, dans leur parloir, un embryon de musée botanique et zoologique, sous des vitrines qu'on n'ouvre jamais. La poussière recouvre la Flore Canadienne dans les bibliothèques. Quelques amateurs, comme le Frère Alfred, s'exercent en vase clos. Le Frère Victorin n'a que Provancher pour guide. Encore est-il malhabile à l'utiliser. Il distingue les plantes, mais il ignore leur nom, faute de bien manier les clefs analytiques. Il s'évertue, assis sur une pierre dans l'érablière du Collège, le livre ouvert sur les genoux. Vient à passer un « habitant », France Bastien, la hache sur l'épaule

    - Qu'est-ce que vous cherchez, mon Frère ?
    -Le nom de cet herbage à fleur jaune.
    - Comment, vous connaissez pas ça ! Bénite ! C'est l'Ail-douce, mon Frère, c'est l'Ail-douce.

    France Bastien s'éloigne en concluant que ce jeune Frère, c'est peut-être un bon religieux, mais qu'il n'est pas bien connaissant dans les racines. Le Frère Victorin court à la table des matières. « Ail doux » le renvoie à « Erythrone d'Amérique ». Voyons Erythrone d'Amérique : « Bulbe de grosseur moyenne, profondément enfoncé dans le sol. Hampe nue, tendre, de 3 à 6 pouces de hauteur... Fleur pendante jaune, à segments oblongs... » C'est bien cela. Provancher ajoute ce court et gracieux commentaire : « Charmante petite fleur de nos bois, qui est la première à se montrer au printemps... » Le Frère Victorin est confus de son ignorance et ravi de sa découverte. « France Bastien est responsable de ma carrière de botaniste », dira-t-il parfois, en plaisantant ; « sans lui, je me serais peut-être dépité là, sur cette pierre. »

    Des commentateurs ont pris cette boutade au sérieux. Ils font remonter à la rencontre de France Bastien, dans l'érablière de Saint-Jérôme, la vocation scientifique du Frère Marie-Victorin. Ce serait une illumination, une génération spontanée ! Le Frère Victorin, en 1903, n'était sans doute pas bien connaissant, mais il portait déjà le virus de la botanique. Tenons compte de ses contacts d'enfant avec l'abbé Audet, de ses études secondaires, de ses entretiens avec le Frère Alfred. Quand France Bastien l'a rencontré, le Frère Victorin herborisait, son Provancher sur les genoux.

    Dans l'érablière du Collège, dans les champs et dans les bois de Saint-Jérôme, le jeune Frère Victorin s'instruit, en refaisant sa santé. Il commence à préférer les plantes aux livres, à comprendre les lacunes de l'enseignement livresque, de la science de bibliothèque. C'est dans ce sens que la rencontre de France Bastien est révélatrice. Les méditations de Saint-Jérôme influenceront la méthode du Frère Marie-Victorin, professeur.

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Rumilly Robert
    Mots-clés
    botanique, Marie-Victorin, érythrone, nature, enseignement
    Extrait
    « France Bastien est responsable de ma carrière de botaniste», dira-t-il parfois, en plaisantant ; sans lui, je me serais peut-être dépité là, sur cette pierre. »
    Documents associés
    Wendell Berry
    printemps, lumière, vie, santé, fleurs sauvages

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.