• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Dossier: Cerveau

    Les neurones perdent le monopole de la communication cérébrale

    Institut national de la santé et de la recherche m
    On entend peu parler des cellules gliales. Pourtant, elles sont jusqu’à 10 fois plus nombreuses que nos 100 milliards de neurones ! Jusqu’alors on connaissait leur rôle important d’assistance aux neurones (soutien physique, apport énergétique etc.). L’originalité des travaux de Stéphane Oliet et de ses collaborateurs (Unité Inserm 378 «Neurobiologie Morphofonctionnelle» dirigée par Dominique Poulain), réside dans la mise au jour de la fonction des cellules gliales dans la communication cérébrale. Les chercheurs de l’Inserm et du CNRS, viennent en effet de démontrer que ces cellules interviennent indirectement dans les phénomènes de mémoire et d’apprentissage du cerveau, activité jusqu’alors générée par les neurotransmetteurs. Les résultats sont publiés en mai 2006 dans la revue Cell.
    Les chercheurs de Bordeaux ont montré qu’une relation anatomique étroite entre cellules gliales et neurones conditionne le bon fonctionnement de récepteurs indispensables à la transmission de l'information cérébrale et les phénomènes qui en découlent : les récepteurs du glutamate de type NMDA (pour N-méthyl-D-aspartate). Les liaisons concomitantes d’une molécule de glutamate sur ces récepteurs et d’une molécule de D-Sérine (acide aminé synthétisé et libéré par les cellules gliales) déclenchent le passage de l’influx nerveux d’un neurone à l’autre.

    Pour étudier l’impact de l’environnement glial sur la transmission synaptique, les chercheurs ont utilisé une particularité anatomique liée à l’allaitement chez le rat. Au cours de cette période, la région de l’hypothalamus impliquée dans l’éjection de lait subit des remaniements anatomiques qui se caractérisent par une rétraction des cellules gliales enserrant les neurones.

    Résultats : chez les animaux allaitants, cette rétractation entraîne une diminution du taux de D-sérine libéré dans la fente synaptique et une réduction du nombre de récepteurs NMDA activables lors de l’arrivée de l’influx nerveux.

    Cette régulation de l’activité des récepteurs NMDA a des conséquences sur la transmission synaptique courante mais aussi sur la plasticité synaptique à long terme. Ainsi le nombre de récepteurs NMDA sollicités permet d’améliorer ou de freiner le passage de l’information entre deux neurones. En résumé, les cellules gliales libérant la D-sérine influencent à la hausse le nombre de récepteurs NMDA activables, et par conséquent favorisent ainsi la mise en place de modifications persistantes de la communication neuronale.

    Une véritable avancée pour la recherche

    Les chercheurs estiment que les cellules gliales participent activement aux processus de « mémoire synaptique » à la base de l’apprentissage et de la mémorisation dans le cerveau des mammifères. Ces travaux contribuent à l’émergence d’un nouveau concept : celui de la « synapse tripartie ». En effet, dans le schéma classique, on représente toujours une synapse avec l’élément présynaptique, d’où provient l’information, et l’élément postsynaptique, qui reçoit cette information. Aujourd’hui il faut ajouter un 3e élément, la cellule gliale, qui détecte et intègre le signal synaptique mais peut y répondre en libérant des substances actives que l’on appelle des « gliotransmetteurs » comme la D-sérine.

    A l’avenir, l’équipe de Stéphane Oliet tentera de démontrer que ce processus s’applique à toutes les régions du cerveau comme les centres classiques de la mémoire : l’hippocampe, le cervelet ou le cortex cérébral. Si tel est le cas, notre vision actuelle de la communication cérébrale et de la mémoire serait complètement modifiée. Si la régulation par les cellules gliales est démontrée à plus grande échelle, de nouvelles perspectives sont envisageables. On sait en effet que le dysfonctionnement des récepteurs NMDA est impliqué dans de nombreuses maladies neuronales, comme la schizophrénie ou la maladie d’Alzheimer.

    Inserm. Les neurones perdent le monopole de la communication cérébrale. Communiqué de presse du 18 mai 2006 (format PDF).
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Institut national de la santé et de la recherche m
    Mots-clés
    cellules gliales système nerveux neurone mémoire mémorisation apprentissage synapse neurotransmetteur schizophrénie maladie d'Alzheimer Alzheimer (maladie d')
    Documents associés
    Wilfrid Noël Raby
    Neurologie, synesthésie, perception, art, création
    Pierre-Jean Dessertine
    action, homme augmenté, Canguilhem, cerveau, drogue, joie, liberté, matérialisme, morale, maladie, santé, performance, réaction, Spinoza, éthique,

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.