• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Dossier: Canada

    Du gâtisme en politique

    Marc Chevrier
    On enseigne, plutôt paresseusement au Canada, que le pays est une monarchie constitutionnelle. Or, à bien y penser, il n’en est pas vraiment une. Règle générale, dans un tel régime, la dynastie régnante habite le pays; le roi provient de la nation ou l’a adoptée. En Europe, où subsistent encore des princes, la monarchie a dû se donner des airs de république : le prince règne, mais laisse les élus gouverner, et il doit sa fonction à l’amour du peuple. C’est en somme un prince contractuel, sous observation. Dans son œuvre, Montesquieu rapporte une maxime anglaise : « Bien que le roi soit le père de son peuple, il est seulement le fils de son pays. » La Grande-Bretagne, l’Espagne et la Belgique, par exemple, ont toutefois fait le pari qu’il valait mieux garder à la tête de l’État un monarque estimé du peuple et paré du prestige du temps qu’un président sorti de la mêlée politique. En cas de crise, un monarque qui ne doit rien à personne et s’appuie sur le seul honneur de sa maison fera le poids. C’est un choix politique défendable, certes contestable pour tous les républicains, qui trouve ses raisons dans l’histoire.

    Quoique John A. Macdonald, un des pères fondateurs du Canada en 1867, eût aimé voir un enfant de la Couronne anglaise s’installer au pays, sa Majesté Victoria et ses successeurs ont à peine daigné y envoyer des vicomtes, comtes et marquis de passage. À défaut de vrai prince à domicile, le Dominion canadien s’est contenté de substituts. Économe en moyens, les Britanniques ont saupoudré le corps du souverain sur leurs colonies par un système de représentants qui singent les fastes de la cour et les prérogatives royales. C’est de la monarchie par procuration, obtenue sous franchise. Il n’y a qu’au Brésil où l’on a vu s’enraciner, en Amérique, une famille dynastique nationale, de 1822 à 1891. Les Canadiens, encore en 2005, impriment sur leur monnaie l’effigie de la Reine du Royaume-Uni sans se rendre compte qu’ils ne sont jamais parvenus à reproduire l’esprit véritable des monarchies constitutionnelles telles qu’elles existent en Europe.

    À quoi donc peut alors servir la fonction de gouverneur général au Canada? Officiellement, elle comble l’absence du souverain dans le fonctionnement des institutions. En réalité, en particulier sous la gouverne du parti libéral fédéral, elle est devenue un outil de propagation des valeurs canadiennes et un adjudant de la diplomatie fédérale. Le gouverneur général ne représente plus tellement la Reine qu’un composé, savamment choisi, de qualités personnelles, culturelles et linguistiques que l’on met en vitrine pour vendre le Canada, tout d’abord aux Canadiens eux-mêmes, puis aux étrangers. Tel gouverneur est d’origine ukrainienne, tel autre d’origine acadienne ou chinoise. De plus, cette fonction sert à sanctifier indirectement le pouvoir de nomination exorbitant dévolu au premier ministre fédéral, lequel nomme les gouverneurs généraux, la moitié du parlement fédéral les sénateurs , beaucoup de juges et quantité de serviteurs de l’appareil fédéral. Au lieu de se pencher sur cette incongruité, le public et les médias, à chaque nomination de gouverneur général, s’émerveillent ou se désolent des origines et des opinions de ce dernier ou de la vie de l’époux. Que je sache, Tony Blair n’a pas élevé au trône Élizabeth II. Au fond, le Canada balance entre monarchie et république sans réussir ni l’une ni l’autre.

    Il y a plusieurs façons de classifier les régimes politiques. Distinguons les « accordés » des « gâteux ». Les premiers se reconnaissent à ce qu’ils savent accorder leurs institutions à leurs principes et à leur temps. La monarchie parlementaire britannique et le régime présidentiel américain, en dépit de leurs imperfections, sont quand même de belles inventions bien ajustées. Les autres, par contre, n’arrivent plus à faire cet accord et « jouent » donc faux. Ils se maintiennent, comme au Canada, par les faiblesses de l’imagination et l’indolence des citoyens. Des souverainistes québécois, auxquels on peut supposer la volonté d’en finir avec ce mauvais conte de fées, ont été récemment nombreux à s’acharner sur les supposées palinodies de la nouvelle représentante du souverain nommée par le gouvernement Martin. On reproche à Michaëlle Jean, journaliste d’origine haïtienne issue du sérail de la télévision d’État, de même qu’à son mari, d’avoir renié d’anciennes sympathies pour la cause indépendantiste. Si ces protestataires étaient sérieux dans leur entreprise, leurs efforts ne tendraient qu’à une seule chose : instaurer la République du Québec, expliquer cette idée, la nourrir, la faire aimer.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Marc Chevrier
    Professeur au département de science politique de l'Université du Québec à Montréal.
    Documents associés
    Marc Chevrier
    Marc Chevrier
    Jacques Dufresne
    Le Canada fasciné par son modèle: les U.S.A.
    Arthur Kroker
    Technologie, identité canadienne
    Paul Armand Lerouge
    Américanisation du Canada
    Jacques Dufresne
    Mondialisation
    Marc Chevrier
    Nord, ordre, conservateurs, guerre, technique, immigration

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.