• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Dossier: Bibliothèque

    La bibliothèque idéale de James Carleton Young

    Alexandre Mavroudis
    M. James Carleton Young a entrepris de réformer la bibliophilie. Il a entrepris de se former une bibliothèque dans le goût de Ce qu’il faut lire dans sa vie, de M. Henri Mazel, c’est-à-dire composée de livres de valeur et de livres instructifs. Plus de ces babioles rares et curieuses auxquelles les maniaques du livre attachent tant de prix. Plus de ces frivoles reliures sans intérêt pour un bon esprit. Du reste, voici la psychologie du personnage par M. Alexandre Mavroudis, d’après L’Opinion :

    «J’ai eu le plaisir de rencontrer ces derniers jours M. James Carleton Young, Américain richissime et roi du livre. De taille moyenne, le visage boucané, les yeux intenses, Sa Majesté porte en guise de pourpre royale un costume de voyage au veston brun vert, fermé jusqu’au col. Il parle en égrenant ses paroles et, chose étrange, il connaît à merveille les affaires de son royaume. Mais en quoi consiste ce royaume du livre, quelle en est l’étendue et quels en sont les confins ?

    Il y a quelque trente ans déjà, M. James Carleton Young alors en pèlerinage à Athènes, assis sur une marche roussie par le soleil en admirant la beauté pure du Parthénon, fit un raisonnement simple et original : « En peinture et en sculpture on essaie de conserver les chefs-d’œuvre des maîtres. Pourquoi les grandes bibliothèques se sentent-elles obligées d’abriter tout ce qui est imprimé, sans considérer la qualité intrinsèque des livres ? Et ne pourrait-on pas réunir en un rayon éclectique tout ce qu’il y a de plus beau en littérature ? »

    À cette époque, M. James Carleton Young possédait une fortune médiocre. De retour à son pays il déploya toute son énergie en d’importantes entreprises, acheta des terrains fertiles dont la valeur s’accrût rapidement et enfin, devenu roi des métairies, il abdiqua volontiers pour se magnifier d’une couronne plus noble, celle du roi du livre. Depuis 1891, M. James Carleton Young consacre son temps et sa fortune à la réalisation de son projet de bibliothèque idéale, entreprenant dans ce but de longs voyages, dénichant des auteurs, courant après les premières éditions, passant au crible la surabondante production de nos temps, avec une méthode plus que plausible.

    – « Ce n’est pas le succès, me dit-il, qui me guide dans le choix des livres; c’est plutôt l’opinion de l’élite. Si un écrivain jouit d’une haute estime auprès des littérateurs de son pays, toutes ses œuvres ont droit d’entrer dans ma bibliothèque. Si parmi les ouvrages d’un écrivain il n’y en a qu’un qui ait des chances d’immortalité, alors on reçoit celui-là en excluant tous les autres. Mais je veux aussi que les œuvres des contemporains portent des inscriptions autographes de leurs auteurs. Chaque exemplaire renfermera ainsi quelque chose de la personnalité intime de l’écrivain. »

    Bien qu’original M. James Carleton Young n’a tout de même pas le tempérament d’un futuriste. Il n’abolit rien, mais il cherche à préserver de la destruction certaines œuvres qui semblent être la fleur de la création intellectuelle. Pour être plus exact, si M. Carleton Young abolit quelque chose, c’est un préjugé, celui qui nous fait trop souvent conserver avec une pieuse naïveté tous les bouquins bons, mauvais ou même absurdes, pourvu qu’ils soient imprimés.

    Nos grandes bibliothèques d’aujourd’hui sont des cimetières, M. James Carleton Young rêve de les rendre à la vie, en expulsant de là tout ce qui sent le moisi. Pas de respect pour la poussière des vieilles pages, point d’indulgence pour tout ce papier vainement noirci que d’énormes édifices contiennent à peine, aucun amour du livre pour le livre. Dans le jardin de la pensée humaine, ce souverain inflexible et logique veut trier, labourer, faucher, il a grande envie d’en écarter les arbres desséchés pour laisser plus de place, plus d’air, plus de lumière à ceux qui débordent de sève. Non point de crainte que ceux-ci ne meurent avant l’heure, mais pour que nous autres flâneurs puissions sentir plus aisément les saines odeurs qui en émanent.

    Ces louables sentiments n’ont aucun rapport avec ceux d’un vrai bibliophile, qui ne voudrait pas avoir chez lui la plupart des livres vantés par cet homme naïf qui a mis son idéal dans Sully-Prudhomme et Paul Bourget. (R. de B.)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Alexandre Mavroudis
    Mots-clés
    livre, chef-d'oeuvre, sélection
    Extrait
    Il y a quelque trente ans déjà, M. James Carleton Young alors en pèlerinage à Athènes, assis sur une marche roussie par le soleil en admirant la beauté pure du Parthénon, fit un raisonnement simple et original : « (...) Pourquoi les grandes bibliothèques se sentent-elles obligées d’abriter tout ce qui est imprimé, sans considérer la qualité intrinsèque des livres ? Et ne pourrait-on pas réunir en un rayon éclectique tout ce qu’il y a de plus beau en littérature ? »
    Documents associés
    Commission des finances de l'Assemblée nationale française
    culture, livre, information, informatisation
    Éric Bédard
    Grande bibliothèque, Bibliothèque nationale du Québec, Lise Bissonnette, François-Xavier Garneau, modernité québécoise, Révolution tranquille
    Marc Sauvalle
    Léon Albessard
    Parapluie, institution municipale, bibliothèque publique
    Marc Umba-di-Mambuku
    Bibliothèque, livre, histoire du Canada, Nouvelle-France, Jésuites, humanisme

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.