• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Dossier: Chance

    La chance

    Maurice Maeterlinck
    I
    Il y avait une fois deux frères, dit un vieux conte serbe. L'un était actif et malheureux, l'autre paresseux et comblé de prospérités. Le frère malheureux rencontre un jour une belle jeune fille qui gardait des moutons en filant un fil d'or. « A qui appartiennent ces moutons ? demande-t-il. - Ils appartiennent à qui j'appartiens. - A qui appartiens-tu? - A ton frère, je suis son bonheur. - Et mon bonheur, où est-il? .- Bien loin de toi. - Puis-je le trouver? - Oui, si tu le cherches. »

    Il s'en va donc à la recherche de son bonheur. Un soir, dans une grande forêt, il découvre, endormie sous un arbre, une pauvre vieille femme à cheveux gris. Il la réveille et lui demande qui elle est. « Tu ne me connais pas ? répond-elle. Il est vrai que tu ne m'as jamais vue; je suis ton bonheur. - Et qui donc m'a donné un si misérable bonheur? - La Destinée. - Puis-je trouver la Destinée? - Peut-être, à force de la chercher. »

    Il part à la recherche de la Destinée. Après de longues routes, on la lui montre enfin. Elle vit dans le luxe d'un immense palais; mais de jour en jour ses richesses diminuent, et les portes, les fenêtres et les murs de sa demeure se contractent. Elle lui explique qu'elle passe ainsi, alternativement, de la misère à l'opulence; et que la situation où elle se trouve, à un moment donné, détermine l'avenir de tous les enfants qui naissent à ce moment. « Vous êtes venu au monde, ajoute-t-elle, aux heures où ma fortune décroissait; de là tous vos malheurs. » Elle lui conseille, pour conjurer ou pour tromper le mauvais sort, de substituer à sa chance celle de sa nièce Militza, qui est née durant une période propice. Pour opérer cette substitution, il suffira qu'il prenne chez lui cette nièce, et déclare à qui l'interroge que tout ce qu'il possède appartient à Militza.

    Il suit ce conseil ; et ses affaires changent de face. Ses troupeaux engraissent et multiplient, ses arbres ploient sous les fruits, il lui échoit des héritages imprévus, ses terres se couvrent de moissons prodigieuses. Mais un matin qu'immobile dans son bonheur, il contemple un admirable champ de blé, un étranger lui demande en passant à qui appartiennent ces épis magnifiques qui se balancent sous la rosée, deux fois plus hauts et plus lourds que les épis voisins. Il s'oublie et répond: « Ils sont à moi. » Aussitôt le feu prend à l'autre bout du champ et commence ses ravages. Il se rappelle alors le conseil négligé, court après l'étranger et lui crie : « Je me trompe ! Je ne t'ai pas dit vrai; arrête-toi, reviens; ce champ n'est pas à moi, mais à ma nièce Militza! » Subitement, entendant ces paroles, les flammes tombent et les épis repoussent.

    II

    Cette image naïve et très ancienne montre que le mystérieux problème de la chance ne s'est guère modifié depuis que l'homme commença de l'interroger : elle pourrait encore illustrer notre ignorance actuelle. Nous avons nos pensées qui nous façonnent un bonheur ou un malheur intime, sur lequel les incidents du dehors ont plus ou moins d'influence. Il en est chez qui ces pensées sont devenues si puissantes, si vigilantes, que rien ne peut plus, sans leur agrément, pénétrer dans l'édifice de cristal et d'airain qu'elles ont su élever sur une colline qui domine la route habituelle des aventures. Nous avons notre volonté qui, nourrie de nos pensées et soutenue par elles, parvient à écarter un grand nombre d'événements inutiles ou nuisibles. Cependant, autour de ces îlots plus ou moins sûrs, plus ou moins inexpugnables, s'étend une région aussi insoumise, aussi vaste que l'océan, où il semble que le hasard règne seul comme le vent sur les flots. Nulle pensée, nulle volonté ne peuvent empêcher un de ces flots de surgir inopinément, de nous surprendre, de nous étourdir, de nous blesser. Leur bienfaisante action ne recommence qu'après que la vague s'est retirée. Alors elles nous relèvent, nous pansent, nous raniment et veillent à ce que le mal que le choc nous a fait ne pénètre pas jusqu'aux sources profondes de la vie. A cela se borne leur rôle. En apparence il est très humble, en réalité, à moins que le hasard ne prenne la forme irrésistible d'une maladie cruelle ou de la mort, il rend ce hasard presque impuissant, et suffit à maintenir ce qu'il y a de meilleur et de plus propre à l'homme dans le bonheur humain.

    III

    Entre les actes que nous avons prévus, autour des faits que nous déterminons et qui tracent péniblement les grandes lignes de notre existence, se presse et circule la redoutable multitude des hasards aux aguets. L'air que nous respirons, l'espace où nous nous mouvons, le temps que nous traversons, sont peuplés de circonstances qui nous attendent et nous choisissent dans la foule. A observer leurs habitudes, on constate bientôt que ces étranges filles du hasard, qui devraient être aveugles et sourdes comme leur père, n'agissent nullement au hasard. Elles savent ce qu'elles font et se trompent rarement. Avec une certitude inexplicable, elles reconnaissent le passant qui s'avance et devant lequel elles doivent se dresser. Que deux hommes suivent à la même heure le même chemin, il n'y aura ni hésitation ni confusion dans la double troupe invisible apostée par le sort. A l'arrivée de l'un se rangent les vierges blanches, avec les palmes, les amphores et les mille bonheurs imprévus de la route; à l'approche de l'autre, les « Mauvaises Femelles » qu'Eschyle nous a peintes s'élancent hors des taillis, comme si elles avaient à venger sur leur ignorante victime quelque offense inexpiable et antérieure à sa naissance.

    Tous nous avons plus ou moins suivi par la vie la destinée de certains êtres auxquels advenaient des bonheurs ou des malheurs que leurs actes n'avaient point préparés, et qui soudain, au tournant d'une rue, semblaient jaillir du sol ou tomber des étoiles, parfaits, gratuits, immérités, inévitables. L'un, qui ne songeait même pas à un emploi dont un rival mieux armé lui barrait l'accès, voit disparaître ce rival à la minute décisive; l'autre, qui comptait sur la protection d'un ami très puissant, voit mourir cet ami au moment même que ce dernier lui tendait la main pour lui venir en aide. Celui-ci, qui n'a ni talent ni beauté et ne sait rien prévoir, arrive chaque matin au palais de la Fortune, de la Gloire ou de l'Amour, à la brève seconde où toutes les portes sont ouvertes; celui-là, qui est plein de mérites et a longuement médité sa démarche légitime, s'y présente à l'heure même où la malchance le ferme pour un demi-siècle. Tel risque vingt fois sa santé dans des prouesses imbéciles et l'en retire intacte, tel autre la hasarde prudemment dans une aventure honorable et la perd sans retour. Des milliers d'inconnus travaillent obscurément à aider le premier sans l'avoir jamais vu ; des milliers d'inconnus entravent l'œuvre du second sans savoir qu'il existe. Et les uns et les autres ignorent ce qu'ils font; séparés par des mers, ils obéissent au même ordre diffus et minutieux ; puis, à l'heure prescrite, les pièces détachées de la mystérieuse machine se rejoignent et s’emboîtent; et voilà deux destinées complètes et dissemblables que le Temps met en branle.

    IV

    Le docteur Foissac, en un curieux livre sur la Chance et la Destinée, énumère d'innombrables et étranges exemples de l'iniquité fondamentale, préétablie, obstinée, inexplicable, irréductible, où baignent la plupart des existences. On croirait, à le suivre, pénétrer avec lui dans les déconcertants laboratoires d'un autre monde, où l'on ne trouve, pour peser et répartir le bonheur et le malheur, rien qui rappelle les instruments indispensables à la justice, à la raison humaines. C'est, entre autres, la vie de l'admirable Vauvenargues, le plus infortuné des grands sages, qui, malgré son génie, sa beauté morale, sa bravoure, ses efforts, brisé et défiguré par de cruelles maladies au moment où sa fortune se trouvait en suspens, va chaque jour d'une déception imméritée à une injustice gratuite, et meurt à trente-deux ans à l'heure même où l'on allait reconnaître son oeuvre. C'est l'effroyable histoire de Lesurques (1), dans laquelle mille coïncidences, qu'on dirait guidées par l'enfer, accourent et s'accumulent pour perdre un innocent, sans que la vérité, enchaînée par le sort et qui hurle en silence sous la foule des erreurs qui la cherchent, - comme on hurle en silence au fond d'un mauvais rêve,- puisse faire un seul geste pour déchirer la nuit. C'est encore l'aventure d'Aimar de Ranconnet, président du parlement de Paris, le plus probe des hommes, qui injustement dépouillé de sa charge, voit sa fille mourir sur un fumier, son fils périr de la main du bourreau et sa femme écrasée par la foudre, tandis qu'il est lui-même accusé d'hérésie, et qu'enfermé à la Bastille, il y meurt de douleur avant son jugement.

    Nous estimons fabuleuses et invraisemblables les calamités des Atrides et d'Oedipe, et cependant nous voyons dans l'histoire contemporaine la fatalité s'acharner avec la même opiniâtreté sur certaines familles, comme celle des Coligny, des Stuart, etc., ou poursuivre jusque dans la mort, d'une haine personnelle, quelques victimes innocentes et hagardes telles qu'Henriette d'Angleterre, fille de Henri IV, Louise de Bourbon, Joseph II et Marie-Antoinette.

    Et dans un ordre un peu différent, que dire de l'injustice inintelligente mais qui paraît presque consciente, presque systématique, des jeux de hasard, des duels, des batailles, des tempêtes, des naufrages, de la flamme, de la foudre? Que dire de l'incroyable chance d'un Chastenet de Puységur, qui, après avoir servi quarante ans, pris part à trente combats et à cent vingt sièges, toujours au premier rang et d'une intrépidité légendaire, n'avait jamais été atteint par le fer ou le plomb, alors que le maréchal Oudinot fut blessé trente-cinq fois et que le général Trézel à chaque rencontre recevait une ballé ? Que dire encore de l'extraordinaire fortune d'un Lauzun, d'un Chamillart, d'un Casanova, d'un Chesterfield, etc., de l'inconcevable et persistant bonheur dans le crime de Sylla, de Marius, de Denys l'Ancien, lequel, arrivé à la plus extrême vieillesse, après une vie odieuse mais bénie par le sort, mourut de joie en apprenant que les Athéniens venaient de couronner une de ses tragédies? Que dire enfin de la destinée d'Hérode surnommé le Grand ou l'Ascalonite, qui nagea dans le sang, fit périr une de ses femmes, cinq de ses enfants, tous les hommes vertueux qui lui portaient ombrage, et fut heureux dans toutes ses entreprises?

    V

    En ces exemples fameux (qu'on pourrait indéfiniment multiplier) sont agrandis aux proportions anormales de l'histoire les spectacles plus humbles mais non moins tranchés que nous offrent chaque jour, sur la petite scène mal éclairée de l'ordinaire de la vie, les mille et un caprices de la chance heureuse ou contraire.

    Certes, en interrogeant ces bonheurs insolents et ces invariables malheurs, il faut d'abord faire une part royale aux causes physiques et morales qui les peuvent expliquer. Il est probable que si nous avions connu Vauvenargues, nous aurions découvert, dans son caractère, la timidité, l'irrésolution ou la fierté inopportune qui l'empêchèrent de faire naître ou de saisir assez vigoureusement l'occasion. Il est possible que Lesurques ait manqué d'habileté, de je ne sais quoi, de cette force intime et prodigieuse qu'on s'attend à trouver dans l'innocence faussement accusée. Il est certain que les Stuart, Joseph Il et Marie-Antoinette commirent d'énormes fautes qui éveillèrent les désastres, que Lauzun, Casanova, lord Chesterfield s'étaient débarrassés de la plupart des scrupules nécessaires qui entravent l'honnête homme. Il est également certain que si l'existence de Sylla, de Marius, de Denys l'Ancien, d'Hérode l'Ascalonite, fut en dehors heureuse jusqu'au miracle, aucun de nous, je pense, ne se contenterait de l'étrange fantôme, inquiet, ensanglanté, presque sans sentiment et presque sans pensée, que doit être en dedans un bonheur (si le mot bonheur est encore applicable) fondé sur des crimes incessants. Mais ce décompte fait, aussi raisonnablement, aussi largement que possible (et plus on voit et étudie la vie, plus on pénètre dans le secret des petites causes et des grands effets, plus largement il se fera), en ces coïncidences opiniâtrement répétées, en ces séries indissolubles de bonne chance ou d'infortune, - il y a longtemps que l'on a remarqué que le bonheur ou le malheur procède presque toujours par série ininterrompues, - il ne reste pas moins une part considérable, souvent capitale, parfois exclusive, qu'on ne saurait attribuer qu'à l'impénétrable mais incontestable volonté d'une puissance inconnue mais réelle, appelée Hasard, Fatalité, Destin, Veine, Guignon, bonne ou mauvaise Étoile, Aile de l'Ange blanc, Aile de l'Ange noir, et de bien d'autres noms, selon le génie plus ou moins imaginatif, plus ou moins poétique, des peuples et des siècles.

    C'est là, pour l'homme, l'un des problèmes les plus troublants et les plus difficiles, parmi tous ceux qu'il lui faudra résoudre, pour se sentir un jour l'occupant principal, légitime, indépendant et irrévocable de cette terre.

    VI

    Posons-le devant la raison dans ses termes les plus simples, et voyons d'abord s'il n'intéresse que l'homme. Nous avons avec nous, sur ce globe assez incompréhensible, de silencieux et fidèles compagnons d'existence qu'il est souvent utile de chercher du regard quand la tête nous tourne sur certaines hauteurs peut-être illusoires, où nous nous imaginons volontiers que les astres, les dieux ou les représentants voilés des lois suprêmes de l'univers ne s'occupent que de nous. En leur résignation si confiante et si calme, ils ont l'air, ces pauvres frères de notre vie animale, de savoir bien des choses que nous ne savons plus. Mais ils gardent tranquillement un secret que nous poursuivons avec tant d'inquiétude ! Il est certain que les animaux, notamment les animaux domestiques, ont une sorte de destin. Ils connaissent le bonheur gratuit et prolongé, et le malheur fortuit et opiniâtre ; ils pourraient comme nous parler d'étoile, de chance ou de malchance, de veine ou de guignon. Le sort du cheval de fiacre qui finit à la fourrière après avoir passé par les mains de cent bourreaux anonymes, comparé à celui du pur-sang qui meurt de vieillesse dans l'écurie d'un maître compatissant, est aussi inexplicable au point de vue de la justice, - à moins d'avoir recours aux doctrines bouddhiques qui y voient la récompense ou le châtiment d'une vie antérieure, - que celui de l'homme devenu pauvre par hasard ou riche sans mérite. Il y a, en pays flamand, une race de chiens de trait, sur laquelle le destin épuise tour à tour sa faveur et sa haine. Qu'un boucher les achète, ils mènent une vie magnifique. Peu de travail; le matin, attelés en quadrige, ils traînent aux abattoirs une légère voiture, et l'en ramènent le soir débordante de viande, dans un galop joyeux et triomphal, par les rues tortueuses des vieilles villes aux petits pignons éclairés. Dans l'entre-temps tout est loisir, et loisir merveilleux, parmi les rats et les déchets de l'abattoir. Ils sont plantureusement nourris, gras, lustrés comme des otaries, et goûtent dans sa plénitude le seul bonheur que doive rêver l'âme naïve et fureteuse d'un bon chien. Mais leurs malheureux frères de la même portée qu'acquiert le vieillard qui ramasse les ordures ménagères, ou le marchand de sable, presque toujours boiteux, ou le paysan pauvre aux gros sabots cruels, enchaînés à de lourdes charrettes, à d'informes brouettes, pouilleux, pelés, galeux, affamés, efflanqués, parcourent jusqu'à la mort les cercles d'un enfer où les plongèrent quelques sous mis dans une main calleuse. Et dans un monde moins directement assujetti à l'homme, on trouve évidemment des perdrix, des faisans, des biches, des lièvres qui n'ont guère de chance et sont blessés à chaque rencontre du chasseur; alors qu'il en est d'autres qui, on ne sait comment ni par quel privilège, échappent à toutes les battues.

    Ils sont donc soumis comme nous à d'incontestables injustices. Mais nous ne songeons point, à propos de ces injustices, à mettre en branle tous les dieux, à interroger les puissances mystérieuses ; et pourtant, ce qui leur arrive n'est peut-être que l'image naïvement simplifiée de ce qui nous arrive. Il est vrai que pour eux nous représentons précisément ces puissances mystérieuses que nous cherchons pour nous. Mais alors, sommes-nous en droit d'attendre de ces dernières beaucoup plus de conscience et de justice intelligente que nous n'en témoignons à l'égard des animaux? En tout cas, quand cet exemple n'aurait fait qu'enlever au hasard un peu de son inutile prestige, pour augmenter d'autant notre esprit d'initiative et de lutte, ce serait déjà un gain non négligeable.

    VII

    Malgré ce nouveau décompte, on ne saurait nier qu'il y ait - tout au moins pour la vie plus complexe de l'homme - par delà tout ce que nous, avons dit, dans la volonté souvent visible du hasard, - cette menue monnaie de la fatalité, - une cause de bonheur ou de malheur que nos explications n'atteignent pas encore. Nous savons, - et cela fait partie de ces idées informes mais fondamentales sur les lois de la vie, qu'une expérience millénaire a transmuées en une sorte d'instinct, - nous savons qu'il existe des hommes, qui, toutes autres choses égales, ont la « main heureuse » ou « malheureuse ». Il m'a été donné de suivre de fort près la carrière d'un compagnon victime d'une persistante malchance. Je n'entends pas par là que sa vie fût malheureuse. Il est même remarquable que les hasards contraires respectèrent toujours les grandes lignes de son bonheur réel; probablement parce qu'elles étaient bien défendues. Car il avait en lui une forte existence morale, des pensées, des espoirs, des certitudes, des sentiments profonds. Il n'ignorait point que ces biens se trouvaient à l'abri d'un coup de sort, et que rien, sans son aide, n'aurait pu les détruire. Le destin n'est pas invincible ; c'est-à-dire que la voie centrale de l'existence, le grand canal intérieur, se laisse détourner vers le bonheur ou le malheur, bien que ses ramifications qui s'étendent sur les jours, et les mille affluents qui viennent y verser les hasards du dehors, échappent à notre volonté.

    C'est ainsi qu'un beau fleuve, descendu des hauteurs, et tout resplendissant de la noblesse des glaciers, traverse enfin les plaines et les villes où il ne reçoit plus qu'une eau empoisonnée. Il se trouble un instant; et nous croyons qu'il perd, pour ne plus la reprendre, l'image du ciel pur qu'il avait empruntée aux bassins des fontaines, et qui semblait son âme et l'expression profonde et limpide de sa force. Pourtant, rejoignons-le, là-bas, sous ces grands arbres; il y oublie déjà les souillures des ruisseaux. Il ressaisit l'azur dans ses flots transparents, et le porte à la mer, aussi clair qu'il était quand il riait encore aux sources des montagnes.

    Aussi, l'homme dont je parle, quoiqu'il ait pleuré plus d'une fois, ne pleura-t-il jamais ces larmes que l'on verse sur la mort de soi-même et qui ne sortent plus de notre souvenir. Aussi, chaque mécompte, après l'énervement inévitable, n'arrivait-il en somme qu'à le rapprocher davantage de son bonheur secret, à concentrer celui-ci, à le circonscrire d'un trait plus sombre, pour le faire paraître plus précieux, plus ardent et plus sûr. Mais sitôt qu'il quittait cet enclos enchanté, les incidents hostiles l'assaillaient à l'envie. Il était, par exemple, fort bon tireur à l'épée, eut trois duels, et fut blessé trois fois par des adversaires moins habiles. S'il s'embarquait, la traversée était rarement heureuse. S'il mettait quelque argent dans une affaire, celle-ci tournait mal. Une erreur judiciaire, où l'impliqua tout un enchaînement de circonstances étrangement malveillantes, fut pour lui la source de longs et sérieux ennuis. En outre, de visage agréable et l’œil plein de franchise et de bonté, il n'était pas ce qu'on appelle « sympathique ». Il n'attirait point d'abord cette première affection gratuite que nous donnons souvent, et sans savoir pourquoi, à l'inconnu qui passe, à un ennemi même. Sa vie sentimentale ne fut guère plus favorisée que l'autre. Aimant, et infiniment plus digne d'être aimé que la plupart de ceux auxquels le sacrifia le cœur fortuit des femmes, là encore, il ne trouva que trahisons, chagrins et déceptions. Il allait ainsi, se tirant de son mieux des médiocres pièges que lui tendait à chaque pas son ingrate fortune, non découragé ni intimement attristé, mais un peu étonné de tant d'acharnement; jusqu'à ce qu'il rencontrât enfin la seule et grande chance de sa vie; un amour égal à celui qui attendait en lui: exclusif, passionné, complet, inaltérable. A partir de cette heure, comme sous la bienfaisante influence d'une étoile nouvelle qui mêlait ses rayons à la sienne, il sentit peu à peu les événements fâcheux s'attarder, s'espacer, s'alentir, s'éloigner et prendre une autre route. On eût dit qu'ils quittaient à regret l'habitude de le suivre. Il vit réellement tourner la chance. Et voici qu'aujourd'hui, rentré pour ainsi dire dans l'atmosphère indifférente et neutre du hasard commun à la plupart des hommes, il se rappelle en souriant le temps où chacun de ses gestes, épié par l'ennemi insaisissable, suscitait un danger.

    VIII

    N'appelons pas les dieux pour expliquer ces phénomènes. Ils n'auront qualité pour nous expliquer quelque chose qu'après qu'ils se seront clairement expliqués sur eux-mêmes. Et le destin, qui n'est que le plus inconnu d'entre eux, a moins que tous les autres le droit d'intervenir et de nous crier, comme il fait, du fond de son inébranlable nuit : « C'est moi qui l'ai voulu! » N'invoquons pas davantage les lois illimitées de l'univers, les desseins de l'histoire, la volonté des mondes, la justice des étoiles. Ces puissances existent; et nous les subissons, comme nous subissons la puissance du soleil. Mais, de même que cette dernière, elles agissent sans nous connaître ; il nous reste une liberté probablement immense dans le cercle démesuré de leurs influences, et elles ont mieux à faire qu'à se pencher sur nous pour poser un brin d'herbe ou soulever une feuille dans le petit sentier de notre fourmilière. Puisqu'il s'agit de nous, de notre vie étroite, c'est, je pense, en nous-mêmes que se trouve la clef du mystère, car il est vraisemblable que tout être porte en soi la meilleure solution du problème qu'il propose.
    Il y a en nous, sous notre existence consciente, soumise à la raison et à la volonté, une existence plus profonde, qui plonge d'une part dans un passé que l'histoire n'atteint pas, et de l'autre dans un avenir que des milliers d'années n'épuiseront jamais. Il n'est pas téméraire de croire que tous les dieux s'y cachent; et que ceux dont nous avons peuplé la terre et les planètes, en sortirent tour à tour, pour lui donner un nom et une forme que notre imagination pût comprendre.

    A mesure que l'homme voit plus clair, qu'il a moins besoin de symboles et d'images, il diminue le nombre de ces noms, le nombre de ces formes. Il arrive peu à peu à n'en prononcer qu'un, à n'en réserver qu'une; et soupçonne bientôt que cette dernière forme et ce dernier nom ne sont eux-mêmes que la dernière image d'une puissance dont le trône fut toujours en lui-même. Les dieux rentrent alors en nous d'où ils étaient sortis, et c'est là qu'aujourd'hui nous les interrogeons.

    IX

    Je crois donc que c'est dans notre vie inconsciente, - énorme, inépuisable, insondable et divine, - qu'il faut chercher l'explication de nos chances heureuses ou contraires. En nous se trouve un être qui est notre moi véritable, notre moi premier-né, immémorial, illimité, universel, et probablement immortel. Notre intelligence, qui n'est qu'une sorte de phosphorescence sur cet océan intérieur, ne le connaît encore qu'imparfaitement. Mais chaque jour elle apprend davantage que là gisent sans doute tous les secrets des phénomènes humains qu'elle n'a pas compris jusqu'ici. Cet être inconscient vit sur un autre plan et dans un autre monde que notre intelligence. Il ignore le Temps et l'Espace, ces deux murailles formidables mais illusoires entre lesquelles doit couler notre raison sous peine de se perdre. Pour lui, il n'y a ni proximité ni éloignement, ni passé ni avenir, ni résistance de la matière. Il sait tout et peut tout. Du reste, on a toujours admis, à des degrés divers, cette science et cette puissance; et l'on a donné à ses manifestations le nom d'instinct, d'âme, d'inconscient, de subconscient, de mouvements réflexes, d'intuition, de pressentiment, etc. On lui attribue notamment cette force indéterminée et souvent prodigieuse de ceux de nos nerfs qui ne servent pas directement à produire notre raison et notre volonté, et qui est apparemment le fluide même de la vie. Il est vraisemblable qu'il est, à peu de choses près, de même nature chez tous les hommes. Mais il communique avec l'intelligence de façons très inégales. Dans les uns, ce principe inconnu demeure si profondément enseveli, qu'il ne s'occupe que des fonctions physiques et de la permanence de l'espèce. Dans d'autres, au contraire, il paraît toujours en éveil, il s'élève fréquemment jusqu'à affleurer de sa féerique présence la surface de la vie extérieure et consciente; à tout propos il intervient, prévoit, avertit, décide et se mêle à la plupart des faits essentiels d'une carrière. D'où vient cette faculté? On ne le saurait dire. Il n'y a pas de lois fixes et certaines. On ne découvre, par exemple, aucun rapport constant entre l'activité de l'inconscient et le développement de l'intelligence. Cette activité obéit à des règles que nous ignorons. Pour l'instant, en l'état actuel de nos connaissances, elle semble purement accidentelle. On la rencontre en celui-ci et non en celui-là, sans qu'aucun signe permette de soupçonner la cause de cette différence.


    X

    Qu'il s'agisse de chance heureuse ou contraire, voici ce qui, probablement, arrive. Un événement propice ou funeste, venu du fond des grandes lois éternelles, se dresse sur notre route et la barre tout entière. Il est là, immobile, fatal, démesuré, inébranlable. Il ne s'occupe pas de nous; il n'est pas là pour nous. Il n'a de raison d'être qu'en soi et pour soi. Il nous ignore, simplement. C'est nous qui nous approchons de lui, et qui, arrivés à portée de son influence, avons à le fuir ou à l'affronter, à le tourner ou à le traverser. Je suppose que l'événement soit néfaste : un naufrage, un incendie, un coup de foudre; ou la mort, la maladie, l'accident, la détresse, sous une forme un peu anormale. Il attend, invisible, aveugle, indifférent, parfait, inaltérable, mais encore en puissance. Il existe tout entier, mais seulement dans l'avenir; et pour nous, dont les sens, au service de notre intelligence et de notre conscience, sont construits de telle sorte qu'ils ne perçoivent les choses que successivement dans le temps, il est encore comme s'il n'était pas. Mettons, pour préciser davantage, qu'il s'agisse d'un naufrage. Le navire qui doit périr n'est pas sorti du port; le roc ou l'épave qui le déchirera dort paisiblement sous les flots; et la tempête, qui n'éclatera qu'à la fin du mois, sommeille, par delà les regards, dans le secret des cieux. Normalement, si rien n'était écrit, et si déjà la catastrophe n'avait eu lieu dans l'avenir, cinquante passagers, venus de cinq on six pays divers, se fussent embarqués. Mais le navire est bien marqué par le destin. Il est certain qu'il doit sombrer. Aussi, depuis des mois, peut-être des années, une mystérieuse sélection s'est-elle opérée parmi les voyageurs qui auraient dû partir le même jour. Il est possible que sur ces cinquante voyageurs primitifs, vingt seulement montent à bord au moment où l'ancre se lève (2). Il se peut même que pas un des cinquante ne réponde à l'appel des circonstances qui, n'eût été le désastre futur, eussent nécessité leur départ, et qu'ils soient remplacés par vingt ou trente autres en qui la voix du hasard ne parle pas avec la même force.

    Ici, où l'on plonge au plus profond de la plus profonde des énigmes humaines, l'hypothèse s'égare forcément. Mais en présence de ce fait imaginaire qui ne sert qu'à mettre en évidence ce qui se produit si souvent dans les conjonctures plus réduites de la vie quotidienne, au lieu d'avoir recours à des dieux lointains et douteux, n'est-il pas plus naturel de supposer que c'est notre inconscient qui agit et décide? Il connaît, il doit connaître, il doit voir la catastrophe, puisque pour lui il n'y a ni temps ni espace, et qu'elle a lieu en ce moment sous ses yeux, comme elle a lieu sous les yeux des forces éternelles. Peu importe la manière dont il prévient le mal. Parmi les trente voyageurs avertis, deux ou trois auront eu le pressentiment réel du danger; ce sont ceux en qui l'inconscient est plus libre et atteint plus facilement les premières couches encore obscures de l'intelligence. Les autres ne se douteront de rien, maudiront des retards et des contrariétés inexplicables, feront tout ce qu'ils peuvent pour arriver à temps, mais ne partiront point. Ceux-ci tomberont malades, se tromperont de route, changeront leurs projets, rencontreront une aventure insignifiante, une querelle, un amour, un moment de paresse ou d'oubli qui les retiendra malgré eux. Ceux-là n'auront jamais songé à s'embarquer sur le navire prédestiné, alors que c'est le seul qu'ils eussent dû logiquement, fatalement choisir. Chez la plupart, ces efforts de l'inconscient pour les sauver s'effectuent à de telles profondeurs que l'idée qu'ils doivent la vie à leur heureuse chance ne leur vient même pas à l'esprit, et qu'ils croient de bonne foi n'avoir jamais eu l'intention de monter sur le vaisseau marqué par les puissances de la mer.

    XI

    Quant à ceux qui fidèlement sont arrivés au fatal rendez-vous, ils appartiennent à la tribu infortunée. Ils forment une race malheureuse dans notre race. Quand tous les autres fuient, eux seuls restent en place. Quand les autres s'écartent, confiants, ils se rapprochent. Ils prennent infailliblement le train qui déraillera, passent à l'heure voulue sous la tour qui s’écroule, entrent dans la maison où déjà le feu couve, traversent la forêt que l'éclair va percer, portent ce qu'ils possèdent au banquier qui va fuir, font le pas et le geste qu'il ne fallait point faire, aiment la seule femme qu'ils eussent dû éviter. Au rebours, s'il s'agit de bonheur, lorsque accourent les autres, attirés par la voix profonde des forces bienveillantes, ils passent sans l'entendre; et, jamais prévenus, livrés aux seuls conseils de leur intelligence, le vieux guide très sage mais à peu près aveugle qui ne connaît que les petits sentiers au pied de la montagne, ils s'égarent dans un monde que la raison humaine n'a pas encore compris. Certes, ils ont sujet d'accuser le destin ; mais non comme ils l'entendent. Ils ont le droit de lui demander pourquoi il n'a pas mis en eux le veilleur avisé qui protège leurs frères. Mais, ce reproche fait, qui est le grand reproche aux injustices irréductibles, ils n'ont plus à se plaindre. L'univers ne leur est point hostile. Les calamités ne les poursuivent pas ; ils vont à elles. Les choses du dehors ne leur veulent pas de mal ; ils se donnent aux maux. Le malheur qu'ils saisissent ne les a pas guettés; eux-mêmes l'ont choisi. Au long de leurs années, ainsi qu'au long de celles de tout homme, les événements attendent, comme des marchandises dans un bazar attendent le chaland qui doit les acquérir. Personne ne les trompe; ils se trompent simplement. Rien ne les persécute; mais leur âme inconsciente ne fait pas son devoir. Est-elle plus maladroite ou moins attentive? Dort-elle sans espoir au fond d'une prison mieux close que les autres; et nulle volonté ne peut-elle la tirer d'un sommeil si funeste, ni ébranler les redoutables portes qui mènent de la vie qui sait tout sans conscience, à celle qui ignore avec intelligence?

    XII

    Un ami devant qui j'agitais ces problèmes, me dit hier :

    « La vie, qui nous interroge mieux que les philosophes, va me forcer aujourd'hui même à ajouter une question assez étrange à vos questions. Qu'arrive-t-il lorsque deux chances, c'est-à-dire deux inconscients contraires, l'un heureux et habile, l'autre maladroit et infortuné, s'unissent et se confondent en quelque sorte dans la même aventure, dans la même entreprise? Lequel l'emportera? Je le saurai bientôt. Je vais faire cet après-midi une démarche importante, dont dépend presque entièrement l'avenir, la possibilité de vivre selon sa nature et ses droits, la fortune et tout le bonheur extérieur de l'être qui m'est le plus cher. En interrogeant mon passé qui fut toujours clément, où le hasard me fut un ami prévoyant et fidèle, en me retournant pour voir les cinq ou six moments qui dans toutes les vies sont comme les pivots d'or sur lesquels a roulé la chance favorable, j'ai foi en mon étoile, et je suis moralement sûr que la démarche, si elle n'intéressait que moi, réussirait sans peine, car j'ai « la main heureuse ». Mais la femme pour laquelle je la fais n'a jamais eu de chance. Avec l'intelligence la plus subtile et la plus étendue, avec une volonté mille fois plus prudente, plus ferme que la mienne, elle a, il faut le croire, un inconscient stupide ou malveillant, qui l'oblige de parcourir, sans lui faire grâce d'une station, l'âpre route des injustices, des passe-droits, des coïncidences fâcheuses, des contretemps et des déceptions. Ne doutez pas qu'il l'eût embarquée de force sur le navire dont vous parliez. Je me demande donc de quelle façon mon inconscient alerte et avisé va se conduire envers ce frère indolent et néfaste, au nom duquel il doit agir, et dont il va, pour ainsi dire, prendre la place.

    Comment et où se forme en cet instant la décision si grave à la recherche de laquelle je sortirai tantôt? Pendant que je vous parle, quelle est donc la puissance qui pèse le pour et le contre, c'est-à-dire le bonheur et le malheur de celle que je représente ? De quelle sphère, de quelle vertu peut-être immémoriale, de quel esprit caché ou de quelle étoile invisible tombera donc le poids qui fera pencher la balance vers l'ombre ou la lumière? En apparence, c'est la raison, c'est la volonté, l'intérêt des parties, qui décide; dans la réalité plus profonde, c'est souvent autre chose. Lorsqu'on se trouve ainsi en face du problème et que l'amour qu'on a pour ceux qui le subissent nous ouvre un peu les yeux, il ne semble plus aussi simple, et l'on jette un regard étonné, anxieux et presque vierge sur tout l'inconnu qui nous mène et auquel nous obéissons.

    Je vais donc tenter cette démarche avec une émotion plus grande, avec plus de force et d'ardeur que si ma propre vie et mon propre bonheur se trouvaient en péril. Celle pour qui je la fais est, en effet, « plus moi que tout moi-même » et depuis longtemps son bonheur est la source du mien. Ma raison et mon cœur en sont bien convaincus; mais mon inconscient le sait-il? Ma raison et mon cœur, qui forment ma conscience, ont à peine trente ans; mais mon âme inconsciente, qui se souvient encore des secrets primitifs, compte peut-être des siècles. Elle évolue sans hâte. Elle est lente comme un monde qui tourne dans le temps qui n'aura point de fin. Aussi ignore-t-elle probablement encore qu'une seconde existence est venue se mêler à la mienne et l'absorbe tout entière. Combien s'écouleront d'années avant que la grande nouvelle pénètre en sa retraite ? Ici encore elle est diverse et inégale. Chez l'un elle apprend tout de suite ce qui se passe dans le cœur; chez l'autre elle ne prend qu'une part très tardive aux phénomènes de la raison. Du reste, il y a des amours où elle précède le cœur et la raison : l'amour maternel par exemple. L'âme inconsciente d'une mère ne se sépare qu'à la longue de celle de ses enfants, et veille d'abord sur ceux-ci avec bien plus de zèle et de sollicitude que sur la mère même. Mais dans un amour comme le mien, il est impossible de dire si elle sait ou ignore que cet amour m'est plus nécessaire que la vie. Pour moi, je crois qu'elle reste convaincue que la démarche que je vais faire au nom de cet amour ne me regarde en rien. Elle ne paraîtra pas et n'interviendra point. Au moment où je tends toute mon énergie, toutes mes espérances, plus que s'il s'agissait de mon propre salut, elle vaque à ses mystérieuses besognes au fond de sa ténébreuse demeure. Si j'allais demander justice pour moi-même, elle serait déjà en éveil. Peut-être saurait-elle que ce n'est pas aujourd'hui qu'il convient de le faire. Je ne me rendrais nullement compte, j'imagine, de son intervention; mais elle susciterait quelque obstacle imprévu. Je tomberais malade, je ferais une chute, je serais attiré par un événement secondaire qui m'empêcherait d'arriver à l'heure défavorable. Puis, une fois en présence de celui entre les mains de qui se trouverait mon destin, ma vigilante amie me couvrirait de ses ailes et m'inspirerait son souffle, m'éclairerait de sa lumière. Elle me dicterait les paroles qu'il faudrait dire, et qui répondraient seules aux objections secrètes du maître de mon sort. Elle m'imposerait l'attitude, les silences, les gestes, elle me donnerait la confiance, elle répandrait sur moi l'influence innommée, qui, bien plus que les raisons de la raison et l'éloquence de l'intérêt, déterminent souvent le choix des hommes. Tout cela, j'ai peur qu'elle ne s'abstienne de le faire. Elle ne se dérangera pas. Elle ne montera pas au seuil accoutumé. Obtuse, impénétrable à l'idée que ma vie n'est plus tout en moi-même, elle agira selon sa conviction tant de fois séculaire; et croyant me servir en faisant échouer ce qui dans sa pensée ne me regarde pas, elle me fera plus de mal, elle me causera une douleur plus profonde que si elle me trahissait à l'approche de la mort. Je n'apporterai donc en cette affaire qu'un très pâle reflet, une sorte de fantôme de ma chance, et je me demande avec crainte s'il sera suffisant pour balancer la mauvaise volonté de la chance contraire dont je suis pour ainsi dire revêtu et que je représente. »

    XIII

    Quelques jours après, mon ami m'apprit que sa démarche n'avait pas réussi. Il est possible qu'il ne doive cet échec qu'au hasard ou à son manque de confiance. Car la confiance, pressentant le succès, s'acharne à l'obtenir, déploie des ressources que ne connaissent pas l'hésitation et le doute, et ne démasque aucune de ces faiblesses involontaires dont sait profiter l'instinct de l'adversaire. Il est probable aussi qu'il y a beaucoup de vrai dans sa mise en scène de l'inconscient. Du reste, à une certaine profondeur, inconscient et confiance se confondent; et il serait fort difficile de dire où commence le premier, où finit la seconde.

    Sans nous arrêter à cette recherche trop subtile, écoutons la vie nous poser d'autres questions plus directes au sujet de la chance qui est une des grandes questions de la vie. Il en est d'un intérêt pour ainsi dire quotidien. Elle nous demande, par exemple, quelle conduite il nous faudra tenir envers les hommes incontestablement malchanceux, et dont la mauvaise étoile est si funestement puissante qu'elle mène immanquablement au désastre tout ce qui s'aventure trop près de la sphère, souvent très étendue, de sa pernicieuse influence? Doit-on les fuir sans scrupules, comme le conseille le docteur Foissac? - Oui, sans doute, si leurs malheurs proviennent d'un esprit imprudent, hasardeux, inattentif, brouillon, fumeux ou utopique. La malchance est une maladie contagieuse qui souvent se propage d'inconscient à inconscient. Mais s'il s'agit de malheurs réellement immérités, qui frappent ceux que nous aimons, la fuite est injuste et honteuse. Ici, la partie consciente de notre être, qui ignore tant de choses, mais qui crée des vérités d'une autre nature, qui sont comme les premières fleurs d'un monde en formation, a le devoir de tenir tête à la sagesse universelle de l'inconscient, de braver ses avertissements, et de l'entraîner dans sa ruine qui est une victoire sur un plan qu'éclaire un idéal dont l'inconscient lui-même arrivera peut-être à tenir compte un jour.

    XIV

    Nous sommes ainsi amenés à nous demander si l'inconscient, auquel nous attribuons notre chance, est réellement immuable et imperfectible. Qui de nous n'a observé les bizarres habitudes de la chance? Elle semble, quand on la regarde s'agiter dans une petite ville ou parmi un certain nombre d'hommes qu'on ne perd pas de vue, une sorte de déesse obstinée et fantasque comme un taon. Selon l'être ou l'événement auquel elle s'attache, elle prend aussitôt une personnalité et un caractère bien tranchés. Elle a des manies très diverses, mais elle est pour ainsi dire invariable en chacune d'elles. Suivant que l'on surprend le premier ou le second de ses gestes, il est impossible ou facile de prévoir ce qu'elle fera par la suite. Divinité protéenne que nulle image ne saurait entièrement envelopper, ici elle jaillit inopinément, comme un jet d'eau au milieu d'un désert, et disparaît après avoir donné naissance à une éphémère oasis. Là-bas, elle revient à intervalles réguliers, s'attroupe et s'éparpille, comme ces oiseaux migrateurs qui obéissent au rythme des saisons. A notre droite, elle renverse un homme et ne s'en occupe plus; à notre gauche, elle en terrasse un autre et s'acharne affreusement sur sa victime. Mais presque toujours, qu'il s'agisse de biens ou de maux, elle demeure étonnamment fidèle au caractère qu'elle assuma, une fois pour toutes, croirait-on, dans chaque cas particulier. Celui-ci, par exemple, qui n'a pas réussi à la guerre, n'y réussira jamais; celui-là perdra ou gagnera régulièrement au jeu; un autre sera inévitablement trompé: un quatrième se verra persécuté par l'eau, le feu ou les accidents de la rue ; un cinquième se trouvera constamment heureux ou malheureux en amour, dans les affaires d'argent, et ainsi de suite. N'est-ce pas encore, sinon une preuve, du moins un indice que ce n'est point hors de nous, mais en nous qu'elle règne, et que nous la formons et la revêtons d'une force cachée qui n'émane que de nous?

    Parfois d'étranges revirements, qui sont eux-mêmes des manies issues de ses manies, déchirent brusquement ses habitudes et démentent son caractère, pour le confirmer aussitôt après dans une autre atmosphère. On dit alors que « la chance tourne ». N'est-ce pas plutôt l'inconscient qui évolue? Son attention ou son habileté s'éveillent-elles enfin? S'aperçoit-il, à la longue, que d'importants événements se déroulent dans le monde qui lui est superposé? Acquiert-il une certaine expérience? Un rayon d'intelligence, un éclair de volonté s'infiltrent-ils en sa retraite et le préviennent-ils du danger? Apprend-il, au bout de nombreuses années, à la suite de cruelles épreuves, qu'il a intérêt à sortir de son apathie trop confiante? Les malheurs du dehors viennent-ils secouer son sommeil périlleux? Ou bien, s'il n'a jamais ignoré ce qui se passait au-dessus de sa prison, après de vains et pénibles efforts, parvient-il, au moment de l'urgence, à pratiquer une sorte de fissure dans l'énorme couche des siècles et d'indifférence qui le sépare de ses sœurs inconnues; et réussit-il ainsi à prendre part à la vie éphémère dont dépend une portion de sa vie?

    XV

    Aussi bien, reconnaissons-le, cette hypothèse de l'inconscient ne suffit pas à expliquer toutes les injustices de la chance. Les trois plus grandes, qui sont les trois malheurs les plus réels qui puissent atteindre l'homme, le frappent d'habitude dès avant sa naissance : je veux dire la pauvreté absolue, la maladie (notamment sous ces formes odieuses : la misère physiologique et les infirmités incurables, la laideur repoussante et la difformité), et l'infériorité intellectuelle. Voilà trois grandes prêtresses d'iniquité qui attendent et marquent l'innocence à l'entrée de la vie. Mais si leurs choix paraissent mystérieux, la triple source où elles puisent les trois maux sans remède est peut-être moins mystérieuse qu'on ne croit. Il n'est pas nécessaire de la faire remonter à une volonté préétablie, à des lois fatales, hostiles, éternelles et impénétrables. La première de ces sources commence et finit son cours dans le domaine de l'homme; et si l'on ignore pourquoi tel naît pauvre et tel autre riche, on sait parfaitement en vertu de quelles injustices purement humaines il y a en ce monde trop de misères d'un côté, et trop d'opulence de l'autre. Les dieux et les astres n'ont aucune part à cette iniquité. Quant aux deux autres, lorsqu'on leur aura enlevé tout ce qu'elles doivent à la pauvreté, mère de la plupart des misères physiques et morales, lorsqu'on en aura détourné tout ce qu'elles empruntent aux fautes antérieures des parents, fautes qui n'avaient rien d'inévitable, il restera quelques injustices acharnées dont on ne pourra rendre compte ; mais ce reste de mystère sera bien près de tenir dans le creux de la main du philosophe qui plus tard l'examinera plus à loisir. Aujourd'hui, il y a sagesse à ne pas entourer notre vie de malédiction ou d'ennemis imaginaires, et à ne pas l'assombrir sans certitudes suffisantes.

    Et pour la chance quotidienne, admettons, en attendant mieux, que lorsque nous faisons l'histoire de notre fortune, (qui n'est pas nécessairement l'histoire de notre bonheur réel, puisqu'il est possible d'établir celui-ci au-dessus du hasard) nous faisons l'histoire de notre être inconscient. C'est plus vraisemblable que de mêler l'éternité, les étoiles et l'esprit de l'univers à nos petites aventures; et cela donne à notre courage une meilleure allure. Peut-être est-il aussi difficile de changer le caractère de notre inconscient que de modifier le cours de Mars ou de Vénus; mais cela semble moins lointain et moins chimérique ; et dès que nous avons à choisir entre deux probabilités, il est de notre devoir le plus strict d'adopter celle qui entrave le moins notre espoir. Au surplus, si le malheur était réellement inéluctable, il y aurait je ne sais quelle consolation fière à se dire qu'il n'émane que de nous, que nous ne sommes pas les victimes d'une volonté méchante ou les jouets d'un hasard inutile; mais qu'en subissant plus de maux que nos frères, nous ne faisons peut-être que décrire dans le temps et l'espace la forme nécessaire de notre personnalité. Et tant que le malheur n'attaque pas la fierté intime de l'homme, celui-ci conserve la force de continuer la lutte et d'accomplir sa mission essentielle, qui est de vivre avec toute l'ardeur dont il est capable, comme si sa vie était plus importante que toute autre aux destins de l'humanité.

    C'est aussi plus conforme à la vaste loi qui ramène en nous, un à un, tous les dieux dont nous avons rempli le monde. La plupart de ces dieux n'étaient que des effets dont les causes se trouvaient en nous-mêmes. A mesure que nous avançons, nous découvrons que beaucoup de forces qui nous dominaient et nous émerveillaient ne sont que des portions mal connues de notre propre puissance ; et il est probable que cela se confirmera chaque jour davantage.

    Si rapprocher de nous, circonscrire en nous-mêmes une force inconnue, n'est pas encore la vaincre, c'est déjà quelque chose que de savoir où la trouver et où l'interroger. Nous sommes environnés de forces très obscures ; mais celle avec qui nous avons le plus directement affaire, est celle qui se trouve au foyer de notre être. Toutes les autres passent par elle, s'y donnent rendez-vous, y rentrent, y confluent et ne nous intéressent que dans leurs rapports avec elle.

    Cette dernière force, nous l'avons, pour la distinguer de la foule des autres, appelée notre force inconsciente. Le jour où nous aurons réussi à étudier de plus près cet inconscient, ses habiletés, ses préférences, ses antipathies, ses maladresses mystérieuses, nous aurons singulièrement émoussé les ongles et les dents du monstre qui nous persécute sous le nom du Chance, de Fortune, de Destin. A cette heure nous le nourrissons encore comme un aveugle nourrirait le lion qui doit le dévorer. Bientôt, peut-être, nous verrons le lion dans sa véritable lumière et apprendrons à le dompter.

    Parcourons donc, sans nous lasser, tous les chemins qui mènent de notre conscience à notre inconscience. Nous arriverons ainsi à tracer une sorte de sentier dans les grandes routes encore impraticables qui vont de ce qu'on voit à ce qu'on ne voit pas : de l'homme à Dieu et de l'individu à l'univers. Au bout de ces routes se cache le secret général de la vie. En attendant, adoptons l'hypothèse qui encourage le mieux notre vie dans cette vie universelle qui a besoin de nous pour percer ses propres énigmes : car nous sommes ceux en qui ses secrets achèvent de se cristalliser le plus rapidement, le plus limpidement.


    Notes

    (1) Voici cette histoire, telle que la résume fort bien le docteur Foissac: Le 8 floréal an IV, le courrier et le postillon qui conduisaient la malle de Paris à Lyon furent attaqués et assassinés, à neuf heures du soir, dans la forêt de Sénart. Les assassins étaient Couriol, qui avait pris place dans le cabriolet à coté du courrier, Durochal, Rossi, Vidal et Dubosq, qui étaient venus à sa rencontre sur des chevaux de louage, Bernard enfin, qui avait procuré les chevaux et pris part au partage du butin. Pour ce crime, auquel prirent part cinq assassins et un complice, sept individus, dans l'espace de quatre ans, portèrent leur tête sur l'échafaud. La justice tua donc un homme de trop, elle frappa donc un innocent; ce ne pouvait être aucun des six individus, qui tous avouèrent leur crime. Cet innocent était Lesurques, qui n'avait cessé de protester qu'il n'était point coupable, et que chacun de ses prétendus complices déclarait ne pas connaître. Comment cet infortuné fut-il donc impliqué dans cette affaire qui devait donner à son nom une si triste immortalité? La fatalité voulut que quatre jours avant le crime, Lesurques, qui avait quitté Douai avec 18 000 livres de rente, et était venu se fixer à Paris pour y donner une meilleure éducation à ses enfants, se trouvât à déjeuner chez un de ses compatriotes, Guesno, au moment où Couriol survenant fut invité à prendre part au repas. Les soupçons s'étant immédiatement portés sur Couriol, le fait de ce déjeuner suffit pour que Guesno fût un moment arrêté; mais, comme il avait prouvé son alibi, le juge Daubenton l'avait mis immédiatement en liberté. Seulement, comme il était tard, il lui avait dit de se présenter le lendemain pour retirer ses papiers.

    Le 2 floréal au matin, Guesno, se rendant à cet effet à la Préfecture de Police, rencontra Lesurques, auquel il proposa de l'accompagner, ce que celui-ci accepta par désœuvrement. Pendant qu'ils attendaient dans l'antichambre l'arrivée du magistrat, on y introduisit deux femmes appelées dans l'affaire, et qui, trompées par la ressemblance de Lesurques avec Dubosq, qui était en fuite, n'hésitèrent pas à le signaler comme l'un des assassins, et malheureusement persistèrent à l'affirmer jusqu'à la fin. Les antécédents de Lesurques plaidaient en sa faveur, et entre autres faits qu'il cita pour prouver qu'il n'avait pas quitté Paris dans la journée du 8 floréal, il dit avoir assisté chez un bijoutier à certains échanges entre Legrand et son confrère Aldenoff. Ces transactions avaient, en effet, eu lieu le 8; mais Legrand, ayant été requis de présenter son livre, s'aperçut qu'il les avait, par erreur, inscrites à la date du 9. Il crut bien faire de gratter le 9 pour en faire un 8; il voulait sauver son compatriote Lesurques, qu'il savait innocent; il acheva de le perdre. La surcharge, le faux, furent facilement constatés; dès lors le ministère public et les jurés n'accordèrent plus la moindre confiance aux quatre-vingts témoins à décharge cités par l'accusé : il fut condamné et ses biens furent confisqués. Il s'écoula quatre-vingt-sept jours entre sa condamnation et son exécution, délai tout à fait insolite à cette époque : c'est que de grands doutes s'étaient élevés sur sa culpabilité.

    Le Directoire ne possédait pas le droit de grâce; il crut devoir en référer au Conseil des Cinq-Cents, lui demandant « si Lesurques devait périr parce qu'il ressemblait à un coupable » ; le Conseil passa à l'ordre du jour sur le rapport de Siméon, et Lesurques fut exécuté en pardonnant à ses juges. Et non seulement il avait constamment protesté de son innocence, mais encore, au moment où l'arrêt fut prononcé, Couriol s'était écrié d'une voix ferme : Lesurques est innocent ! Il fit entendre la même protestation sur la fatale charrette et jusque sur l'échafaud. Tous les autres condamnés, en s'avouant coupables, déclarèrent également que Lesurques était innocent; ce fut en l'an IX seulement que Dubosq, son sosie, fut arrêté et condamné.

    La fatalité qui avait frappé le chef de famille n'en épargna aucun membre. La mère de Lesurques mourut de douleur; sa femme devint folle, ses trois enfants languirent dans le délaissement et la misère. Ému cependant d'une aussi cruelle infortune, le gouvernement restitua en deux fois à la famille de Lesurques les cinq ou six cent mille francs dont une confiscation inique l'avait dépouillée; mais la plus grande partie de cette fortune fut soustraite par un escroc. Soixante ans s'étaient écoulés; des trois enfants de Lesurques, deux étaient morts; une seule avait survécu, c'était Virginie Lesurques. Depuis longtemps déjà l'opinion publique avait proclamé l'innocence et la réhabilitation de son malheureux père. Elle voulait davantage, et aussitôt que fut édictée la loi du 2 juin 1867, qui autorisait la revision des jugements criminels, elle espéra que le jour était enfin venu où elle pourrait proclamer cette réhabilitation dans le sanctuaire de la justice; mais, par une dernière fatalité, la Cour de cassation, arguant de subtilités légales, déclara par arrêt du 17 décembre 1868 qu'il n'y avait pas lieu de s'occuper du fond, et que Virginie Lesurques n'était pas recevable dans sa demande en revision. »

    Il semble que l'on voie, comme dans le plus affreux des rêves, un misérable en proie aux Euménides. Depuis ce repas chez Guesno, presque aussi tragique que celui de Thyeste, il tourne sans relâche autour de l'abîme qui l'aspire, tandis que son destin, qui plane sur se tête comme un vautour énorme, obscurcit la lumière de tous ceux qui l'approchent. Et les cercles d'en haut et les cercles d'en bas, magiquement, se précipitent, se rétrécissent et se rejoignent, jusqu'à ce que leurs tourbillons se confondent et s'abattent sur le même cadavre.

    En vérité, le concours des fatalités meurtrières doit paraître surnaturel dans cette cause; et le cas est typique, formidable et symbolique comme un mythe. Mais il est certain que des séries analogues se reproduisent en petit, chaque jour, dans les mille déboires médiocres ou ridicules de bien des vies soumises à l'influence d'une étoile néfaste ou malicieuse.

    (2) Il est en effet remarquable et constant que dans les grandes catastrophes, on compte d'habitude infiniment moins de victimes que les probabilités les plus raisonnables ne l'eussent fait redouter. Au dernier moment, une circonstance fortuite et exceptionnelle a presque toujours éloigné la moitié et parfois les deux tiers des personnes que menaçait le danger encore invisible. Un paquebot qui sombre a généralement bien moins de passagers qu'il n'en aurait eu s'il n'eût pas dû sombrer. Deux trains qui se rencontrent, un express qui tombe dans un précipice, etc. transportent moins de voyageurs que les jours où rien ne leur arrive. Un pont qui s'effondre le fait le plus souvent, et contre toute attente, au moment où la foule le quitte. Il n'en va malheureusement pas ainsi dans les incendies de théâtres et autres lieux publics. Mais là, on le sait, ce n'est pas le feu, mais la présence même de la foule affolée et forcenée qui constitue le principal danger. D'autre part, un coup de grisou éclate de préférence quand il y a dans la mine un nombre de mineurs sensiblement inférieur à celui qui devrait régulièrement s'y trouver. De même, lorsque saute une poudrerie, une cartoucherie, etc., c'est généralement au moment où la plupart des ouvriers, qui tous auraient fatalement péri, s'en étaient éloignés pour quelque cause futile mais providentielle. Cela est si vrai, que cette observation presque invariable s'est transformée en cliché que nous connaissons tous. Tous les jours nous lisons aux faits divers des gazettes des phrases de ce genre : « Une catastrophe qui aurait pu avoir des conséquences épouvantables, grâce à telle circonstance, s'est heureusement bornée à, etc... » Ou bien : « On frémit quand on pense que si le même accident s'était produit une minute plus tôt, alors que tous les ouvriers, que tous les voyageurs, etc. »

    Est-ce clémence du hasard? Nous croyons de moins en moins à la personnalité, à l'intelligence et aux intentions du hasard. Il est bien plus naturel de supposer que quelque chose en l'homme a flairé le malheur; et qu'un instinct obscur, mais très sûr chez beaucoup d'êtres, les a éloignés du danger au moment où, grandissant subitement, il prenait la forme imminente et impérieuse de l'inévitable. C'est alors une sorte de panique sourde et cachée de l'inconscient qui ne se traduit au dehors que par une velléité, un caprice, un incident souvent puérils et inconsistants, mais irrésistibles et sauveurs.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Maurice Maeterlinck
    Écrivain belge d'expression française. Voir le dossier qui lui est consacré dans l'Encyclopédie.
    Mots-clés
    hasard, malchance, destin, destinée, justice, injustice, iniquité, sort, fatalité, inconscient, vie humaine, accident

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.