• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Coaticook

    Les origines de Coaticook

    Coaticook est la Perle des Cantons de l'Est. C'est une bien jolie ville perdue dans un écrin de verdure et entourée de fortes collines et de gracieux vallons. Sa beauté est rehaussée par une charmante rivière dont elle tire son nom.
    Si le côté du soleil levant vous intéresse, la route 141 vous fera gravir la partie la plus élevée de la région. Le touriste avide de paysages reposants se doit de circuler sur les routes qui encerclent Coaticook. Jamais il ne regrettera son voyage dans la " Perle des Cantons de l'Est ". Et les photographies qu'il rapportera, lui rappelleront avec joie, son séjour dans une charmante ville de la Belle Province.

    M. Richard Baldwin Sr partit de Barnston Pinnacle à pied et se rendit jusqu'à l'endroit où est actuellement notre ville. Il défricha un coin près du ruisseau, à la place où se trouve actuellement la maison de Madame O. Birs. Vester Cleaveland vint lui aider et ils abattirent d'énormes pins en les jetant sur la rivière dans le but de faire un barrage non loin de l'actuel pont de ciment. Durant cette année, les deux frères Walter et William Buckland firent une clairière de dix âcres en face de la station actuelle du chemin de fer. Deux autres pionniers, Elias Parkhust et un beau-frère des deux Buckland commencèrent un défrichement, plus près de la ligne de Barford.

    Richard Baldwin et Vester Cleaveland revinrent au printemps de l'année suivante et terminèrent le barrage.Ils construisirent ensuite un moulin.

    En 1830, Richard Baldwin, fils, bâtit la première vraie maison avec dépendances. Cette maison était érigée à l'endroit où s'élève actuellement notre Hôtel de Ville.

    C'est en 1826, qu'un nommé Cabe Ingraham fit un défrichement à l'endroit où se trouve actuellement la paroisse Saint-Marc de Coaticook. La première école fut construite en 1828, sur un défrichement de Cabe Ingraham. La première institutrice fut Sophia Chesley, épouse de Richard Baldwin, fils , à qui revient l'honneur d'être le vrai fondateur de Coaticook.

    En 1835, les colons de Coaticook font un mauvais parti aux agents sans scrupules de la British American Land Co. Nous citons Mgr Gravel :

    «Peu à peu, d'autres colons vinrent se joindre à ces premiers venus de sortes qu'en 1835, au moment où la British American Land Co pillait les forêts le long des rivières qui se déchargent dans le Saint-François, les colons de Coaticook étaient assez nombreux pour faire un mauvais parti à ces nouveaux cageux quelque peu parents avec les débardeurs de Londres. Un jour, les hommes de la Compagnie allèrent se plaindre aux autorités judiciaires les plus rapprochées. Deux gardiens furent envoyés sur les lieux par la Compagnie. Mais les colons de Coaticook les saisirent, les enduisirent d'une espèce de liquide gluant, les recouvrirent de plumes de perdrix et d'autres oiseaux nocturnes et leur signifièrent de retourner à Sherbrooke sans jamais remettre les pieds à Coaticook, ou bien ce serait le plongeon immédiat dans la rivière. Des promesses furent faites sur-le-champ et tenues à jamais.»

    Vers 1840, un des premiers magasins fut construit par M. Marcus Child.

    «C'est en cette circonstance que sur proposition de M. Child, le nom de Coaticook fut donné pour la première fois, à ce bureau de poste pour s'étendre ensuite à tout l'établissement et à la future ville.»

    L'année 1845 nous rappelle que M. John Kennedy fut le premier forgeron de Coaticook. Il construisit sa forge et sa maison sur la rue Principale, à peu près à l'endroit de l'ancien édifice du Bell Téléphone.

    Nous citons Mgr Gravel pour un fait intéressant de l'année 1848:

    «En 1848, Samuel Cleveland construisit en face du moulin à scie une distillerie pour whisky laquelle fut en opération durant cinq années. Quels heureux temps ! Des écuries spacieuses logeaient les bêtes à cornes, engraissées avec le résidu du grain distillé».

    La construction du chemin de fer Saint-Laurent et Atlantique, plus tard le Grand-Tronc, voie Montréal-Portland, remonte à l'année 1852. Cette construction fut sans aucun doute la cause de grands progrès dans Coaticook. En toute justice, nous devons rendre hommage à la ténacité de M. Richard Baldwin Jr qui nous a permis d'avoir ce chemin de fer.

    1858 nous amène M. Ezechiel Page de l'Ohio. Il loua l'établissement construit par M. Samuel Cleveland et confectionna des rames en frêne que la marine américaine utilisait. Il fit faillite, quand il fut obligé de transporter son bois par chemin de fer en provenance du Haut-Canada.

    C'est en 1860 que M. Lewis Sleeper arriva à Coaticook. Il acheta le pouvoir d'eau et les moulins et l'année suivante, il construisit une bâtisse de trois étages. Son frère Wright installa au premier étage plusieurs machines propres à tourner le fer et autres métaux. Un nommé Worthen fabriqua, au second, des métiers à tisser différentes étoffes par des combinaisons ingénieuses. M. A.H. Cummings avait sa boutique de portes et châssis au troisième étage.

    1864: Année de l'incorporation du Village de Coaticook. C'est cette année-là qu'un local spacieux, avec deux classes et une pièce réservée aux délibérations du Conseil, fut élevé sur le terrain de l'Académie anglaise pour la jolie somme de $2,500. Ce fut donc le premier Hôtel de Ville.

    Source

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Documents associés
    Léon Gérin
    Colonisation

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.