• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Dossier: Collège

    Les Belles-Lettres

    Jean Éthier-Blais
    À l’intérieur du cours classique, les Belles-Lettres représentaient un clivage. Avant, c’étaient l’enfance, l’adolescence. Avec elles, l’adolescent devenait un jeune homme. Il accédait à la vérité de l’écriture, aux aveux des grands hommes. On dévoilait devant lui des mystères de l’âme humaine. Le professeur cessait d’imposer ses idées. Il les discutait devant son auditoire, peu habitué à ces fluctuations de l’esprit. Il disait ce qu’il pensait, parlait de lui, au risque de surprendre et de choquer, établissait avec ses élèves un contact privilégié, d’amitié et de confiance. Nous n’étions plus des enfants qu’on dressait, en principe, à la baguette. Comme par enchantement, au cours des vacances qui séparaient la Versification des Belles-Lettres, nous étions devenus des hommes. Était-ce vrai? Je ne sentais en moi aucun changement. Le collège, lui non plus, n’avait pas changé. Les même couloirs, les mêmes salles d’étude, le même réfectoire, la même chapelle. Tout au plus couchais-je ailleurs, dans un dortoir qui prolongeait la salle de répétitions de la fanfare, dit des philosophes. Nous y étions soixante à n’avoir plus à monter les étages pour la nuit. Le dortoir était adossé à la montagne, nous avions l’impression d’être de plain-pied avec la ville, de nous rapprocher du monde extérieur. Ainsi les pères, par d’insensibles répartitions géographiques, entretenaient-ils l’espoir en plusieurs de mettre bientôt un terme à leur vie de pensionnaire. À seize ans, le jeune homme commence à soupirer après la liberté. Au collège, nous étions, jusqu’à la fin, tributaires des règlements. Il fallait se lever lorsque sonnait la cloche, faire son lit d’une certaine façon, observer la règle du silence, celle de la propreté. Tout, dans un tel régime, devient important et cesse de l’être. Tout se confond en insignifiance. Étant tout à nous-mêmes, nous ne sommes rien aux autres. L’entrée en Belles-Lettres nous donnait le sentiment que cela avait changé, que nous existions, autonomes.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.